A la Présidence de la République : Le Chef de l’Etat reçoit une délégation du FMI et une mission du HCR

Audiences
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, s’est entretenu, hier, avec une délégation du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par le Directeur Général Adjoint de la ladite institution, M. David Lipton, puis avec une délégation conduite par le Haut-commissaire des Nations-Unies pour le Réfugiés (HCR), M. Filippo Grandi.

A l’issue de la première audience, le Chef de la délégation du FMI a indiqué que sa visite, la première au Niger, vise à mieux comprendre la situation du Niger. Affirmant que le Président de la République leur a fait un aperçu très large de la situation du Niger, il a indiqué qu’ils sont soucieux également de comprendre comment fonctionnent les Programmes d’assistance au Niger en vue d’identifier les domaines qu’ils doivent ‘’davantage renforcer en termes de stabilité sécuritaire et financière’’. M. David Lipton a apprécié ces échanges entre l’équipe du FMI et le Chef de l’Etat qui, selon lui,  ont été très fructueux et pourront mieux orienter son institution.

S’agissant de la question du partenariat entre le Niger et le FMI, il a confié que cette coopération se porte très bien. « Nous intervenons dans le cadre d’un programme d’appui, parce que le pays a des ambitions de développement de l’éducation, des infrastructures et, tout cela, dans un contexte de défi lié à la sécurité», a-t-il précisé. «Nous voulons faire en sorte que notre accompagnement puisse aider le pays à aller vers l’atteinte de ses objectifs et nous allons renforcer la Coopération dan ce sens», a-t-il assuré.

Pour la seconde audience, le Haut-commissaire des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR), M. Filippo Grandi, a indiqué qu’il séjourne au Niger dans le cadre d’une visite de travail. « C’est ma troisième visite du genre, et c’est la première étape d’une petite tournée régionale. Je serais en Mauritanie puis au Burkina Faso », a-t-il ajouté. Cette visite « est liée à la situation des refugiés et déplacés dans la région, notamment avec l’augmentation du déplacement forcé qu’il soit interne ou externe. C’est une situation qui nous préoccupe», a-t-il confié.

Il a ajouté que ces échanges ont été une occasion pour aborder les modalités et les moyens de travailler davantage, ensemble, pour faire face à la situation. « Nous sommes implantés au Niger depuis quelques années et nous travaillons en étroite collaboration avec le Gouvernement du Niger », a-t-il rappelé.

Insistant sur cette situation de flux de réfugiés et déplacés au Niger, il a cité la situation des réfugiés du Nigéria dans le Sud de Diffa et ceux du Niger dans la même zone pour la même cause, à savoir les actions de Boko Haram. A cela s’ajoute la zone de Tillabéri qu’il vient de visiter il y a deux jours. «Il y a aussi un flux des refugiés du Nigéria dans la zone de Maradi. Donc le Niger fait face à beaucoup de défis», a-t-il relevé.

Saluant la politique visionnaire du Niger sur ce sujet, il a dit que ce pays a besoin du soutien de la Coopération Internationale, car il ne peut pas, à lui seul, faire face à ce fardeau. « Le but de ma visite, c’est de remercier le Gouvernement et le peule du Niger, mais aussi d’exprimer notre solidarité pour les pertes en vies humaines enregistrées ces derniers temps », a-t-il expliqué. « Je suis complètement engagé, et avec moi le reste de la Communauté Humanitaire, pour mobiliser plus des ressources pour, non seulement les réfugiés et les déplacés, mais aussi les communautés Nigériennes qui les hébergent», a-t-il conclu.

 

Mamane Abdoulaye(onep)