Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La friperie, leader du marché pour le choix des vêtements contre le froid


d-3En cette fin de mois de novembre, les populations de Niamey changent leurs habitudes vestimentaires. La nouvelle tendance est de se couvrir au mieux possible l'ensemble du corps avec des habits qui permettent de se réchauffer. La cause, c'est l'installation progressive de la saison froide 2018-2019 au Niger. A l'image des années antérieures, c'est la friperie qui profite le mieux de la vague de fraicheur qui touche le pays, en attendant l'installation officielle de la saison froide. A chaque coin de rue, la vente d'habits contre le froid est subitement devenue l'une des activités économiques les plus rentables.
Au marché Wadata de Niamey, lieu de référence de la friperie, les magasins sont remplis de toutes sortes de vêtements qui protègent contre le froid. Sur les étals, on trouve des vestes légères pour températures positives, des gilets, des blousons, des manteaux ainsi que des combinaisons complètes contre le froid. Contrairement aux années antérieures où les écharpes avaient la côte, cette année, ce sont les couvre-chefs qui font leur grand retour. Les cagoules, les bonnets, les capuches, les protèges oreille et les cache cou s'intègrent petit à petit à cette nouvelle mode vestimentaire éphémère. En cherchant bien, il n'est pas rare de tomber sur les fameuses casquettes avec rabat, si populaires en Europe de l'Est. Le va-et-vient des clients se remarque facilement même si cette année, pour des raisons économiques ayant rétréci le pouvoir d'achat des ménages nigériens, les chiffres ont sensiblement baissés.
M. Bachirou est un jeune vendeur de friperie bien connu sur le marché Wadata. Assis au centre de son magasin, entouré par une demi-douzaine de personnes pour l'aider, il donne l'image d'un jeune nigérien qui a réussi dans la friperie, un patron comme on aime si bien à le dire au pays. Il nous apprend que la friperie provient du Ghana, du Togo et du Bénin. Sur un ton inquiet, M. Bachirou laisse entendre que cette année, il aura du mal à écouler sa provision car les clients sont moins nombreux que l'année dernière. Comme les gens se plaignent de la situation économique actuelle, « nous avons décidé de complètement casser les prix. Nos prix commencent à partir de 500 F CFA et se plafonnent autour de 2.000F CFA ». Il se plaint de la forte charge des impôts qui pèse sur les vendeurs alors même que la mévente s'observe partout sur le marché de friperie.
Une cliente rencontrée sur le marché nous a parlé de ce qu'elle a retenu des séances de sensibilisation auxquelles elle a participé dans les centres de santé. C'est pourquoi, a-t-elle affirmé, « je suis venu acheter des vêtements contre le froid pour mes enfants ». Elle ajoute qu'elle a déjà d'autres vêtements qu'elle a achetés au cours des années passées. M. Ali est lui un enseignant venu faire le marché pour ses enfants. Il a affirmé que les « magasins sont trop chers avec des habits de qualité inférieure. C'est pourquoi, je préfère venir à Wadata où tu es sûr de trouver la bonne qualité pour presque rien ».
La plupart des clients rencontrés sur le marché nous ont confié avoir bien nettoyé et rangé les vêtements contre le froid de la saison précédente. Cette stratégie leur a permis de dépenser le moins possible. En effet, disposant des vêtements appropriés pour l'ensemble de la famille ou presque, les clients ne prennent cette année qu'un ou deux articles, pour les enfants le plus souvent. Les résultats de plusieurs années de sensibilisation des populations par les autorités et les centres de santé sur les conséquences que peuvent avoir le froid sur les enfants ont donné les résultats escomptés. Les parents habillent leurs enfants en cette
saison, avec des vêtements qui les tiennent au chaud. Cette
vigilance est désormais ancrée dans les habitudes vestimentaires des Nigériens et des
Nigériennes.
Souleymane Yahaya
(Stagiaire)

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.