Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps



assane-soumanaA l'heure où la grande messe du monde francophone bat son plein à Erevan, en Arménie, qui accueille le Sommet de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l'occasion s'y prête de jeter un regard critique sur l'objet même qui fut à l'origine de l'organisation, à savoir la langue française. A ce titre, le constat est sans appel : la langue française est gravement menacée, allant jusqu'à frôler les limites de la dérive. Depuis belle lurette déjà, les puristes ont tiré sur la sonnette d'alarme sur les prémices du déclin de la langue de Molière qui s'affichaient à l'horizon.
Aujourd'hui, avec l'avènement de la culture Internet, la coupe est pleine et nos illustres académiciens, trop regardants sur la rigueur et la vivacité de cette langue, n'ont plus rien à faire que de s'arracher les cheveux (ou ce qu'il leur en reste encore) sur la tête. D'ailleurs, certains observateurs très avertis parlent déjà de ''combat quasi perdu de la francophonie dans la culture Internet''. Et ils n'ont pas tort. Car, force est de constater que, dans l'univers de la toile, le français importe des termes plus qu'il n'en exporte. Aussi, au niveau international, le Français a un rayonnement quasi nul dans le vocabulaire d'Internet.
Sur les 840 termes qui ont été créés par la Commission de terminologie et de néologisme de la langue française à l'effet d'endiguer la propagation de termes d'origine étrangère, seuls quelques rares termes ont tenu tête face à leurs équivalents en anglais. C'est le cas des termes français comme ''ardoise électronique'' (supplanté par tablette), frimousse (pour smiley), terminal de poche (pour smartphone), etc. Aujourd'hui, la plupart de ces anglicismes sont passés dans l'usage courant, voire dans le dictionnaire au détriment des idiotismes en français. Voilà pourquoi de nos jours, dans le texte français le plus savant, l'on se heurte à une forte résonnance des anglicismes.
Et que dire de la redondance du jargon tiré des langues vernaculaires africaines ? En Côte d'Ivoire et au Cameroun, par exemple, les gens ont trouvé les moyens de se forger une nouvelle langue, un véritable cocktail de vocables tirés du français et des langues locales. Ce qui fait dire à certains que les Ivoiriens, à travers leur parler, ont réussi à ''coloniser'' à leur façon la langue de Molière.
Ne parlons même pas du massacre systématique des règles de la grammaire et de l'orthographe où, selon le grammairien français Jean Maillet, les ''crimes linguistiques pullulent''.
Assane Soumana(onep)

12/10/18

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.