Istanbul : La Capitale Impériale

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

 

Fondée sous le nom de Byzantion  sur le promontoire de Sarayburnu vers 660 avant notre ère, la ville grandit en taille et en influence et devint l’une des villes les plus importantes de l’histoire. Après son rétablissement à Constantinople en 330, il servit de capitale impériale pendant près de 16 siècles, au cours des siècles romain / byzantin (330-1204), latin (1204-1261), palaiologos byzantin (1261-1453) et ottomane (1453-1922) empires.  Il a joué un rôle clé dans l’avancement du christianisme à l’époque romaine et byzantine, avant que les Ottomans ne conquièrent la ville en 1453 de notre ère et la transformèrent en une forteresse islamique et le siège du califat ottoman. Sous le nom de Constantinople, ce fut la capitale ottomane jusqu’en 1923. La capitale fut ensuite transférée à Ankara et la ville renommée Istanbul.

La ville la plus peuplée de Turquie et le centre économique, culturel et historique du pays, Istanbul est une ville transcontinentale en Eurasie, chevauchant le détroit du Bosphore (qui sépare l’Europe et l’Asie) entre la mer de Marmara et la mer Noire. Son centre commercial et historique se situe du côté européen et environ un tiers de sa population vit dans des banlieues situées du côté asiatique du Bosphore. Avec une population totale d’environ 15 millions d’habitants dans sa région métropolitaine, Istanbul est l’une des villes les plus peuplées du monde, se classant comme la quatrième plus grande ville du monde et la plus grande ville d’Europe. La ville est le centre administratif de la municipalité métropolitaine d’Istanbul

Le Bosphore amène les eaux  de la mer Noire, de la mer de Marmara, et de la Corne d’Or jusqu’au cœur de la cité. Le destin de la ville d’Istanbul est dû  à sa position géographique stratégique sans pareil et sa beauté  naturelle enchanteresse. Au cours de l’histoire, la ville a été embellie de magnifiques monuments et est devenue une métropole ou cohabite différents peuples, cultures et religions.

Istanbul offre une variété infinie entre modernité et tradition, un ensemble qui fascine  certainement les visiteurs. Musées, églises, palais, mosquées et complexe religieux, bazars et sites naturels  à la beauté ahurissante sont innombrables. En se relaxant sur les rivières occidentales du Bosphore tout en contemplant les derniers rayons du soleil qui se reflètent sur la rive opposée, l’on comprend vite et profondément la raison pour laquelle les premiers occupants sont venus s’installer sur ce site exceptionnel. C’est aussi également en ce moment que l’on  peut ressentir la raison pour laquelle Istanbul est réellement parmi les villes les plus admirables au monde.

 

Ayant été capitale impériale pendant 15 siècles, Istanbul est riche en monuments architecturaux reflétant sa splendeur passée

 

A chaque tournant de la ville, on peut rencontrer des palais, des mosquées, des églises, des monastères, des monuments, des murs et des ruines romains, byzantins et ottomans. Le vieux centre-ville, avec ses lieux de culte, ses bâtiments administratifs et ses lieux de commerce et de loisirs, est un lieu de rencontre des citoyens, bénéficiant ainsi de la sécurité et la bienfaisance  de l’État tout en maintenant leur culture et leur mode de vie.

Les plus beaux monuments d’Istanbul se trouvent sur la péninsule historique, cette étendue triangulaire entourée par la mer de Marmara à l’est et au sud, de la Corne d’or au nord et des murailles à l’ouest. Les zones historiques d’Istanbul ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1985, enchantant les visiteurs avec une texture impressionnante. La place Sultan Ahmet est le noyau de la péninsule historique et les exemples les plus marquants de  l’architecture byzantine et ottomane se trouvent à proximité.

Au cours de la période byzantine, le centre de la ville était l’hippodrome et ses environs. Le palais était le centre du pouvoir, Sainte –Sophie était  le plus spectaculaire des édifices religieux. L’hippodrome était  le centre qui servait  de loisirs et la citerne Basilique fournit la majeure partie de l’alimention en eau de la ville – tout se trouve au centre de la ville. À l’époque des Ottomans, la place où se trouvait autrefois l’Hippodrome est devenue le lieu des cérémonies de circoncision des enfants des sultans.

Le palais de Topkapi, d’une richesse infinie, abrite dans une de ses sections les fameuses reliques sacrées, au nombre desquelles figurent le manteau et la bannière du prophète, qui reposent dans des coffres en or. La mosquée du Sultan Ahmet, également connue sous le nom de mosquée bleue, fut érigée entre 1609 et 1616, et abrite le mausolée de son fondateur, le sultan Ahmet I, une medersa et un hospice.

Notre visite au niveau de ces lieux a eu lieu aux environs de midi (heure locale) avec un guide qui nous retrace l’historique de chaque lieu avant même d’y rentrer. Ce jour, nous avons trouvé une marée humaine venue de toutes les contrées du monde. Les visites se passent dans le calme et la discipline avec une oreille attentive de ce que dit le guide de chaque groupe sous une haute surveillance de sécurité. C’est également un moment de prise de photos de ces lieux historiques. Certains avec des caméras sophistiqués et d’autres avec leurs appareils mobiles.

