Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Fin de la visite de travail la ministre de la Communication, à Abuja, au Nigéria : Le Niger et le Nigeria échangent leurs expériences sur la TNT


visite-tntA l'invitation de son homologue nigérian et à la tête d'une importante délégation, la ministre de la Communication, Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye, vient d'achever une visite de travail au Nigéria, au cours de laquelle elle s'est entretenue à plusieurs reprises avec son homologue nigérian, Alh. Lai Mohammed. C'est, en effet, le ministère nigérian de l'information et de la culture qui est en charge de la mise en œuvre du processus de la TNT au Nigeria, un des États africains les mieux avancés dans ce domaine, le ministère nigérian en charge des communications (l'équivalent des ministères des télécommunications et de l'équipement au Niger) gérant uniquement le volet dividende numérique.
Cette visite de cinq jours (du 9 au 13 juin 2017) avait pour but de s'inspirer de l'expérience avérée du Nigéria en la matière. C'est du reste ce qui est ressorti des différents entretiens entre les deux délégations, suivis de visites des installations techniques, au cours desquels des échanges forts utiles ont eu lieu et des explications détaillées données.
Dans la salle des conférences du ministère de l'information et de la culture tout comme au siège de la Radiotélévision nigériane (NTA-Nigerian Television Authority), les deux ministres en compagnie de leurs délégations respectives, ont longuement échangé sur les bonnes pratiques à capitaliser à travers leurs expériences en matière de TNT. Il s'agit pour le Niger de s'inspirer du Livre Blanc représentant le document de référence pour la mise en œuvre de la TNT au Nigéria et formulant des recommandations, notamment sur le plan législatif, issues du rapport du Comité ad hoc rattaché à la Présidence fédérale.Ce qui devrait permettre à notre pays d'éviter les erreurs de nos devanciers en matière de TNT et donc d'avancer plus rapidement dans la mise en œuvre du processus.
Au cours de son intervention au ministère de l'information et de la culture, la ministre Sani HadizaKoubra Abdoulaye a magnifié notre coopération bilatérale en ces termes :« les plus hautes autorités de nos deux États, j'ai nommé nos deux Chefs d'État leurs Excellences MuhammaduBuhari et Issoufou Mahamadou ne cessent d'œuvrer au renforcement des relations bilatérales. Ceci grâce notamment à un instrument privilégié qui est la Commission mixte nigéro- nigériane de coopération, unique en son genre, car son originalité réside dans son caractère permanent. Ce qui fait de notre coopération, une des plus fonctionnelles et des plus dynamiques en Afrique ».
La ministre a poursuivi son intervention en précisant l'objet de cette visite et les points de discussion, soulignant que « dans le domaine de l'information et de la communication, nos deux pays, forts de l'excellence de notre coopération, qui existe si heureusement entre nos deux Etats, ont bien des choses à partager. Ainsi et comme vous le savez, le Nigeria et le Niger, tout comme les autres Etats de la CEDEAO, sont engagés dans un processus de mise en œuvre de la Télévision Numérique Terrestre (TNT).
A cet égard, le Nigeria a une longueur d'avance sur la plupart des États africains. Qu'il s'agisse notamment du déploiement des équipements numériques de diffusion sur le terrain, de l'installation des studios de production ou encore de l'élaboration des textes juridiques devant encadrer ce processus, mon pays a besoin de la grande expertise du Nigeria, pour pouvoir accélérer et finaliser la mise en œuvre de la TNTau Niger. Les experts en la matière de nos deux pays respectifs pourront échanger à l'occasion éventuellement de la présente rencontre mais également sur la base d'un calendrier de travail, étalé dans le temps, que nous aurons arrêté d'un commun accord ».photo-de-fami
Outre la TNT, la ministre Sani HadizaKoubra Abdoulaye a également abordé d'autres points de discussions comme des possibilités de partenariat entre nos organes de presse TV, Radio et Presse écrite. Ce qui pourrait se traduire, a-t-elle précisé, « par un renforcement de notre partenariat dans le domaine des échanges de programmes radiotélévisés, notamment au niveau, par exemple, des médias implantés dans les régions frontalières de nos deux États. De même, dans le domaine de la presse écrite, des échanges réguliers d'informations sur la vie politique et la marche de nos deux Etats, notamment en ce qui concerne les enjeux d'ordre sécuritaire, pourraient servir de cadre de partenariat entre nos organes gouvernementaux de presse écrite respectifs ».Du reste, un comité d'experts a été mis sur pied pour réfléchir rapidement sur les perspectives en matière decoproduction entre médias publics de nos deux pays.
Pour sa part, le ministre nigérian de l'information et de la culture, après avoir salué l'importance de cette visite et rassuré son homologue quant à l'appui du Nigeria, a indiqué que nos deux pays, forts de l'excellence de leurs relations, devraient pouvoir relever ensemble les défis liés à la mise en œuvre de la TNT. Le ministre Lai Mohamed a dit qu'une des clefs du succès à cet égard réside dans la qualité du contenu des programmes. Faisant le point sur le processus de mise en œuvre du processus de la TNT, il a précisé que la capitale fédérale, Abuja, et l'essentiel de son territoire étaient couverts par la TNT depuis le 22 décembre 2016, l'expérience devant concerner, fin juin – début juillet, six autres Etats fédérés.
Au cours de son déplacement, la ministre Sani Hadiza Koubra
Abdoulaye était accompagnée du Directeur national de la communication, M. Coulibaly Elh Abdoulaye et de MM. Seydou Ousmane et Mahamadou Adamou, respectivement Directeurs généraux de l'ORTN et de l'ONEP.
Cette visite de la ministre de la communication s'est achevée sur une note de satisfaction générale tant les discussions bilatérales auront été cordiales et les résultats des échanges fructueux et prometteurs.
(Source : Ministère de la Communication)
19/06/17

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.