Célébration des 30 ans de la Convention relative aux droits des enfants (CDE) : Honorer les devoirs et les responsabilités envers les enfants

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Il y’a 30 ans jour pour jour, les dirigeants du monde entier ont pris un engagement historique envers les enfants en adoptant la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). Cette convention est devenue le traité relatif aux droits de l’homme le plus largement ratifié de l’histoire et a contribué à transformer la vie de millions d’enfants. A Niamey, l’anniversaire de cette journée a été célébré sous la présidence de la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme El Back Zeinabou Tari Bako en présence des membres du Gouvernement, des représentants du corps diplomatique, des représentants des organisations internationales et d’un parterre d’invités composé en majorité d’enfants.

Pour les acteurs qui œuvrent en faveur de la promotion de l’enfant, il s’agit au cours de cette journée de marquer un temps d’arrêt pour faire le point sur la situation des enfants au Niger.

En procédant au lancement des activités, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme El Back Zeinabou Tari Bako  a rappelé que la Convention des Droits de l’Enfant a été adoptée en 1989, et le Niger l’a signée un an après son, adoption, précisément en 1990. La CDE est l’instrument par excellence de promotion des droits de l’enfant. Depuis qu’il a ratifié la CDE, le Niger met en œuvre des actions fortes en faveur des enfants avec la même détermination. Et, Mme El Back Zeinabou Tari Bako  de souligner que le Niger vient de réaffirmer son engagement à mettre en œuvre la Convention dans son intégralité. Elle a cité un certain nombre d’actions réalisées et en cours de réalisation dans le cadre de cette convention. Eu, égard aux nombreux défis qui restent à relever dans le domaine de la protection de l’enfant, la ministre Zeinabou a appelé à une synergie d’actions et à l’accroissement des appuis afin de maximiser les chances d’atteindre les objectifs ainsi poursuivi. Elle a fait une mention spéciale aux partenaires qui œuvrent aux côtés du ministère pour la promotion et la protection des droits de l’enfant notamment à l’UNICEF en tant que représentant des Nations Unies pour la protection des enfants.

La Représentante du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Mme félicité Tchibindat a estimé que ces dernières années ont été un voyage exceptionnel pour les enfants au Niger. «Aujourd’hui les bébés et les jeunes enfants sont moins susceptibles de mourir d’infections respiratoires, de diarrhée, de paludisme, de prématurité et d’autres maladies infantiles courantes que par le passé. Pouvoir aller à l’école au Niger est maintenant une réalité pour beaucoup plus d’enfants qu’il y’a près de 30 ans», s’est-elle réjouie. Mme félicité Tchibindat a souligné des développements substantiels dans les législations, les politiques, les stratégies et la programmation au niveau national ont été enregistrés  au cours des dernières années  dans la lutte contre le mariage des enfants, dans la promotion de la scolarisation des filles dans les secteurs de la santé, de l’eau, l’hygiène et assainissement, de l’éducation et de la protection de l’enfant.

Cependant, a-t-elle précisé, il reste beaucoup à faire pour créer un environnement favorable aux enfants et aux générations futures. Certains enfants n’ont toujours pas la possibilité de profiter pleinement de leur enfance. Le parcours depuis le ventre de la mère jusqu’aux années vulnérables de l’adolescence est souvent rempli de dangers et de difficultés. Pour la représentante résidente de l’UNICEF, le Niger continue de faire face à des urgences simultanées qui mettent à rude épreuve les capacités du pays à y répondre. Les enfants  sont confrontés à la malnutrition, aux épidémies récurrentes, aux effets des inondations cycliques, de la sècheresse et au déplacement. La situation est exacerbée par l’instabilité dans les pays voisins, entrainant l’afflux de milliers de réfugiés, de rapatriés, de migrants et de déplacés internes, qui ont tous besoin d’accéder aux services sociaux de base pour survivre.

« La célébration de l’anniversaire de la convention nous offre une tribune pour honorer nos devoirs et nos responsabilités et renouveler nos promesses envers les enfants. C’est un moment pour nous de réaffirmer notre engagement indéfectible à respecter et à protéger les droits et les principes énoncés dans la convention ; à identifier et à prendre des mesures concrètes et réalisables à l’égard de son application complète en adoptant  les politiques pertinentes centrées sur l’enfant, en augmentant les investissements et en affectant les ressources nécessaires pour la réalisation de leurs droits », a déclaré Mme félicité Tchibindat.

Un ballet artistique des enfants, une visite guidée des stands d’exposition et une photo de famille ont été les temps forts de cette célébration.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)