Idi Ango Omar, Président de l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Durable (OEDD) : «Le Pacte Eco Citoyen Niger est un condensé de 14 engagements soumis à l’adhésion des Nigériens en vue d’élever leur conscience éco citoyenne»

Invite de sahel dimanche
Spread the love

Sharing is caring!

 

Monsieur le Président, force est de constater que depuis le lancement de ses activités, l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Durable (OEDD) multiplie initiative et actions en faveur de l’assainissement et la préservation de notre environnement. C’est ainsi que le 1er décembre dernier, l’on a assisté au lancement officiel du concept «Pacte Eco Citoyen Niger». Plus clairement, que contient ce concept «Pacte Eco Citoyen Niger» ?

Pour parler des initiatives  et actions menées par l’OEDD, comme vous l’évoquez tantôt, il faut mesurer l’importance et l’immensité des objectifs visés par l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Durable (OEDD). En effet, l’OEDD s’est fixée, entre autres objectifs, d’organiser la participation des populations et soutenir leurs efforts dans la mise en œuvre des politiques publiques relatives à la saine gestion et à la valorisation des ressources de l’environnement. Notre ONG s’investit également en faveur de l’amélioration du cadre de vie, mais aussi de la promotion des pratiques de production et de consommation durable en vue d’une transition vers une économie verte pour lutter contre la pauvreté et favoriser un développement durable effectif.

Comme vous le voyez, l’immensité des domaines d’intervention de l’ONG fait que nous redoublons d’efforts et d’initiatives à travers des actions de mobilisation sur le terrain en faveur de la préservation de l’environnement.  C’est dans ce sens que, en plus des actions de plaidoyer que nous menons sur le plan de la conservation et la préservation de l’environnement, et dans le cadre de la lutte contre l’utilisation des sachets plastiques, nous avons organisé des opérations de salubrité publique, notamment au Lycée Issa Korombé et au Bosquet des Nations.

Mieux, nous avons pris l’initiative de la création d’un nouveau concept qui est celui du « Pacte Eco Citoyen Niger ». C’est un travail de fond que l’ONG a effectué pour élaborer le document qui définit les contours et le contenu du concept « Pacte Eco Citoyen Niger ». Ensuite, des démarches fructueuses ont été  entreprises et, en collaboration avec un certain nombre de partenaires, nous avons procédé, le dimanche 1er décembre 2019, au lancement officiel, du «Pacte Eco Citoyen Niger », sous le thème « pour notre bien-être et celui des générations futures adhérons ».

Cette cérémonie qui s’est déroulée dans l’enceinte de l’espace « Bosquet des Nations » a été rehaussée par la présence du ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba, qui a d’ailleurs donné le coup  d’envoi de la signature du Pacte en question. On notait aussi la présence du Gouverneur de la Région, M. Issaka hassane Karanta,  des chefs de quartier de Banifandou, des élèves de certains établissements de la capitale  ainsi que de plusieurs cadres du ministère de l’Environnement.

Qu’est-ce que le concept «Pacte Eco Citoyen Niger » ?

Le « Pacte Eco Citoyen Niger » est un engagement volontaire à adopter des gestes et des comportements responsables pour réduire sinon éliminer les déchets, les pollutions et nuisances de toutes sortes, protéger et mieux gérer l’environnement pour améliorer notre cadre de vie, le rendre plus sain et créer de meilleures conditions de vie aux habitants des villes et villages. Il aidera à élever le niveau de conscience de l’impact de nos actes sur notre milieu, sur notre vie et sur celle de nos autres concitoyens. Le Pacte éco citoyen du Niger comporte 14 engagements auxquels le citoyen souscrit volontairement.

L’objectif visé étant d’élever la conscience éco citoyenne de tous les Nigériens et de les amener à un changement de comportements et d’habitudes pour un mieux-être des populations.

Il s’agit pour l’ONG OEDD de faire en sorte que tous les citoyens arrivent à adopter les réflexes éco citoyens décrits dans le pacte, qui concernent la vie au quotidien de tout un chacun (populations urbaines et rurales). En définitive, il s’agit d’établir le respect des convenances sociales pour générer un environnement plus propre et plus sain. De ce fait, la fonction du pacte est double, moralisatrice et éducatrice.

Il y a lieu de souligner que ce Pacte Eco citoyen s’inscrit dans le cadre d’un processus de campagne de mobilisation, de conscientisation et de sensibilisation de la population sur les questions environnementales et climatiques.

Que comporte le contenu du Pacte Eco Citoyen, tel que conçu par l’OEDD ?

Le contenu du Pacte Eco Citoyen se résume à 14 engagements pour lesquels nous avons besoin de l’adhésion de l’ensemble des citoyens nigériens. Et, pour une meilleure compréhension du Pacte, les différents comportements, gestes ou reflexes responsables à observer sont décrits de façon claire et détaillée, dans un style très simple et avec des illustrations en dessin.

