Santé : L’inflammation de la vessie

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

De son nom scientifique cystite, l’inflammation de la vessie est une affection très fréquente, relèvent les praticiens des maladies urologiques. C’est un mal qui est surtout fréquent chez la femme selon eux. Après viennent les enfants et les adultes. Ils expliquent que la cystite est due à une infection bactérienne ou à une infestation parasitaire de la vessie. Toujours est-il qu’aux nombre de maladies susceptibles d’être des causes fréquentes de cystite en Afrique, on peut noter la bilharziose urinaire et la lithiase vésicale parasitaire des reins ou de voies urinaires.

Quels sont les symptômes de la cystite ?  Selon les techniciens,  l’association de trois signes est caractéristique de la cystite : les douleurs, la pollakiurie (besoin fréquent d’uriner) et la pyurie (émission d’urines purulentes). C’est ainsi qu’on note que les douleurs siègent dans le bas-ventre et augmentent au moment de l’émission des urines sous la forme de brûlures ou de spasmes. La pollakiurie, elle, oblige le malade à aller uriner fréquemment de jour comme de nuit. Elle peut s’accompagner d’envies d’uriner impérieuses avec des fuites d’urines incontrôlées. Quant à la pyurie c’est-à-dire l’émission d’urines purulentes, elle se traduit par des urines troubles contenant du pus. A cela peut s’ajouter une hématurie qui survient à la fin des urines. Les techniciens indiquent que la cystite se manifeste parfois après les rapports sexuels. A noter aussi que la cystite ne s’accompagne pas de fièvre.

 

Comment se fait le diagnostic de la cystite ?

Les praticiens expliquent qu’en dehors du tableau des symptômes, le reste est complété par l’examen des urines au laboratoire, les examens radiographiques et la cystoscopie quand cela est nécessaire. C’est un examen endoscopique qui permet de regarder directement dans la vessie. La cystoscopie ne doit pas être effectuée pendant la cystite mais après. Elle confirme l’inflammation de la vessie et permet de trouver une affection sous-jacente.

 

Le traitement de la cystite : Les techniciens disent qu’il comporte le traitement même de la cystite mais aussi de la maladie urologique éventuelle qui favorise cette cystite bactérienne ; le traitement des cystites parasitaires et tuberculeuses et le traitement des cystites récidivantes. Les praticiens expliquent que le traitement des cystites bactériennes repose sur les antibiotiques associés éventuellement à des anti-inflammatoires. Les antibiotiques sont choisis en fonction des résultats de l’examen des urines. Les cystites parasitaires et tuberculeuses (bilharziose) nécessitent un traitement spécifique. Les cystites récidivantes, comme celles qui surviennent après les rapports sexuels, peuvent être elles aussi prévenues par la prise de certains médicaments biens spécifiques. De manière générale, les techniciens indiquent que les cystites sont des affections fréquentes et le plus souvent bénignes lorsqu’une exploration et un traitement corrects sont menés. Ils soulignent qu’en Afrique, une cystite avec émission de sang mélangé aux urines (Hématurie), doit toujours faire soupçonner une bilharziose urinaire. Mais une cystite survenant chez un enfant doit faire rechercher une lithiase vésicale.

 

Issaka Saïdou(onep)