Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

LE PETROLE NIGERIEN : D'AGADEM A LA SORAZ

Le site de la SORAZ Le site de la SORAZ

De l'historique du pétrole nigérien, on retient que la première découverte est intervenue en 1975 au niveau du puits de Madama communément appelé Tintouma. Pourtant, c'est dans le bassin d'Agadem, que les travaux d'exploration ont débuté en 1970, et c'est TEXACO, puis ESSO qui vont mener ces travaux jusqu'en 1980. Dix puits seront alors forés. On rappelle que le bloc Agadem est situé au Nord-est du Niger, à environ 1400 km de la capitale Niamey, dans le désert du Sahara, et couvre une surface de 27.516,2 km².

En 1980, ELF AQUITAINE devient opérateur sur le permis Agadem, et en 1985, c'est l'association ESSO-ELF qui poursuit les travaux. Entre 1990 et 1994, ESSO et ELF réaliseront cinq (5) puits dont quatre se révèleront être des découvertes. ELF se retire de l'association en 1998, et ESSO est rejoint par PETRONAS en 2002. Après ce renouvellement, ESSO réalisera 3 autres forages entre 1997 et 1998.
Après plus de quatre années d'exploration, le consortium ESSO et PETRONAS abandonna le permis d'Agadem en 2006, le jugeant économiquement non rentable. A cette période, le baril de pétrole n'excédait guère les 30 US$. Le bloc se retrouva ainsi dans le domaine public de l'Etat avec des réserves estimées à 324 millions de barils de pétrole et de près de 10 milliards de m3 de gaz. En 2007, avec la crise des subprime aux Etats-Unis, muée en crise financière, puis en crise économique emportant tous les secteurs de l'économie mondiale, le baril de pétrole a amorcé une fulgurante ascension au point de culminer à son niveau le plus haut dans l'histoire : 147,28 US$ en Juillet 2008. C'est ainsi que les modestes réserves d'Agadem suscitèrent à nouveau l'appétit des multinationales qui ont souhaité leur mise en valeur.

Vingt-trois (23) compagnies pétrolières ont manifesté leur intérêt et ce sont neuf (9) qui ont participé à l'appel d'offres lancé à l'occasion par le gouvernement de la République du Niger. A l'issue de la délibération, la société chinoise CNODC remporta le permis et devient ainsi le 5ème opérateur sur le permis d'Agadem. Dans le cadre du Contrat de Partage de Production (CPP) signé le 2 juin 2008 entre la République du Niger et la CNODC, l'Etat du Niger a attribué à cette société une Autorisation Exclusive de Recherche relative au permis Agadem.
Dans ce contrat, la société chinoise s'est engagée à réaliser le retraitement et la réinterprétation des données séismiques 2D existantes, l'acquisition, le traitement et l'interprétation de 600 km de séismique 2D, l'acquisition et le traitement de 220 km² de données séismiques 3D, et la réalisation de onze (11) forages pétroliers (6 forages d'exploration et 5 forages d'évaluation) dans les quatre (4) années qui suivent ; c'est-à-dire de juin 2008 à juin 2012. CNODC a selon la réglementation en vigueur, créé une société de droit nigérien : CNPC-NIGER-PETROLEUM SA, qui s'est mise immédiatement au travail. Au Niger, c'est ce bloc qui a été le plus couvert en travaux d'exploration avec plusieurs forages d'exploration, d'appréciation, de développement, et de relevés sismiques 2D et 3D.

Sur 76 forages d'exploration réalisés, 62 ont abouti à des découvertes pour des réserves estimées aujourd'hui à plus de 744 millions de barils de pétrole et plus de 16 milliards de m3 de gaz naturel. Sur ce bloc, ce sont actuellement sept (7) gisements de pétrole et de gaz qui sont découverts ; les gisements de Sokor, d'Agadi, de Jaouro, et de Gani (qui renferment essentiellement du pétrole) et les gisements de Gouméri, de Faringa et de Karam (qui renferment du pétrole et du gaz). Les gisements de Gouméri, Sokor et Agadi de ce bloc, font aujourd'hui l'objet d'une Autorisation Exclusive d'Exploitation et constituent la zone contractuelle ''Raffinerie de Zinder''.
Selon ce contrat signé avec la société chinoise CNODC, il a été prévu et aujourd'hui réalisé une raffinerie de pétrole, la mise en exploitation des gisements de Gouméri, Sokor et Agadi, qui constituent la zone contractuelle ''Raffinerie de Zinder'' et corrélativement au champ pétrolifère, un pipeline d'une longueur de 462,5 km pour acheminer le pétrole brut à la raffinerie de Zinder. C'est ce qui constitue d'ailleurs la Phase I du Projet Pétrolier Intégré Agadem. La raffinerie exploitée par la SORAZ (Société de Raffinage de Zinder) a été mise en service le 28 Novembre 2011, lors de la double cérémonie de lancement des activités de production pétrolière au Niger et l'inauguration de la raffinerie de pétrole de Zinder.