Les quatorze (14) engagements volontaires sont relatifs aux volets hygiène, salubrité, assainissement et gestion des déchets solides et liquides ; économie de l’énergie et de l’eau et promotion des énergies renouvelables ; promotion de plantations et de la régénération naturelle d’arbres, de leur entretien et du non gaspillage de papier.

Dans le volet relatif à l’hygiène,  la salubrité,  l’assainissement et  la gestion des déchets solides et liquides, on dénombre sept (7) engagements. Ce sont les engagements consistant à : prendre soin de nos habitations et de nos lieux de travail (intérieur et extérieur) pour les garder toujours propres et ordonnés ; balayer chaque jour la devanture de nos habitations et bâtiments divers ; ne pas rejeter les eaux usées des sanitaires, des ménages et des piscines sur la voie publique ; éviter tout branchement des tuyaux de sanitaires sur les caniveaux ou de creusement de fosses septiques dans la rue ; ne pas jeter tout déchet à travers les fenêtres, en marchant, en voiture ou sur quelque monture que ce soit ; ne pas faire usage de sachets plastiques pour nos emplettes ; prendre l’habitude de cracher ou de se moucher dans des mouchoirs ou tous autres supports jetables à abandonner dans les poubelles ; et d’uriner et de déféquer dans les latrines publiques ou privées et non à l’air libre.

Quant au volet portant sur l’économie de l’eau et de l’énergie et de la promotion des énergies renouvelables, il englobe deux (2) engagements, à  savoir : surveiller notre consommation d’eau en veillant à éviter tout gaspillage et à éliminer les fuites ; surveiller notre consommation d’électricité en évitant tout gaspillage et en utilisant au maximum la lumière naturelle.

Cela revient à adopter le geste d’éteindre la lumière, arrêter les climatiseurs et les ventilateurs des pièces d’habitation et des bureaux sans occupant, et d’utiliser des ampoules de basse consommation et débrancher tous les appareils électriques que nous n’utilisons pas au lieu de les laisser en état de veille.

Dans le domaine de la Promotion de plantations et de la régénération naturelle d’arbres, de leur entretien et du non gaspillage de papier, deux (2) engagements sont requis : prendre l’habitude de planter des arbres et les entretenir (arrosage et protection) au moins jusqu’à affranchissement et remplacer systématiquement chaque arbre abattu dans l’environnement immédiat ou ailleurs ; et éviter d’imprimer et de photocopier et le faire seulement quand c’est d’ultime nécessité et dans ce cas l’effectuer en recto verso.

S’agissant du volet relatif à la gestion des nuisances, un (1) engagement est inscrit. Il est demandé aux citoyens d’éviter les tapages diurnes et nocturnes, sources de nuisances sonores, notamment l’utilisation quotidienne et abusive des haut-parleurs, les actions émanatrices de mauvaises odeurs dues à la vidange clandestine nocturne des fosses septiques ainsi que les fumées des pots d’échappement des véhicules, des moulins à grains, des groupes électrogènes et des brulis des déchets. Il est précisé ici que l’élevage urbain à domicile (mouton, bœuf, vache, chèvre etc.) est aussi source de nuisances olfactives et sa pratique nécessite d’être améliorée par l’hygiène et la salubrité des étables et des enclos.

Enfin, pour le volet ‘’sensibilisation et auto évaluation’’, il y a deux engagements consistant pour les adhérents au Pacte à : donner l’exemple par leurs comportements éco citoyens ; et à s’auto évaluer régulièrement en termes de l’exécution effective des engagements pris, de l’influence sur le comportement des autres et de l’impact sur l’environnement et le bien-être des communautés.

Quelle impression vous anime après le lancement officiel du « Pacte Eco Citoyen Niger » ? Avez-vous perçu chez les citoyens une volonté réelle de s’approprier ce Pacte ?

Le sentiment qui se dégage à l’issue, voire au cours même, de la cérémonie de lancement du Pacte Eco Citoyen est celui de l’optimisme. Ce sentiment s’appuie sur la preuve de volonté politique des autorités compétentes qui, non seulement ont exprimé leur engagement à nous accompagner dans cette campagne, mais aussi et surtout, elles ont donné l’exemple en apposant leur signature sur le Pacte Eco Citoyen. C’est pour nous l’occasion de réitérer notre gratitude au ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba, qui a  vivement invité toute la population à adopter un comportement éco-citoyen par la pratique et la consolidation des bonnes habitudes en matière d’environnement.

Cette volonté d’accompagner l’OEDD dans la conduite de cette action éco-citoyenne s’est également dégagée chez le Gouverneur de la Région, et chez le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey, qui ont salué cette initiative tout en exprimant leur volonté et leur disponibilité à accompagner le processus.

Nous sommes déterminés à poursuivre les actions avec nos différents partenaires en vue d’insuffler une réelle dynamique d’appropriation du Pacte Eco-citoyen, à travers une large campagne de vulgarisation en intensifiant une communication tous azimuts.

 

Propos recueillis par Assane Soumana(onep)