Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps


assane-soumanaPouvait-on rester là et assister, impassible, à la sinistre cascade des pertes en vies humaines, quand il suffisait d'une décision quelque peu audacieuse pour arrêter l'hécatombe ? C'est sans doute après avoir cogité sur cette lancinante question (dont la réponse va de soi), que les autorités de la ville de Niamey se sont décidées à prendre à bras le corps les maux liés à la fréquence des tragiques accidents de la voie publique qui n'ont fait que trop de morts au sein de notre capitale.
Aujourd'hui, soit un peu plus d'un mois après l'entrée en vigueur de la loi portant obligation du port de la ceinture de sécurité pour les automobilistes ainsi que du casque de protection pour les motocyclistes, le résultat est là, tout aussi tangible que reluisant ! Car, depuis l'entrée en vigueur de cette décision, que de vies sauvées.
Les chiffres donnés par la direction de l'Hôpital National de Niamey sont très parlants. En effet, selon un bilan dressé par les sévices de l'hôpital national de Niamey, au mois de septembre 2018, il a été enregistré 748 cas d'accidents de la voie publique (AVP), avec 67 patients souffrant de traumatismes crâniens dont 23 cas graves.
Pour le mois d'octobre passé, le bilan fait ressortir, non seulement une baisse remarquable des accidents de la voie publique, mais aussi et surtout une réduction notoire des cas de traumatismes crâniens. En effet, au cours de ce mois, il a été enregistré 356 accidents pour 24 cas de traumatismes crâniens dont 4 graves. N'est-ce pas là un signe palpable de progrès ?
Oui, les Nigériens ont prouvé qu'ils adhérent totalement au changement de comportement tant attendu d'eux. Ils se sont (très facilement !) accommodés au port de la ceinture et du casque. Il s'agit désormais de garder le cap et d'aller de l'avant dans cet élan de changement pour bannir progressivement de notre vie quotidienne certaines pratiques préjudiciables au bien-être de tous et de chacun.
Tenez !... Pendant que nous-y sommes, pourquoi pas une décision du genre qui obligerait les usagers des deux roues à circuler exclusivement sur les pistes cyclables qui ont été aménagées à cet effet tout au long de ces grands boulevards récemment mis en place dans le cadre du Programme Niamey Nyala ? Il se trouve en effet que ces pistes cyclables et les trottoirs réservés aux piétons restent quasiment inexploités à Niamey. Conséquence, tous les usagers se partagent la seule chaussée réservée aux automobiles. Ainsi, voitures, motos, vélos, charrettes, brouettes, piétons, et même les dromadaires et les ânes chargés de paille, se bousculent sur la même chaussée. Un scénario catastrophe qui englobe tous les ingrédients propices à la survenue des accidents de la circulation.
Assane Soumana(onep)
09/11/18

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.