Frais de scolarité dans les écoles privées : Un véritable casse-tête pour les parents

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

 

Inscrire son  enfant dans une école privée est de nos jours un véritable casse-tête pour les parents. En effet, ils sont très nombreux les parents qui, pour inscrire leurs enfants,  sont obligés de faire toute une  gymnastique à cause des frais de scolarité de plus en plus chers. Il se trouve que, chaque année à Niamey, les  promoteurs de certains établissements scolaires privés augmentent les frais de scolarité sans le notifier aux parents. Face à cette situation, beaucoup de parents d’élèves s’interrogent sur  les raisons de l’interminable hausse des frais de scolarité au niveau de ces écoles.

A Niamey, tout comme dans les autres régions, les frais de scolarité varient d’une école à une autre. Mais dans la plupart des  écoles, pour inscrire un enfant au primaire, les parents sont obligés de débourser au minimum, une somme de 100.000 ou 200.000 FCFA et encore plus pour le collège le lycée. M. Moussa Amadou, un parent d’élève rencontré devant une école privée de la place, atteste : « je suis venu payer les frais de scolarité de mon enfant qui est en classe de Terminale ». S’agissant des frais de scolarité, personnellement, je les trouve très chers car je dois payer une somme de 250.000FCFA l’année à part les fournitures et les frais de transport. « Actuellement, il me faut faire toute une gymnastique pour avoir de l’argent et verser la moitié des frais de scolarité à mon enfant parce qu’aujourd’hui, dans presque toutes les écoles privées, les fondateurs exigent toujours de verser la moitié des frais de scolarité », a-t-il indiqué.

Un autre parent d’élève  du nom de  Maman Ganaou, précise : «étant enseignant de formation, je trouve les prix  trop élevés par rapport aux revenus des Nigériens ».

  1. Maman Ganaou précise qu’il a trois enfants qui étudient dans les écoles privées. Par an,  il paie 75.000F pour  l’école primaire, 110.000F pour le collège et 140.000 FCFA pour le lycée. Il pense que  cette école est moins chère car ailleurs, l’école primaire dépasse plus de 100.000 FCFA. Il a ajouté que  l’Etat doit subventionner ces écoles pour que les fondateurs puissent revoir en baisse les prix afin de permettre un accès facile aux enfants des couches les plus défavorisées. « Aujourd’hui, les écoles privées sont incontournables, parce que  dans les écoles publiques, il n’y a pas de sérieux avec toujours les grèves des enseignants ou des élèves », a-t-il indiqué.

Pour sa part, M. Ibrahim Oumarou, également parent d’élève, affirme que tous ses enfants sont scolarisés dans des établissements  privés. Et, les frais de scolarité sont chers. « Chaque rentrée des classes, je fais face au même problème après l’achat des fournitures, des chaussures et uniformes scolaires, l’argent manque pour les frais de scolarité des enfants et le plus souvent, je pars à la banque pour prendre un  crédit pour payer la scolarité de mes enfants », a-t-il expliqué. Il a ajouté qu’« avec cette  cherté des frais de scolarité, comment arriver à donner une éducation à ses enfants si on en a 3 ou 4, à l’allure où vont les choses ? Nous n’allons tout de même pas prendre tous nos revenus pour scolariser les enfants. Et comment allons-nous les nourrir et les habiller ? Il faut que quelque chose soit fait, sinon beaucoup d’enfants n’iront pas à l’école par manque de moyens. Et c’est déjà le cas dans de nombreuses familles ». M. Ibrahim Oumarou a enfin  lancé un appel à l’endroit de l’Etat de voir dans quelle mesure revoir en baisse les frais de scolarité avec les fondateurs de ces écoles. Cela parce que  beaucoup de parents d’élèves souffrent pour payer les frais de scolarité.

Selon Mme Amadou Salamatou, un autre parent d’élève rencontrée à la devanture d’une école de la place, «les frais sont abordables, car l’éducation d’un enfant n’a pas de prix. Actuellement j’ai trois (3) enfants qui étudient dans les écoles privés dont deux  au niveau  collège et l’autre au lycée ». S’agissant des frais de scolarité, selon Amadou Salamatou « par an,  au niveau du collège,  je paie une somme de 800.000F  à chaque enfant  et le lycée, 1.000.000FCFA » a-t-elle souligné. « Je paie aussi à chaque enfant la tenue à une somme de 25. 000F l’unité  et le tee-shirt pour EPS à 5000FCFA.  Ajouter à tout cela, l’ensemble des fournitures scolaires à savoir les livres, les cahiers, et les trousses scolaires pour chaque enfant à 100.000FCFA ». Concernant,  les cours privés à ladite école, « chaque mois, je paie 220.000F  en raison de 100.000F pour les enfants du  collège, et 120.000F le mois pour celui qui est au lycée » a-t-elle indiqué.

Mme Nafissa Moumouni  elle-même parent d’élève trouve elle, qu’aujourd’hui, les frais de scolarité sont très exorbitants surtout au regard des  revenus des parents. Même si c’est on dit que l’éducation d’un enfant n’a pas de prix, les promoteurs de ces écoles doivent aussi tenir compte des revenus du nigérien lambda qui lutte coûte que coûte pour garantir une éducation de qualité à ses enfants. «  Actuellement, je paie très cher l’école  pour mes deux enfants (maternelle et primaire). «Pour la  Maternelle, je paie une somme de 700.000 FCFA l’année, l’uniforme à 40.000F, les frais de nourriture à 30.000F le mois et l’autre qui est au primaire, je lui verse une somme de 800.000 FCFA l’année, l’uniforme à 50.000F et la nourriture à 50.000F  ».  C’est parce que l’école publique  fait face à des perturbations liées à des grèves tantôt  des enseignants tantôt des élèves que les parents ont pris cette option d’amener leurs enfants dans les établissements privés afin de leur  garantir une bonne éducation, sinon les parents ne disposent pas assez  de moyens conséquents pour faire face à ce problème. «De fois, il faut aller de gauche à droite ou même emprunter de l’argent à une banque  pour pouvoir inscrire son enfant dans ces écoles» a-t-elle affirmé. Elle dit toujours ne pas comprendre pourquoi les frais de scolarité sont très élevés dans la plupart des écoles privées et que  l’Etat ne dit rien ».

 

 

Par Yacine Hassane