C'était sous le haut patronage du Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou que ces opérations ont été lancées. D'une capacité de 20.000 barils jour (soit 1.000.000 tonnes/an), la raffinerie est en mesure de produire les dérivés que sont le Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL) 69.900 tonnes par an ; l'Essence Super 306.200 tonnes par an ; et le Gas Oil 505.400 tonnes par an. Cette production est fluctuante et se détermine en fonction des besoins des marchés intérieur et international. La raffinerie est composée de cinq (5) parties : un complexe de raffinage d'une capacité de 1.000.000 tonnes/an, une centrale électrique de 24 MW, un centre de vente de produits pétroliers, un complexe d'approvisionnement en eau de la raffinerie et une base vie du personnel.
Au niveau de la distribution des produits pétroliers, il faut dire qu'en 2010 le Niger a consommé 351 000 m3, soit 6050 baril jour dont 1800 barils jour d'essence super et 3750 barils jour de gasoil, le solde étant constitué de kérosène-jet, fuel oil et pétrole lampant. La consommation du gaz domestique (GPL), est d'environ 3000 tonnes par an. Avec la mise en service de la raffinerie, la baisse des prix des produits pétroliers à la pompe, et la levée partielle de la subvention sur le prix de l'essence super au Nigéria voisin, il est attendu une augmentation de la consommation intérieure. Avec cette nouvelle donne du Nigéria, le Niger devrait s'attendre en toute légitimité, à des retombées conséquentes de sa nouvelle industrie pétrolière pour contribuer au développement socio-économique du pays.

Les stratégies pour ce faire passeraient par une amélioration de la gouvernance et un renforcement des capacités de contrôle des sociétés pétrolières. Afin d'évaluer la performance de la SORAZ, le Ministre en charge du pétrole avait mis en place un comité technique ad hoc. Le comité devra au terme de ses travaux faire des propositions et des recommandations sur le prix de cession du pétrole brut à la raffinerie, le prix des produits pétroliers sortis de la raffinerie, le prix à la pompe des produits raffinés, le dispositif de commercialisation des produits raffinés et la gouvernance de SORAZ.
Les activités pétrolières du secteur aval (importation, stockage et distribution) des produits pétroliers au Niger sont régies par la législation générale et certains textes spécifiques, tels que le décret fixant la structure des prix des produits pétroliers vendus. En effet, le prix de vente des produits pétroliers sur le marché intérieur est le même sur tout le territoire et est régulé par l'État, conformément aux dispositions du Décret N°2001-004 du 26 juillet 2001 modifiant certaines dispositions du régime fiscal applicable aux produits pétroliers, lequel définit la structure de prix pour chaque produit pétrolier.

En ce qui concerne les prix de vente au détail, c'est un arrêté du Ministre en charge du Commerce qui fixe chaque mois les prix à la pompe. La voie retenue pour l'exportation du pétrole brut des gisements d'Agadem est celle de l'axe Tchad et Cameroun, notamment au terminal de Kribi. Le projet consiste à construire un oléoduc qui raccorde les gisements d'Agadem à l'oléoduc Doba–Kribi. Des discussions entre les gouvernements du Tchad, du Cameroun et du Niger sont en ce moment en cours pour la concrétisation de ce projet. D'ores et déjà, des protocoles d'entente sont signés entre les différentes parties. On espère le démarrage des travaux de construction de ce pipeline courant 2013 et sa mise en service début 2015.

ITV du Chef de l'Etat

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.