Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Trève de controverse !


DG onepDepuis la nomination par le Gouvernement du nouveau Directeur Général des Douanes, une guerre sans merci, par médias interposés, oppose le Syndicat National des Agents de Douanes (SNAD) au ministre des Finances, Massaoudou Hassoumi.
De communiqués de presse en interventions alambiquées, les douaniers s'arc-boutent sur l'existence d'un statut juridique autonome de leur corps pour contester une prérogative constitutionnelle du Président de la République.Toujours est-il que l'on ne doit pas perdre de vue que,dans l'esprit du législateur, les dispositions du Statut autonome invoquées par la SNAD,à propos précisément des critères de nomination du Directeur Général des Douanes, ne s'appliquent qu'aux cadres du corps de la Douane. Non, le Statut autonome de la douane ne saurait concerner les autres cadres de l'administration publique dont le Chef suprême de l'administration dispose bel et bien des prérogatives de nommer à la tête de la Direction générale !
Nul besoin d'être juriste ou constitutionnaliste pour savoir que la Constitution, en tant que législation suprême d'un pays, est au-dessus de toutes les lois. Or, notre Constitution, en plusieurs de ses articles, notamment les articles 46 et 70, accorde les pleins pouvoirs au Chef de l'Etat pour nommer aux emplois supérieurs de l'Etat. Mieux, dans le cas présent, sujet de la controverse, la personnalité nommée à la tête de l'administration douanière dispose d'atouts non négligeables pour aider la Douane à atteindre les objectifs à elle assignés.
Cette nomination n'est donc ni un désaveu de la compétence des Douaniers, ni un mépris pour leur corps. Il s'agit simplement d'une décision souveraine du Gouvernement qui souhaite insuffler une nouvelle dynamique à la Douane dans sa politique de mobilisation des ressources internes.

Dans un monde secoué de plus en plus par la crise internationale, les pays ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour assurer toutes leurs dépenses de souveraineté. Notre pays, confronté à une crise sécuritaire sans précédent, une crise sociale sous-jacente multiforme, et une crise économique et financière engendrée par la chute du prix des matières premières, se doit de se donner nécessairement les moyens pour y faire face pour ne pas sombrer plus avant dans les dédales de la pauvreté et du sous-développement. Pour répondre efficacement aux revendications de l'école nigérienne et des autres secteurs sociaux.
Dans beaucoup de pays, comme l'a si bien rappelé le ministre Massaoudou Hassoumi, les gouvernants ont implémenté l'exemple de pays anglophones qui ont installé les ''Revenus Authority'' regroupant les Douanes et les Impôts, afin d'aboutir à une meilleure synergie des activités et une mutualisation des moyens. C'est l'exemple du Togo, lui-même calqué sur l'exemple du Rwanda.

Pour notre cas précis, le Président de la République a le pouvoir et la loi avec lui pour choisir quelqu'un de compétent en qui il a confiance tout en lui assignant des objectifs de performance dans la mobilisation des ressources.
Aujourd'hui, nous avons besoin de mobiliser nos ressources internes, toutes nos ressources internes ! C'est le combat de tout le monde.
La Douane, qui s'est sentie frustrée par les vérités amères du ministre des Finances, doit au contraire se ressaisir pour rattraper son retard par rapport à ses consœurs de la sous-région. Les palabres inutiles et autres invectives ne sont plus de mise. Le Niger a besoin de la mobilisation de toutes ses ressources pour assurer souverainement l'exécution du Programme de Renaissance acte II.
La nomination d'un cadre de l'Armée au poste de Directeur Général des Douanes n'est donc nullement un quelconque abus de pouvoir, a fortiori une entorse à notre loi fondamentale qui stipule d'ailleurs en son Article 66 : ''Les Forces Armées Nigériennes (FAN) assurent la défense de l'intégrité du territoire national contre toute agression extérieure et participent, aux côtés des autres forces, à la préservation de la paix et de la sécurité, conformément aux lois et règlements en vigueur. Elles participent à l'œuvre de développement économique et social de la Nation, et peuvent exercer des responsabilités correspondant à leurs compétences et qualifications''. Dura lex, sed lex!

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
www.lesahel.org

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.