Commentaire : Les bonnes nouvelles du front

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Subitement, le moral des Nigériens est remonté à bloc. En effet, les nouvelles du front de lutte contre le terrorisme au Sahel sont  bonnes et rassurantes ! En atteste le communiqué de presse rendu public, le jeudi 20 février dernier, par le Ministère de la Défense Nationale. En effet, ce communiqué nous apprend, non seulement qu’une vaste opération de traque a été rondement menée, ces derniers temps, dans la zone des ‘’trois frontières Mali-Niger-Burkina Faso’’ contre les groupes terroristes, mais surtout que cette opération s’est soldée par un bilan édifiant : aucune perte en vie n’est à déplorer dans les rangs de nos militaires, 120 terroristes neutralisés, la saisie et la destruction de dix motos et divers équipements de fabrication d’engins explosifs improvisés et d’observation, etc..

Cette action, dont le résultat témoigne de la nette suprématie des Forces de défense et de sécurité sur les forces du mal est significative à plus d’un titre. D’abord, elle vient démentir toutes les allégations alarmistes d’une certaine opinion tendant à faire croire que le ciel nous est tombé sur la tête. Certains oiseaux de mauvais augure sont allés jusqu’à dire que désormais, plus rien ne pouvait barrer la route à ces barbares dont la seule motivation est de semer la terreur et la désolation.

Ensuite, elle vient mettre fin aux ambitions hégémonistes des groupes terroristes opérant dans la zone. En effet, grisés par les cours succès des attaques massives perpétrées, vers la fin 2019, contre les positions militaires nigériennes, maliennes et burkinabés, les terroristes se sont pris à rêver de pouvoir enfin se frayer un vaste no-man’s land au sein duquel ils pourraient  faire prospérer, impunément et sans la moindre inquiétude, leurs basses besognes de rançonnage des paisibles populations, de vol de bétail, ainsi que de trafic d’armes, drogues et autres produits prohibés.

C’était sans compter avec la farouche détermination de nos Etats, de nos dirigeants et de nos forces armées.

Dans le cas précis du Niger, il était clair dans l’esprit de tous ceux qui ont pris la juste mesure des valeurs de dignité et de combativité qu’incarnent nos FAN (et ils sont nombreux!), que les attaques d’Inatès et de Chinagodare ne sauraient rester impunies. Il n’est un secret pour personne que pour perpétrer ces deux attaques contre nos positions militaires, dont ils connaissent la bravoure, le professionnalisme et l’engagement patriotique des soldats, tous les groupes terroristes opérant dans la bande sahélienne ont senti la nécessité de se coaliser pour constituer une puissance de feu à même de leur permettre de tenir tête face à nos soldats aguerris.

 

Aussi, après ces deux attaques sanglantes, beaucoup d’observateurs avertis ne se sont guère trompés de ce que sera la suite des événements. Car, même à ces sombres moments, les Nigériens n’ont jamais douté de la capacité de nos forces de défense et de sécurité à reprendre la situation en main pour porter farouchement l’estocade à l’ennemi. Et, aujourd’hui, voilà la réponse : la main foudroyante de nos forces et des alliées s’est lourdement abattue sur les forces du mal !

 

 

S’inscrivant dans la droite ligne des recommandations de la réunion de Pau, les nouveaux responsables du commandement militaire des FAN, agissant dans une parfaite coordination avec la Force conjointe G5 Sahel et la Force Barkhane, ont très vite changé de fusil d’épaule en adoptant une nouvelle tactique de guerre plutôt offensive. Ainsi, plutôt que de laisser aux terroristes le monopole de l’initiative des actions, nos valeureux hommes ont entrepris des descentes musclées sur le terrain de l’ennemi. C’est ainsi que, traqués et délogés de leurs repères, les prétendus ‘’invincibles djihadistes’’ ont été pourchassés et neutralisés, jusque dans leurs derniers retranchements, dans le triangle Inatès-TongoTongo-Tilowa.

 

La situation n’est pas non plus reluisante pour ces fanatiques de l’autre côté des frontières. Au Burkina Faso, également, la foudre des forces armées du Faso continue de tonner. Rien que samedi dernier, on a compté plus de vingt terroristes étalés, après que ces derniers aient tenté de s’attaquer à une position de l’armée à Dablo.

Idem au Mali où les FAMa sont en train d’administrer un cinglant revers aux terroristes. Ce fut le cas, le 19 février 2020, entre Koro et Dinangourou, où les FAMa ont neutralisé un terroriste et récupéré un lot d’armements ; le mardi 18 février 2020, quand les FAMa ont mené des frappes aériennes contre des terroristes, dans le secteur de Somadougou (Mopti), tuant ainsi plusieurs terroristes et capturant trois de leurs chefs. Auparavant, à Diabaly dans la zone du fleuve, les FAMa ont asséné de lourdes pertes à l’ennemi qui a désormais perdu le monopole de la violence. De son côté, la force Barkhane ne baisse pas les bras pour poursuivre une traque sans merci contre les méchants ‘’barbus’’.

Comme on le voit, partout, les terroristes sont aux abois. Il ne reste plus qu’à éradiquer les actions désespérées, voire opportunistes, de quelques énergumènes à moto qui profitent de la situation de trouble pour s’attaquer aux paisibles voyageurs et aux habitants des villages reculés, pour perpétrer des actes de vol et de rançonnage.

 

 Assane Soumana(onep)