Lancement, hier de projet sur le renforcement de la justice pénale dans le cadre de répression des actes terroristes : Des efforts supplémentaires en matière de lutte contre le terrorisme au Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le ministre de l’Urbanisme et du Logement M. Waziri Maman assurant l’intérim du ministre de la Justice a présidé hier matin la cérémonie de lancement du projet  sur le « renforcement de la réponse de justice pénale au terrorisme par l’utilisation des renseignements et indices recueillis sur le terrain au cours des opérations militaires dans les zones de combat au Niger comme moyen de preuves dans les cas de terrorisme ». Ce projet est financé par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

 

A cette occasion un mémorandum d’entente a été signé par les Ministères bénéficiaires, à savoir ceux en charge de l’Intérieur ; de la Défense Nationale, et de la Justice à travers lequel ils se sont engagés à coordonner leurs activités afin d’améliorer la collecte et l’utilisation des preuves résultant  d’actes terroristes. Ce projet vise non seulement à relever le défi auquel le pôle judiciaire spécialisé et le service central de lutte contre le terrorisme sont confrontés, cela après la mise à la disposition des suspects par les forces de défense et de sécurité dans le cas de poursuites des affaires liés au terrorisme. Il vise aussi à renforcer la coopération entre les forces de défense et de sécurité impliquées dans les opérations de lutte contre le terrorisme et la judiciarisation des renseignements comme éléments de preuve en matière de justice pénale.

Dans l’allocution qu’il a prononcée, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux par intérim  a d’abord rappelé que la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et d’autres sortes d’infractions transfrontalières, constituent un défi majeur tant pour la communauté internationale, pour la région du Sahel que pour notre pays. Pour M. Waziri Maman, ces phénomènes risquent de compromettre des valeurs essentielles tels l’Etat de droit, le respect des droits de l’homme, la protection des civils, la tolérance entre les peuples et les nations et le règlement pacifique des conflits. « Ils peuvent avoir également un effet dévastateur sur le développement et sur la paix durable et constituent des menaces constantes pour la sécurité humaine » a-t-il mentionné. Le terrorisme, un phénomène complexe en mutation constante, ses méthodes d’attaques tout comme ses cibles ne cessent de changer du jour au lendemain a-t-il dit.

C’est pourquoi, précise-t-il, les réponses à ce phénomène malsain, notamment les techniques d’investigation et les procédés d’échange des données doivent aussi s’adapter. Cela passe par le renforcement des capacités passe d’abord par la formation des acteurs de la chaine pénale, notamment les magistrats et les offices de police judiciaire.

Pour Mme Elena Rigacci Hay, Chef de section du Service de la prévention du terrorisme  à l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le crime (ONUDC), ce projet est conforme aux directives mondiales des Nations Unies, et vise à harmoniser les pratiques des acteurs militaires et de la justice pénale au Niger en vue de les aligner sur les meilleures pratiques identifiées dans ces directives. Elle s’est dit confiante que ce projet apportera une réelle contribution aux efforts déployés par le gouvernement du Niger dans la lutte contre le terrorisme, et des solutions durables à sa menace.

Pour sa part, l’Ambassadeur des Etats-Unis au Niger SE Eric P. Whitaker a indiqué que l’objectif de ce projet consiste à former les unités militaires et gendarmes nigériens opérant dans des zones hostiles, à la collecte, au stockage et au transfert des preuves sur le champ de bataille, pour les remettre aux enquêteurs et aux procureurs civils. Il vise également à introduire des techniques efficaces pour interroger des suspects et des témoins afin de constituer des dossiers crédibles pour une décision  judiciaire permettant une poursuite judiciaire efficace des terroristes. « Organisée conjointement par le Bureau de la lutte contre le terrorisme du Département d’Etat américain et l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime, cette initiative montre à la fois l’engagement du gouvernement des Etats Unis et de la Communauté  internationale à former un partenariat avec le Niger pour enquêter sur les infractions terroristes et les poursuivre, conformément au code pénal du Niger et à l’Etat de droit » a déclaré SE Eric P. Whitaker.

A l’issue de la cérémonie,  M. John Godfrey, sous coordonnateur pour le  bureau  en charge de la lutte contre le terrorisme au Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, a confié que l’ONUDC, à travers son programme au Sahel supporte le développement de système de justice pénale accessible, efficace et transparente, et combat aussi le trafic de drogue, le crime organisé, et le terrorisme ainsi que la corruption.

Laouali Souleymane(onep) et  Farida Ibrahim Assoumane