Fier de ces valeurs héritées, Istanbul est devenue aujourd’hui une place importante financière et économique offrant ainsi un grand nombre d’opportunités et de services  dans des domaines aussi divers que l’éducation, la télécommunication, la commercialisation, l’ingénierie et le tourisme etc…. Conférences internationales et festivals, foires, présentations de mode, performances sportives et artistiques apportent une nouvelle dimension et au potentiel de la ville. Istanbul est devenue l’une des destinations préférées pour le tourisme sur le plan mondial et dispose de tous les services et infrastructures nécessaires  pour organiser tout genre d’évènement  quel que soit le nombre de participants.  La ville d’Istanbul dispose également d’un excellent réseau de transport et de communication ainsi qu’une multitude de choix en matière d’hébergement avec des équipements de la dernière génération de technologie, contribuant ainsi à faire de Istanbul une ville qui peut répondre à tout service et.   besoin.

 

Excursion en bateau le long du Bosphore, le détroit sinueux qui sépare l’Europe et L’Asie

 

Notre séjour à Istanbul serait incomplet sans une traditionnelle et inoubliable excursion en bateau le long du Bosphore, le détroit sinueux qui sépare l’Europe et l’Asie. Ses rives sont un charmant mélange fait de passé et de présent, de grandes splendeurs et beauté naturelle.

Le bateau qui nous transporta quitte l’embarcadère  et s’arrête alternativement sur les rives asiatiques et européennes du détroit. Nous contemplons l’espace sous les explications du guide qui nous retrace les évènements historiques des palais se trouvant au bord des rives. Nous sommes tout d’abord passé devant le palais de Dolmabahçe, derrière lequel se trouve les parcs et pavillons impériaux du palais Yildiz. En contrebas de ces parcs se trouve le palais de Çırağan, qui a été transformé depuis 1874 en résidence impériale pour le sultan Abdülaziz, qui est par la suite devenue un hôtel de luxe à la fin du 20e siècle. Ses façades en marbre sculpté s’étendent sur environ de 300 m le long du Bosphore, ou viennent se refléter les eaux.

On aperçoit également le long de la rive un rassemblement d’artistes et d’artisans qui viennent exposer leurs œuvres, créant ainsi une ambiance particulière animée par les visiteurs et exposants.

L’église, la mosquée et la synagogue se trouvent  ici côte à côte, témoignant ainsi  l’esprit de  tolérance depuis les origines. L’un des plus grands ponts suspendus au monde, le pont Bosphore se trouve juste au-dessus, servant d’écrin à l’architecture traditionnelle tout en reliant l’Europe à l’Asie. En regardant en direction de la rive européenne, l’on voit les villas ottomanes en bois qui créent un contraste avec les luxueux appartements  modernes du village voisin de Bebek.Quelques kilomètres plus au nord se trouvent la forteresse de Roumélie et d’Anatolie qui se font face sur chaque rive du détroit, telles des sentinelles gardant la cité. Le second pont de jonction  routière entre les deux continents, le pont Fatih Sultan Mehmet, enjambe le détroit à proximité des deux citadelles.

Bosphore  est un lieu de promenade très apprécié, qui comporte également un grand nombre de cafés et restaurants, au milieu d’un superbe paysage et d’un air frais et pur. Bosphore est un lieu où les hôtels modernes côtoient les demeures en bois posées à fleur d’eau, des palais en marbre sont érigés à proximité d’anciennes forteresses en pierre.

 

Shopping

 

Istanbul est un véritable  paradis pour les achats,  capable de répondre aux goûts de tous clients. Des grands bazars aux  ateliers qui perpétuent les anciennes traditions des centres commerciaux et aux grands magasins, Istanbul offre une grande variété de possibilités en matière d’opportunité de shopping.

Le Grand bazar et le marché aux Epices, encore appelé marché Egyptien, sont les deux endroits les plus visités à Istanbul.  Le Grand bazar évolua sur une période de plusieurs siècles jusqu’à acquérir sa forme actuelle, permettant aujourd’hui, dans plus  de 3000 boutiques, d’y trouver un peu de tout, allant des antiquités à la joaillerie, de l’or jusqu’aux souvenirs bon marché. Sa fonction originelle, telle que définie par le sultan Mehmet le Conquérant, était d’assurer des revenus pour l’entretien  de Sainte-Sophie. Le marché Egyptien avait été construit dans un but similaire, pour assurer des rentrées financières à la  Nouvelle Mosquée.

Aujourd’hui, le Grand Bazar et le marché Egyptien sont devenus des endroits où l’on n’aura plus que l’embarras du choix pour y trouver des souvenirs, des présents et des cadeaux à ramener d’Istanbul. Ces bazars ayant constitué l’un des principaux endroits de commerce et d’échanges à l’époque ottomane. On peut toujours y trouver des objets traditionnels ou artisanaux.

