Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !


d-27 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à un va et vient des femmes et des filles avec leurs récipients accrochés à la main. Ces braves femmes vont chercher de l'eau au niveau du Kori bordé de palmeraies et qui longe la ville d'Ingall à son extrémité Est. La particularité de cette tâche est qu'elle diffère largement de la corvée dans d'autres régions. On l'appelle localement Yashi.

Bien que la ville soit dotée d'une installation d'eau moderne, les habitants d'Ingall restent encore attachés à cette technique ancestrale de ''cueillette d'eau''. En quoi consiste le Yashi ? En saison des pluies, lorsque le Kori charrie d'importantes quantités d'eau, il nettoie le sable fin de son lit. Ainsi pour recueillir l'eau, les femmes creusent de petits puisards de 30 à 60 cm dans le sable. Quelques minutes après, une eau limpide sort pour remplir les puisards. Les femmes remplissent ainsi leurs récipients. « Malgré l'existence des robinets, nos mamans ici préfèrent l'eau du Yashi. Elles disent qu'elle a meilleur goût » confie Oustaz Ibrahim, un étudiant en Master à l'Université Islamique de Say, venu passer ses
vacances en famille.
Ce que confirme Khadija, la cinquantaine révolue venue remplir son seau. « Moi je préfère cette eau ; elle n'a pas de sel et elle est meilleure que celle du robinet. En plus, c'est elle que nous connaissons depuis le temps de nos ancêtres » dit-elle. Les propos de la vieille Khadija se justifient en partie. En effet, Ingall est connu pour ses eaux salées, riches en sels minéraux. C'est, du reste ce qui attire des milliers de pasteurs qui conduisent leurs troupeaux pour la Cure salée. Cette salinité des eaux a obligé les services chargés de la fourniture d'eau d'effectuer des travaux complémentaires pour désaliniser l'eau du robinet.
Mais ce qui est formidable dans le Yashi, c'est que c'est une action communautaire. Tout le monde peut se servir dans le puisard creusé par l'autre, témoignant ainsi toute la solidarité et la générosité des populations de cette ville qui accueille chaque année des milliers d'hôtes et de troupeaux à l'occasion de la Cure salée. Cependant, cette pratique ne dure que la saison des pluies au moment où les nappes sont rechargées et sont à fleur du sol. « Lorsque vient la saison sèche, on se rabat sur les puits foncés un peu partout dans la vallée » confie Hadjara, une autre femme rencontrée dans le Kori. Autant dire que le Yashi a encore de beaux jours devant lui.
Siradji Sanda, envoyé spécial(onep)
26/10/18

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

Les structures syndicales des agences de pèlerinag…

Les structures syndicales des agences de pèlerinage reclament la dépolitisation de l'organisation du Hadj au Niger

Chaque année, la traditionnelle organisation du pèlerinage à la Mecque connait quelques pé...

jeudi 16 mai 2019

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au…

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au Niger

Face au coût de plus en plus élevé du hadj, certains citoyens nigériens choisissent les vo...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Ramadan : dévotion et métamorphose

Ramadan : dévotion et métamorphose

Vous l'avez sans doute déjà remarqué : depuis quelques jours, par la grâce du mois béni du...

jeudi 16 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.