Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Lacement officiel des activités du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux Risques Climatiques (PASEC) : La Banque Mondiale et le MCC appuient les populations des zones vulnérables


rencontreLe ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, a présidé, hier matin dans la salle Margou de l'Hôtel Gawèye de Niamey, le lancement officiel du PASEC.
C'était en présence des représentants des institutions et des structures nationales et internationales, ainsi que des Partenaires Techniques et Financiers qui ont contribué à l'élaboration du projet.
C'est ainsi que la cérémonie s'est déroulée en présence de l'ambassadeur des Etats Unies Amérique au Niger, des représentants des ministères sectoriels de mise en œuvre de l'Initiative 3N, du Haut Commissaire à l'Initiative ''3N'', de la directrice pays MCC, du représentant résident de la Banque Mondiale, du représentant résident de la FAO, des cadres techniques et coordonnateurs des projets. Il y avait également le secrétaire général du Gouvernorat de la Région de Niamey et plusieurs chercheurs et représentants des institutions de recherche dans le domaine de l'agriculture.
Plusieurs interventions ont marqué cette cérémonie dont celle du ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture, M. Albadé Abouba, qui dans son discours lancement a souligné que le PASEC est le résultat de la fructueuse coopération entre le Niger et la Banque Mondiale. Ce projet, a-t-il dit, est un maillon important pour notre pays dans la chaine de développement d'une agriculture intelligente et productive qui devra dorénavant garantir suffisamment de quoi nourrir tous les Nigériens. En effet, indique le ministre d'Etat, ''le PASEC cadre bien avec les ambitions du Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, qui fait de la lutte contre la faim et la famine un objectif stratégique, noble et ambitieux dans son programme de la Renaissance II. Notre pays a connu plusieurs fois des épisodes de sécheresses majeures entre 1980 et 2012, ayant entraîné des crises alimentaires sévères. Le pays fait encore face à des menaces sérieuses en cette période du changement climatique. Les défis sont énormes''.
Aussi, le ministre d'Etat s'est réjoui de constater que la Banque Mondiale place le développement rural et l'agriculture productive parmi ses priorités dans le cadre de son partenariat avec le Niger.
''Le Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux Risques Climatiques (PASEC), initié par l'Etat du Niger et financé par la Banque Mondiale (IDA) à hauteur de 111 millions de dollars US, soit environ 65 milliards de francs CFA, vise à adapter les pratiques agricoles, les filières alimentaires et les politiques sociales, aux changements climatiques comme le stipule l'Alliance Mondiale pour une Agriculture Climatique dont le Niger est membre fondateur'', a indiqué M. Albadé Abouba dans son discours.
Entre autres, le PASEC a pour objectif d'améliorer les systèmes de production agro-sylvo-pastoraux aux niveaux des ménages et communautés cibles d'une part, et d'autre part de renforcer les capacités du Gouvernement du Niger à répondre promptement et efficacement à toute situation de crise climatique. Il comprend quatre composantes qui sont le financement de la mise à l'échelle des pratiques de l'agriculture climato-intelligente; le renforcement des capacités et l'amélioration des services pour l'agriculture climato-intelligente; le renforcement des capacités de réponse et de relèvement en cas d'urgence; la coordination, gestion et suivi-évaluation.
Le PASEC mettra à l'échelle des techniques, technologies et pratiques éprouvées au Niger et ailleurs, dans des contextes agro-climatiques similaires, assurant au mieux la réalisation des gains de l'agriculture climato-intelligente. Ce projet concernera 60 communes des régions de Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry et Zinder.
Le choix de ces communes est dû à leurs particularités d'être circonscrites dans une zone bioclimatique se situant entre les isohyètes 400 mm et 600 mm. Ces communes sont reconnues pour leur forte vulnérabilité à l'insécurité alimentaire due à la sécheresse fréquente et à la variation des précipitations, en dépit de leur forte potentialité d'accroissement de la productivité agricole.
Au terme de son discours, le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture, M. Albadé Abouba a remercié, salué et félicité la Banque Mondiale et le MCC pour cet appui inestimable, combien utile pour les vaillantes populations des communes concernées. Il a également relevé le rôle combien important et efficace joué par le Ministère du Plan, le Ministère des Finances, le Haut Commissariat à l'Initiative ''3N'', ainsi que le PRODEX pour leur implication et leur appui dans le processus de la mise en œuvre de ce projet très attendu par nos vaillantes populations.
Pour leur part, la directrice pays de MCC et le représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, Partenaires Techniques et Financiers de ce projet, ont tour à tour pris la parole pour décliner leurs rôles et la hauteur de leurs contributions dans la mise en œuvre de ce projet.
Pour le MCC, les investissements concerneront 16 communes, tandis que le financement de IDA à travers la Banque Mondiale couvrira 44 communes.
Mme Christine PEN et M. Siaka Bakayoko, respectivement directrice pays du MCC et représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, ont réitéré l'engagement et la disponibilité de leurs institutions pour accompagner le Niger dans la mise en œuvre de ce projet.
Pour sa part, le Haut commissaire à l'Initiative ''3N'', dans le discours qu'il a prononcé à cette occasion, a exprimé joie d'avoir conduit à terme la préparation du PASEC, depuis 2012, avec l'accompagnement des ministères sectoriels et des institutions maîtres d'ouvrage des programmes de mise en œuvre de l'Initiative ''3N''.
Il a profité de cette occasion pour décliner les activités réalisées durant cette période avec l'appui de la Banque Mondiale. Il s'agit de la réalisation et la validation, en 2013, de l'étude sur les principaux risques agricoles au Niger ; la traduction partagée de ces principaux risques agricoles en un Plan d'Action de Gestion de Risques Agricoles (PAGRA) en 2014; la préparation du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux Risques Climatiques (RASEC) à travers un appui institutionnel au HC3N sur le fonds additionnel du Projet d'Exportation et de Commercialisation des Produits Agro-Sylvo-pastoraux (PRODEX).
Auparavent, le secrétaire général du Gouvernorat de la Région de Niamey, représentant le gouverneur empêché, a prononcé un discours de bienvenue. Il a saisi l'occasion pour remercier et saluer les organisateurs de la cérémonie du lancement de ce projet d'avoir choisi Niamey pour abriter cette cérémonie.
Ali Maman(onep)
www.lesahel.org

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.