Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Note de conjoncture économique à la fin du mois d'octobre 2016 au Niger : Baisse annuelle de 14,7% des recettes fiscales par rapport à septembre 2015



cfaLa conjoncture économique internationale, à fin octobre 2016, a été peu favorable au Niger. C'est la principale conclusion de la Note de conjoncture économique à fin octobre 2016, un document publié conjointement par le Ministère du Plan et celui des Finances en novembre 2016. Cette étude souligne en effet que la conjoncture économique n'a pas favorisé la bonne évolution des agrégats macroéconomiques. Ainsi, le niveau de recouvrement des recettes fiscales, à fin septembre 2016, s'est établi à un taux de 59,1% par rapport aux prévisions de la Loi des Finances rectificative (LFR) 2016. En outre, pour tenir compte de ces effets conjoncturels, les prévisions de croissance économique du Niger ont été revues à la baisse pour l'année 2016. En effet la croissance économique s'établirait à 4,6% contre 5,2% antérieurement prévue. Elle serait de 5,5% en 2017 selon le même document.
D'après la Note de conjoncture économique, cette situation s'explique par la fluctuation des cours des matières premières au plan mondiale avec un baril de pétrole en dessous de 50 dollars US et le prix de l'Uranium (principal produit d'exportation du Niger) en chute continue. A cela s'ajoute, le ralentissement en 2016 de la croissance des pays tels que les Etats Unis, la zone Euro et la Chine, situation qui les oblige à baisser leurs demandes extérieures et leurs appuis financiers aux pays en développement. Aux Etats Unis, la croissance économique a été revue à la baisse de 0,6 points en 2016 et 0,3 points en 2017. Mais, l'effet qui a, le plus affecté le Niger, c'est la situation au Nigeria, principal partenaire économique de notre pays. En effet, ce pays a, selon le FMI, enregistré un taux de croissance économique négatif (-1,7% en 2016 et 0,6% pour 2017) avec une dépréciation de la Naira (monnaie du Nigeria), une situation qui impacté les échanges commerciaux entre les deux pays.
Pour ce qui est des matières premières, la Note de conjoncture économique note la hausse progressive du prix du pétrole. Le baril qui était à 44,1 dollars US en juillet a atteint 49,3 dollars en octobre de la même année. L'or a quant à lui enregistré une hausse mensuelle de 4,6% en octobre après une chute modérée entre le 2ème et le 3ème trimestre (-0,75%). Malheureusement, le prix international de l'Uranium poursuit sa tendance baissière (-4,9% entre le 2ème et le 3ème trimestre 2016). Ce même prix a chuté de 14% entre septembre et octobre 2016. Heureusement, les prix à la consommation ont enregistré une baisse mensuelle de 0,5% en octobre après une légère augmentation en septembre. Cette baisse s'explique, selon le Document du ministre du Plan, par les « les effets combinés de la bonne tenue de la production agricole pluviale et du démarrage des cultures de contre-saison qui ont induit la chute des prix de céréales et des produits frais (-0,48%). Les prix des matériaux de construction ont aussi enregistré en fin octobre 2016, une baisse de 2,7% et de 7,96% en glissement annuel par rapport à octobre 2015.
Par contre la situation a été moins reluisante sur le plan des finances publiques. En effet, souligne la note de conjoncture économique, les recettes totales cumulées en fin septembre 2016, s'établissent à 467,4milliards de francs CFA, soit un taux d'exécution de 59,1% par rapport aux prévisions de la LFR. En glissement annuel, ces recettes ont connu une baisse de 14,7% par rapport à fin septembre 2015. « Cette situation s'explique par le repli des recettes de la fiscalité intérieure (-10,7%) en lien avec la morosité économique et celle de la fiscalité de porte (-7,8%) en raison des autres effets des mesures de politiques économiques prises par le Nigeria pour relancer son économique » souligne la Note de conjoncture économique.
De manière générale poursuit la même source, toutes les composantes des recettes de la fiscalité intérieure sont en chute. Il s'agit des impôts sur biens et services (-11%) et des impôts sur le taux revenu (-10,2%). « Ainsi pour atteindre les objectifs, les recettes fiscales doivent être mobilisées en moyenne à hauteur de 103,4milliards de FCFA pour tous les mois du 4ème trimestre 2016 contre 42,9milliards par mois effectivement recouvrés au cours des trois trimestres passés de l'année » précise la même source. Quant aux recettes non fiscales, elles se sont établies à 19milliards de FCFA, à fin septembre 2016, soit une baisse de 47,5% comparativement à la même période de l'année précédente.
Quant aux recettes totales mobilisées, au cours du 3ème trimestre 2016, elles s'élèvent à 151,3milliards de FCFA contre 192,5milliards de FCFA un an plus tôt, soit une baisse de 21,4%. Ces mêmes recettes étaient de 168,2milliards de FCFA au 2ème trimestre 2016, soit une baisse trimestrielle de 16,9milliards de FCFA. Par contre, les dépenses totales et les prêts nets, s'établissent en fin septembre 2016, à 871,6milliards de FCFA, soit un taux d'exécution de 65% par rapport aux prévisions de la LFR, soit une baisse de 7% en glissement annuel. Toutefois, les dépenses courantes totales sont en hausse de 0,9%. « La baisse des recettes totales a été compensée par celle des dépenses totales permettant ainsi au solde global de s'améliorer en s'établissant à -352,1milliards de FCFA contre -361,5milliards de FCFA un an plus tôt, soit une progression de 9,4% » explique la Note de conjoncture économique.
Siradji Sanda(onep)
www.lesahel.org

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.