Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Poursuite des travaux en séance plénière à l'Assemblée nationale : Les députés adoptent cinq (5) textes de projets de loi de ratification dont celui de l'ouverture de l'hôpital de l'amitié Niger-Turquie


assembleeLes travaux en séance plénière de la deuxième session ordinaire, dite session budgétaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018, se poursuivent activement à l'hémicycle de la place de la concertation. Hier, les parlementaires ont procédé à l'examen et à l'adoption de cinq (5) textes de projets de loi de ratification dont celui de l'ouverture, exploitation conjointe et le transfert de l'hôpital de l'amitié Niger-Turquie. La séance plénière a été présidée par le président de l'Assemblée nationale, SE. Ousseini Tinni, en présence du ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara et du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

Après un débat houleux, les parlementaires ont procédé au vote du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-04 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de financement composé d'un Don, d'un montant équivalant à quatre millions cinq cent mille Droits de Tirage Spéciaux (4 500 000 DTS) et d'un Crédit d'un montant de quinze millions neuf cent mille Euros (15900000), signé le 4 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au sahel à 104 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Ce projet a été examiné par la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération.
Le projet comprend trois (3) composantes, à savoir la modernisation du cadre institutionnel, le financement des solutions d'investissements dans l'irrigation et la gestion des connaissances et coordination. Son objectif est d'améliorer la capacité des parties prenantes à développer et gérer l'irrigation et accroître les superficies irriguées dans les pays du sahel conformément à la déclaration adoptée le 31 octobre 2013 dans le cadre du CILSS. Cette déclaration vise à augmenter les superficies irriguées de quatre cent mille (400.000) hectares à un million (1 000 000) d'hectares d'ici 2020, tout en mettant en œuvre les mesures d'accompagnement nécessaires à ce que l'agriculture irriguée, quelle qu'en soit la forme, contribue durablement à la sécurité alimentaire et aux revenus agricoles dans le sahel.
Le deuxième projet de loi, voté par 103 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention est celui de la loi portant ratification de l'ordonnance n°2018-05 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt n° 2016047/PRGN 2018 10 00 d'un montant de quinze milliards (15 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet de réhabilitation de la route Bella Il-Gaya-Frontière du Bénin (Phase consolidation) et d'aménagement des tronçons Bella II-Sabon Gari et Gaya-Kamba-Frontière du Nigeria. Le projet de loi a pour
objectif global le renforcement et le désenclavement de la région de Dosso à travers le département de Gaya afin de faciliter les échanges économiques et sociaux au niveau national et sous régional. Il vise également le renforcement de la structure et des ouvrages d'art d'assainissement de la route Bella Il-Gaya-Frontière du Bénin sur une longueur d'environ soixante-treize kilomètres (73 km) et l'aménagement des tronçons Bella Il-Sabon Gàri et Gaya-Kamba-Frontière du Nigeria, sur des longueurs respectives de dix kilomètres (10 km) et seize virgule cinq kilomètres (16,5 km).
Le texte de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-06 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt 2016090/PR NG 2018 11 00 d'un montant de douze milliards (12 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du projet d'électrification rurale par micro centrales hybrides de quarante-sept (47) localités des Régions d'Agadez, de Diffa, de Dosso, de Maradi, de Tahoua, de Tillabéri et de Zinder constituant le troisième projet de loi est voté par 101 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Il a pour objectif de contribuer à accroître le taux d'accès national à l'électricité de 0,67% en 2016 à 2,27% à l'horizon 2018, en améliorant l'accès à l'électricité à quatre-vingt-deux mille (82000) habitants à travers la promotion des énergies renouvelables.
Le projet vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour un volume compris entre 1,4 et 3,4 tonnes. Il vise également l'électrification des nouveaux villages, situés dans les régions administratives d'Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri et Zinder ; il se fera par l'installation de quarante-sept (47) mini-réseaux alimentés par les centrales solaires photovoltaïques hybrides composés des champs solaires, des groupes électrogènes thermiques diesel, des dispositifs de stockage d'énergie (batteries) et des intelligences embarquées permettant le fonctionnement de tous ces éléments de manière coordonnée.
Les parlementaires ont ensuite procédé au vote, par 106 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention, du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-07 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt 2017008/PR NG 2018 12 00 d'un montant de dix milliards (10 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet de renforcement de Résilience de l'agriculture face au changement climatique à travers des techniques modernes d'irrigation. L'objectif général du projet est de contribuer à assurer durablement la sécurité alimentaire par le renforcement des capacités de résilience de l'agriculture face aux changements climatiques au Niger à travers des techniques modernes d'irrigation. Il permet de réduire entre les pertes d'eau d'au moins 80%, et la charge d'exploitation liée à la facture énergétique d'au moins 40% dans les périmètres irriguées bénéficiaires, contribuer à l'amélioration des revenus des exploitations d'au moins 50% en année de croisière sur les sites aménagés, notamment les groupes les plus vulnérables composés de femmes et de jeunes, etc.
Le cinquième projet de loi voté est celui portant ratification de l'ordonnance n° 2018-08 du 1er août 2018, autorisant la ratification du
Protocole relatif à l'Ouverture, l'Exploitation Conjointe et le Transfert de l'Hôpital de l'Amitié Niger-Turquie, signé le 20 avril 2018, à Istanbul (Turquie), entre la République du Niger et la République de Turquie. C'est un hôpital construit à Niamey par la Turquie d'une capacité de 44 lits qui sera géré conjointement par les deux parties pour une durée de trois (3) ans. La gestion sera ensuite transférée à la partie nigérienne si toutes les clauses sont respectées.
L'hôpital disposera d'une autonomie financière complète. Son compte comprend des fonds renouvelables et d'autres revenus. Les députés de la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération ont constaté que la Turquie aura le droit de planifier et d'organiser la fourniture de services de santé efficaces, de qualités durables et accessibles. A cet effet, elle nommera le personnel conformément aux objectifs de gestion et d'activité de l'hôpital. Le coût de gestion annuel de l'hôpital qui est de cinq millions soixante onze mille huit cents (5.071.800) de dollars des Etats-Unis soit environ deux milliards neuf cent six millions cent quarante un mille quatre cents (2.906.141.400) de Francs CFA sera supporté à part égale entre la Turquie et le Niger.
Seini Seydou Zakaria(onep)

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.