 

La place historique Taksim, un carrefour de meilleures marques

 

Considéré comme le cœur d’Istanbul moderne, la place Taksim est située dans la partie européenne de la ville. Elle se trouve dans un important quartier commerçant et touristique, connu pour ses restaurants, ses boutiques, et ses hôtels. Le nom de la place, «Taksim», signifie «distribution» en turc, car il s’agit du lieu où été centralisée la distribution d’eau de la ville. Jusqu’au début du XXème siècle, l’endroit définissait l’extrême nord d’Istanbul, mais, avec son extension, elle est vite devenue le cœur de la ville.

Les élégantes boutiques de quartiers de Taksim et de Nişantaşı apportent un contraste au fourmillement caractéristique des bazars. On peut par exemple, le long des avenues İstiklal, Cumhuriyet et Rumeli, flâner à sa guise dans les boutiques  qui proposent une multitude d’articles confectionnés avec les textiles de haute qualité  produits en Turquie, et y trouver des vêtements des plus grands stylistes internationaux ou nationaux. Bijouterie, sacs et chaussures comblent aussi toutes les envies. Pour ceux qui ne veulent pas  prendre assez de temps à se balader dans les rues pour les achats, il y’ a un nombre important de centres commerciaux qui rassemblent toutes les marques  et tous types de marchandises sous un même toit. En effet, ce sont des centres qui n’abritent pas  seulement des magasins de mode, mais aussi extrêmement bien  pourvus en ameublement, articles ménagers, cafés, restaurants et aires de restauration rapide. Certains de ces centres commerciaux disposent même de complexes de cinéma et de zones de loisirs pour enfants.

On y  trouve d’innombrables restaurants à Istanbul proposant  de la cuisine turque avec toutes ses variétés locales. Ces restaurants servent aussi l gastronomie internationale, italienne, française, japonaise et libanaise…

 

YTB : Présidence pour les Turcs à l’Etranger et les Communautés Apparentées

 

C’est une direction qui offre des bourses d’études et de programmes d’échanges, de recherches pour les universitaires et aussi pour les fonctionnaires.

Depuis le début des années 2000, les progrès rapides réalisés par la Turquie dans tous les domaines, de la politique étrangère aux politiques sociales, se sont également manifestés dans l’éducation internationale, et d’importantes mesures ont été prises à cet égard. Dans le cadre des attributions de la direction, le programme turc de bourses d’études a été lancé en 2012 à l’initiative de la direction et avec la coopération des institutions concernées; et les bourses d’études supérieures offertes par la Turquie aux étudiants étrangers ont été mises à jour.

Le programme turc de bourses d’études, qui reçoit plus de 100 000 demandes par an, non seulement offre des bourses, mais offre également des stages universitaires. À cet effet, il s’inscrit parmi les meilleures bourses d’études dans le monde. La Turquie prévoit d’accueillir 200.000 étudiants étrangers en 2023.

YBT est l’une des instituions turques importantes qui œuvre en matière de diplomatie culturelle à en croire le vice-président M. Sayit Yusuf. En effet, selon le vice-président de YTB, « le but est l’amélioration, la coopération et la  collaboration des relations culturelles »

Le programme AFMED (programme de formation pour les représentants des medias africains) auquel ont pris part 20 jeunes journalistes de 13 pays africains a été organisé par YBT en collaboration avec d’autres institutions turques. Il s’a git des participants du Niger, du Mali, du Sénégal, de la Somalie,  de la Tanzanie, de la Libye, de la Tunisie, du Maroc, du Liberia, du Kenya, du Nigeria, du Tchad, et de l’Ethiopie.

Pour rappel, le programme de formation qui a duré trois semaines, a été l’occasion pour les participants de suivre des cours sur les principes fondamentaux de l’industrie des médias et le climat en constante évolution de la diplomatie étrangère. Les participants ont été  formés sur des thématiques dont entres autres : l’analyse des conflits et reportage des crises, la      diplomatie humanitaire, le journalisme de paix, etc…

Ces thématiques  cadrent avec la réalité de l’Afrique. En effet,  une grande partie du continent est confrontée aux défis sécuritaires et de paix menaçant de compromettre la stabilité nationale et la démocratie, mais aussi de conflits internes et de tensions          ethniques.

Mieux, le programme AFMED a permis aux jeunes journalistes  d’échanger des idées, d’approfondir leurs connaissances sur l’industrie des médias et de faire progresser leurs compréhensions dans plusieurs    domaines importants du journalisme moderne. AFMED représente pour ces jeunes  journalistes  une opportunité de comprendre la nature et l’importance de l’engagement de la Turquie auprès de l’Afrique et de les  placer sur un meilleur piédestal pour pouvoir analyser et rendre compte de cette coopération de manière plus significative, ce qui renforcera mieux les liens mutuels.

 

Par Issoufou A. Oumar, envoyé spécial(onep)