Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Déclaration d'Abuja, à l'issue de la Conférence internationale sur le Lac Tchad, à Abuja (Nigeria) : Engagement des Chefs d'Etat à collaborer pour sauver le Lac Tchad


Ministre-Katamb-livrant-la-substance-de-la-Dcl-dAbujaSC 3963Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, président en exercice de la Conférence des Chef d'Etat et de gouvernement des pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), a présidé, mercredi dernier à Abuja (République fédérale du Nigeria), une Conférence de haut niveau sur le Lac Tchad. Organisée par le Nigeria (à travers le ministère fédéral des ressources en eau) en collaboration avec la CBLT, l'Unesco, cette réunion de haut niveau a enregistré la présence des présidents Muhammadu Buhari, hôte de la conférence, Idriss Déby Itno du Tchad, Ali Bongo Ondingba du Gabon, Faustin Toardera de Centrafrique, Filhomé Nyang Premier ministre du Cameroun représentant le président Paul Biya. A l'issue des travaux, les Chefs d'Etats ont rendu public, la Déclaration d'Abuja, qui a été lue par le ministre nigérien de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Pr Issoufou Katambé. (Lire çi-dessous l'intégralité de la Déclaration d'Abuja)

« CONSIDERANT QUE le Sahel est confronté à la variabilité climatique au cours des cinquante dernières années de l'histoire du continent africain;
CONSIDERANT QUE la variabilité climatique au Sahel constitue un .phénomène associé à la variabilité et au changement climatique ;
CONSIDERANT QUE Sa variabilité climatique engendre progressivement l'assèchement du Lac Tchad et la détérioration de son écosystème ;
CONSIDERANT QUE les effets néfastes du changement climatique et les modifications écologiques engendrées par la sécheresse, la désertification, la dégradation des terres et l'insécurité alimentaire impactent négativement sur la stabilité du Sahel, de l'Afrique de l'Ouest et de la région du Lac Tchad ;
CONSTATANT QUE la migration vers le sud sur le continent africain est causée essentiellement par Sa perte des moyens d'existence, l'insécurité et la pauvreté au Sahel, en Afrique de l'Ouest et dans la région du Lac Tchad, pouvant ainsi impacter négativement sur la stabilité de la région de l'Afrique centrale à long terme ;
CONSTATANT QUE la décision n° 3 du 8ème Sommet Ordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) tenu les 21-23 mars 1994, a consacré le lancement de la campagne internationale sur la sauvegarde du Lac Tchad ;
CONSTATANT AVEC SATISFACTION la préoccupation et la solidarité exprimées par l'UNESCO, les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la CBLT et de la Commission Internationale du Bassin du Congo-Oubangui-Sangha (CICOS), l'Union Africaine, la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), à travers leur participation à la Conférence Internationale sur le Lac Tchad sous le thème : « Sauver le Lac Tchad afin de régénérer l'Ecosystème de son Bassin pour un Développement, une Sécurité et des Moyens d'Existence Durables » ;
ENTERINENT les Conclusions de la Conférence Internationale sur le Lac Tchad.
DECLARE PAR CONSEQUENT CE QUI SUIT:
1. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement, réunis le 28 février 2018 à Abuja en République Fédérale du Nigeria dans le cadre de la Conférence Internationale sur le Lac Tchad, réaffirment leur engagement à collaborer afin de sauver le Lac Tchad et de régénérer l'écosystème de son bassin pour un développement, une sécurité et des moyens d'existence durables ;
2. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement des Etats membres du bassin du Congo approuvent le Projet de Transfert des Eaux Interbassins (PTEIB) comme étant un projet du genre partenariat gagnant-gagnant aussi bien pour le bassin du Congo que pour celui du Lac Tchad;
3. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la CBLT et de la CICOS approuvent et s'engagent à réaliser le projet de transfert des eaux interbassins (PTEIB) tout en produisant de l'énergie hydro-électrique, mettant en place des infrastructures routières et fluviales, promouvant l'irrigation pour le développement durable de la région, l'intégration économique, la paix et la sécurité en Afrique centrale et de l'Ouest mais aussi au Sahel en particulier et sur le continent de manière générale.
4. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la CBLT et de la CICOS s'engagent à participer aux missions conjointes de plaidoyer et aux conférences de mobilisation des donateurs en vue de la mise en œuvre effective des projets prévus dans le cadre du PTEIB;
5. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la CBLT et de la CICOS s'engagent à faciliter les études et la mise en œuvre du projet;
6. L'Union Africaine accepte de considérer la question du Lac Tchad comme étant une préoccupation non seulement régionale mais aussi africaine, et de l'insérer dans son agenda ;
7. L'Union Africaine approuve le Projet de Transfert Des Eaux Interbassins (PTEIB) comme étant un projet panafricain visant à restaurer le Lac Tchad pour un développement, une sécurité et une paix durables dans la région ;
8. Les Partenaires Techniques et Financiers ainsi que les donateurs internationaux conviennent d'accompagner l'initiative du Bassin du Lac Tchad à travers le financement des projets et programmes de développement de la CBLT ;
9. La Banque Africaine de Développement (BAD) est appelée à mettre sur pied un "Fonds pour le Lac Tchad" de 50 milliards $ US qui sera abondé par les participations des pays africains et les donations des partenaires au développement de l'Afrique devant servir à financer les projets d'infrastructure du Lac Tchad et autres projets panafricains d'infrastructure et d'ingénierie.

Onep

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.