Audiences du Chef de l’Etat, hier, à Riyad en Arabie Saoudite : Le Chef de l’Etat s’entretient avec le Prince Héritier saoudien et  reçoit le Premier Ministre du Burkina Faso

Audiences
Spread the love

Sharing is caring!

 

Invité d’Honneur du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le Roi d’Arabie Saoudite Salman Bin Abdulaziz, le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, qui séjourne à Riyad (en Arabie Saoudite),  a eu un entretien en tête-à-tête, hier soir à Riyad, au Palais Erga, avec le  Prince Héritier saoudien Mohamed Bin Salman Bin Abdelaziz Al Saoud, Ministre de la Défense, Vice-président du Conseil des Ministres.

Auparavant, dans l’après-midi, le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, recevait en audience le Premier Ministre du Burkina Faso, SEM Christophe Joseph Marie Dabiré.

Dabiré a saisi l’occasion de cette visite de courtoisie pour transmettre au Président Issoufou Mahamadou « toutes les amitiés et les salutations fraternelles du Président du Faso qui n’a pas pu faire le déplacement de Riyad», a-t-il dit à la presse à l’issue de l’audience. « Nous avons échangé sur un certain nombre de préoccupations dans le cadre de ce forum à savoir les investissements à réaliser au niveau de l’Afrique», a précisé le Premier Ministre burkinabè.

« Nous avons également parlé de la situation au niveau de la zone du Sahel qui fait l’objet de préoccupations particulières des différents Chefs d’Etat du G5 Sahel dont SEM Roch Marc Christian Kaboré est le Président en exercice», a-t-il ajouté.

« Le Président de la République du Niger a dessiné un certain nombre de pistes orientant l’action que les différents gouvernements devraient prendre pour réussir la mise en œuvre des orientations qu’eux, Chefs d’Etat, donnent pour que nous puissions approfondir notre lutte contre le terrorisme et  faire en sorte que les populations de la zone du Sahel puissent retrouver la quiétude et la sérénité pour pouvoir poursuivre le travail de développement économique et social », a-t-il affirmé.

Abdourahmane Alilou, AP/PRN