Réunion de plaidoyer sur la prévention du paludisme : Pour une plus grande utilisation des moustiquaires Imprégnées d’Insecticide de longue durée d’action (MILDA)

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Une réunion de plaidoyer sur l’importance de l’utilisation des moustiquaires Imprégnées d’Insecticide de longue durée d’action (MILDA) dans la prévention du paludisme s’est tenue le lundi 16 décembre dernier à Niamey. Cette réunion, placée sous le haut parrainage de la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, également marraine de la lutte contre le paludisme et ambassadrice au Sahel, vise à vulgariser les instructions qui sont contenues dans les directives opérationnelles (documents de référence nationale).

Le guide et les directives opérationnels élaborés sous le leadership du projet PMI/Vectorlink et validés par le ministère de la Santé publique constituent des documents de référence nationale pour l’amélioration de l’accès des populations en général et celui des femmes enceintes et les enfants de moins  de 5 ans à la MILDA.

Dans son discours, la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou, a exprimé sa gratitude à l’ambassade des Etats Unis d’Amérique pour ce généreux soutien du peuple américain qui, s’inscrit dans le cadre de l’Initiative du Président Américain contre le paludisme (PMI). Ce programme a permis l’élaboration des directives et du guide opérationnel de distribution continue des moustiquaires  imprégnées d’insecticide à longue Action (MILDA). La Première Dame a également félicité le ministre de la Santé publique qui, à travers le leadership du Programme National de Lutte contre le paludisme, a permis la production de ces documents.

« Au Niger, le paludisme constitue toujours un problème majeur de santé publique, représentant 28% des maladies et 50% des décès enregistrés parmi les cas observés dans les établissements de santé », a rappelé Hadjia Aissata Issoufou, précisant que les mesures préconisées pour lutter efficacement contre la maladie retenues par l’OMS sont entre autres, la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de 3 à 59 mois, le traitement préventif irrégulier chez la femme enceinte, la pulvérisation intra et extra domiciliaires et l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action ».

A travers cette stratégie, précise Hadjia Aissata Issoufou, les services de santé visent à améliorer la disponibilité des moustiquaires Imprégnées à longue durée d’action (MILDA) au sein de la population en vue de la maximisation de son utilisation au niveau des groupes vulnérables. « Les directives et le guide élaboré permettront d’améliorer l’implication des acteurs à tous les niveaux pour une distribution planifiée et coordonnée sous le leadership du PNLP ; de promouvoir l’utilisation des MILDA par les bénéficiaires ; de contribuer à maintenir la couverture universelle en MILDA au sein de la population », a-t-elle précisé.

La Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou a enfin saisi cette occasion pour lancer, à l’endroit des partenaires dans cette lutte, un appel afin qu’ils  continuent de soutenir le Niger dans le combat contre ce fléau. « Je souhaite qu’ils appuient le Niger dans la mise en œuvre de la pulvérisation Intra domiciliaires (PID) qui est une des principales méthodes utilisées pour la lutte contre le paludisme sur une grande échelle. La PID a contribué à éliminer le paludisme dans de vastes zones en Asie, en Russie, en Europe et en Amérique latine, et des programmes de PID ont également été réalisés avec succès dans certaines parties de l’Afrique cependant elle reste embryonnaire au Niger », a-t-elle ajouté.

Pour l’ambassadeur des Etats Unis au Niger SE. Eric P. Whitaker, le gouvernement des Etats Unis à travers son soutien au Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme et l’initiative Présidentielle des Etats Unis contre le paludisme (PMI), s’est engagé à soutenir le ministère de la Santé publique dans ses efforts pour réduire la morbidité et mortalité liées au paludisme au Niger et dans le monde. « La prévention et le contrôle du paludisme est un objectif majeur de la politique d’aide étrangère des Etats Unis. La lutte contre les maladies fait partie de nos stratégies de Sécurité Nationale et de nos stratégies pour l’Afrique, car une population en bonne santé est essentielle à la croissance économique et au développement », a déclaré SE. Eric P. Whitaker.

De son côté, le ministre de la Santé  Publique, Dr Illiassou Mainassara  a, au nom du gouvernement, remercié tous les partenaires qui se sont associés à cette cérémonie qui constitue une excellente opportunité de plaidoyer sur l’importance de l’utilisation des moustiquaires dans la lutte contre le paludisme. « Elle permet également de s’interroger sur les actions que tout un chacun doit entreprendre pour contribuer à la réduction de cette maladie voir son élimination, gage d’un développement », a-t-il estimé. Le ministre de la Santé Publique de souligner qu’au Niger, le paludisme est la principale cause de morbidité et de mortalité. « Elle représente près de 25% des motifs de consultations dans les services de santé.  Ce chiffre peut atteindre 80% en période de haute transmission. Au cours des dix dernières années, il a été enregistré en moyenne un taux d’incidence cumulée de 11.896 cas pour 100 000 habitants chez les enfants de moins de 5 ans et une moyenne annuelle de 2.862 décès », a expliqué Dr Idi Illiassou Mainassara.

La cérémonie a été sanctionnée par la remise, par la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme, des documents (directives et du guide) aux  points focaux des régions et aux partenaires.

 

Yacine Hassane