Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps



assane-soumanaCes derniers temps, avec le froid glacial qui s'abat sur notre pays, les rues de Niamey deviennent quasi-désertes la nuit, sous le coup de 23 heures. Une situation favorable pour le retour en force des indésirables visiteurs de nuit au regard gluant, prêts à profiter de la situation.
Il semble aussi que les voleurs de bouteilles de gaz, de marmites et autres ustensiles de ménage entreposés dans les cours des concessions s'y sont aussi mêlés. Même si,en fait de banditisme, le vol de marmite peut être assimilé à un forfait mineur, la recrudescence d'un tel phénomène est un élément à prendre au sérieux en ce sens qu'il constitue une alerte sur la recrudescence du phénomène de vol au sein de la capitale. Passe les petits maraudeurs et chipeurs de marmite...
Le pire scénario à craindre c'est le retour des gangs organisés excellant dans les cas de vol en réunion et par effraction. S'y ajoutent aussi les bandes des jeunes motocyclistes à la machette opérant dans les rues sombres à la recherche des proies faciles. Jetant particulièrement leur dévolu sur les conducteurs des deux roues circulant dans des rues isolées, ces bandes de voleurs de motos qui opèrent généralement à deux, ont un mode opératoire très simple, mais cruel: pister leur ''proie'', s'en approcher calmement, lui asséner un violent coup de machette pour le faire tomber, puis s'emparer de sa moto avant de se fondre dans la nature.
Même si, il est vrai, que les forces de l'ordre et de sécurité sont toujours à la manœuvre pour veiller sur notre sécurité, notamment à travers des patrouilles nocturnes qui font la ronde dans tous les quartiers de la capitale, il y a toujours lieu de prendre des précautions sécuritaires préventives. Car, il faut toujours compter avec l'immensité du territoire de la Communauté urbaine de Niamey, mais aussi et surtout, avec l'audace des malfaiteurs.
Aussi, il n'est jamais de trop de rappeler que la sécurité doit être l'affaire de tout le monde et que l'efficacité des actions des forces de défense et de sécurité dépend en grande partie du niveau de la collaboration des paisibles citoyens.
Dans ce cas de figure, collaborer avec la police n'a rien d'un acte de mouchardage ou de poltronnerie. Il s'agit d'aider la police à nous aider à vivre en toute sécurité. La moindre petite piste ne doit être négligée pour aider les FDS à remplir avec efficacité leur difficile missionde sécurisation des personnes et de leurs biens. Ainsi, dénoncer des activités suspectes, même d'un voisin, d'une connaissance ou même d'un ami, doit être un réflexe pour tout citoyen modèle. Ainsi, seulement les malfrats seront mis hors d'état de nuire au grand bonheur des paisibles citoyens, qui pourront enfin dormir sur leurs lauriers en toute tranquillité.
Assane Soumana(onep)

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.