Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Ces trouble-fête de l'échangeur


assane-soumanaAprès son inauguration officielle, le 03 avril dernier, l'échangeur Diori Hamani de Niamey a été aussitôt ouvert à la circulation, devenant un lieu de convergence pour les usagers, mais surtout un véritable centre d'attraction pour les curieux pressés d'aller à la découverte du majestueux ouvrage. Qui en véhicule, qui à moto ou à vélo, voire même à pied, les gens affluent de tous les coins de la capitale, de jour comme de nuit, pour voir cette infrastructure flambant neuf qui a merveilleusement changé la face de tout un pan de la ville de Niamey, du quartier Soni jusqu'aux environs du Stade du 29 juillet en passant par les abords du quartier Liberté-marché Katako.
Tout ce beau monde admire et trépide d'impatience de jouir des commodités de ce troisième échangeur de Niamey. Hélas, une chose est de disposer d'une infrastructure moderne, et une autre est de savoir en profiter judicieusement, sans glisser dans le désordre de l'anarchie. En effet, il est franchement affligeant de constater que certains usagers, soit parce qu'ils ignorent les règles de circulation, soit parce que simplement insouciants, jouent aux trouble-fête en y circulant à tout va, au mépris des principes élémentaires de sécurité.
Par exemple, on constate que les passerelles érigées pour permettre aux piétons d'aller en toute sécurité, de part et d'autre des voies principales, ne sont que très peu utilisées. Les quelques rares usagers visibles sur ces passerelles sont en majorité des jeunes talibés qui y trouvent matière à satisfaire leur curiosité. Pire, des piétons trimbalant des véhicules à bras se plaisent à emprunter le tunnel, s'explosant à tous les dangers. Un ami m'a raconté une mésaventure dont il a encore du mal à se remettre. En effet, tandis qu'il roulait aisément dans le tunnel, quelle ne fut sa surprise de trouver pile en face de sa voiture une bonne dame, apparemment une vendeuse d'eau fraiche, poussant imperturbablement une charrette en plein milieu du tunnel. Ne s'attendant pas à une telle rencontre, notre ami a dû faire appel à tout son sang-froid et à son talent de bon conducteur pour éviter in-extrémis de percuter la dame à la charrette.
Devant ces dérives, il apparait indispensable de mener des actions, ne serait-ce que de sensibilisation, à l'endroit des usagers sur les règles de bonne conduite à tenir pour mieux jouir du confort de cette nouvelle infrastructure.

Assane Soumana(onep)

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.