Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Visite de travail du Président de la République à Münster (Allemagne) : Le Président Issoufou Mahamadou a accordé, hier, une audience au Vice-ministre italien des Affaires Etrangères


audienceLe Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou a pris part, dimanche dernier, à la Rencontre Internationale pour la Paix "Chemins de Paix, religions et cultures en dialogue", organisée par la Communauté de Sant'Egidio.
La rencontre interreligieuse organisée par la communauté Sant'Egidio a également examiné cette question de migration. Parmi les autres thèmes discutés lors des ateliers, figurent la paix et le dialogue interreligieux, la non-violence, le désarmement, le droit à la santé, la corruption et la justice sociale.
Peu avant de quitter Müster pour Niamey, le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, a reçu en audience, hier lundi 11 septembre 2017 dans la matinée, le Vice-ministre italien des Affaires Etrangères, M. Mario Giro.
Le diplomate Italien participe, à Münster-Osnabrück, à la Rencontre Internationale pour la Paix "Chemins de Paix, religions et cultures en dialogue". Il a déclaré à l'issue de l'audience être venu remercier le Chef de l'Etat pour avoir répondu à l'invitation de la Communauté de Sant'Egidio pour participer à cette grande rencontre internationale de dialogue interreligieux pour la paix.
« Nous avons beaucoup discuté de la situation dans la sous-région et en particulier au Sahel », a indiqué M. Mario Giro, soulignant que son pays est « très engagé en ce moment au Sahel et en particulier au Niger où nous avons ouvert une ambassade.»
« Nous avons discuté de la Force du G5 Sahel que nous allons soutenir et nous cherchons à regarder ce qui se passe au Sahel avec les lunettes du Niger, disons les yeux du Président qui sont très profonds et qui regardent aussi l'avenir de cette région et de l'Afrique», a-t-il affirmé. « Une correcte relation Europe-Afrique doit passer par ce regard qui n'est pas seulement le nôtre, je dirai avec l'obsession migratoire qu'ont les européens», a poursuivi le diplomate italien.
Evoquant les efforts fournis par le Niger pour lutter contre la migration irrégulière, M. Gioni a dit que ce pays a fait « un très bon travail » notamment depuis octobre 2016.
« Les flux migratoires qui sont pour nous une question humanitaire, sont un véritable défi pour les pays sahéliens comme le Niger, parce que ce sont les mêmes personnes qui s'adonnent au terrorisme, au trafic, à la contrebande... », a expliqué le Vice-ministre italien, d'où, a-t-il insisté, la nécessité de soutenir les Etats du Sahel dans cette lutte.

Abdourahmane Alilou AP/PRN
12/09/17

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.