Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tribune : Ensemble pour la sécurité et le développement au Sahel


prn-1En 2014, Le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad ont décidé d'œuvrer ensemble en faveur de la sécurité et du développement du Sahel.
Le G5 Sahel est un groupe de cinq pays portés par une forte volonté politique qui trouve son ancrage dans un socle culturel commun et dans les aspirations des populations.
Cette jeune institution est mue par de grandes ambitions : répondre aux aspirations des populations, traduire en actes la résolution des gouvernements, faciliter la coopération avec les partenaires internationaux.
L'année qui s'achève marque un tournant dans la récente histoire de notre organisation.
En 2017, nous avons obtenu la reconnaissance de la Force Conjointe du G5Sahel - par l'Union Africaine (13 avril) puis les Nations Unies (Conseil de sécurité du 21 juin). Cette année, les dépenses militaires de nos Etats s'élevaient à 1,2 milliard de dollars (SIPRI).
Début 2018, nous avons lancé un vaste effort de mobilisation de ressources domestiques et internationales. Lors de la Conférence internationale de haut niveau sur le Sahel (23 février 2018, Bruxelles), les promesses de financement des bailleurs s'élevaient à 414 millions d'euros.
Afin de renforcer la coordination au sein du G5S, nous avons créé un fonds fiduciaire hébergé par la Banque Centrale de Mauritanie. Il a successivement reçu les contributions du Rwanda, de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et des Emirats Arabes Unis.
Les promesses tardent à se matérialiser et nous devons accroître notre financement : à partir de 2019, chaque Etat allouera désormais la somme de 13 milliards de FCFA/an à l'effort de sécurité régionale.
Cet investissement trouve sa place dans un contexte socio-économique difficile – dont nous sommes parfaitement conscients.
Nous mesurons les ravages causés par le sous-emploi, la conjoncture climatique et savons que dynamisme démographique et mobilité sont à la fois des défis et des opportunités.
Nous organisons donc une rencontre internationale pour financer le développement de notre région. Composée de 40 projets d'un montant de près de 2 milliards d'euros, la
première phase du Programme d'Investissements Prioritaires (PIP) s'échelonne de 2019 à 2021.
Les Etats membres ont sécurisé 13% de l'objectif de la levée de fonds dont les axes stratégiques sont gouvernance (81m €), résilience (200m €), sécurité (396m €) et infrastructures (1 milliard €). Les populations ciblées vivent (ou sont réfugiées) dans les régions frontalières des fuseaux Ouest (Mali - Mauritanie), Centre (Burkina Faso- Mali- Niger) et Est (Niger-Tchad) du G5S.
Les interventions du PIP veulent améliorer de façon tangible les conditions de vie de nos « compatriotes» sahéliens. Partout où c'est possible, il faut accroître au plus vite l'accès aux services de l'Etat lorsqu'ils sont insuffisants. Un accent particulier est mis sur l'accès à l'eau
Le temps est précieux, inexorable et si long, pour qui attend la conversion de promesses en actes. Fort de ce constat, en juillet dernier, le G5S a décidé le lancement rapide d'une action à fort impact. Devenu « Programme de développement d'urgence », financé par l'Alliance Sahel, cet effort cible trois domaines d'intervention : l'hydraulique, la gestion des conflits intercommunautaires et la sécurité intérieure.
Les zones concernées sont notamment le nord du Burkina Faso, la région du Centre (Mali), la région des Hodh (Mauritanie), la région Nord Tillabéry/ouest Tahoua (Niger) et la région du Kanem et du Lac Tchad (Tchad).
Nous veillerons à ce que la mise en œuvre de cette initiative soit couronnée de succès. Cela impliquera notamment un recours aux compétences et au savoir-faire des acteurs sahéliens. Plus que l'effet économique attendu, il convient de préparer la pérennité de la dynamique initiée.
Alors que l'année touche à son terme, une nouvelle dynamique prend forme. Eprouvée par l'attaque de son quartier général de Sévaré (29 juin), la Force Conjointe a gagné Bamako où elle poursuit méthodiquement sa montée en gamme sous la responsabilité conjointe du Général Hanane Ould Sidi (Mauritanie) et de son adjoint, le général Oumar Bikimo (Tchad).
Le soutien politique n'a jamais été aussi fort – tant au niveau de l'Union africaine que du Conseil de sécurité – qui lui a consacré une session d'information le 12 novembre dernier. La Force Conjointe a agi en dépit de sérieux défis : insuffisances en matière d'équipements, défaillances au niveau de la logistique, manque de financement.
En effet, les fuseaux ouest, centre et est du G5S ont connu neuf opérations dont Haw Bi, Pagnali, Ir go ka, Gourma, Odossou et El Emel. Elles visaient à rassurer les citoyens vivant dans des zones sujettes aux activités criminelles de groupes armés. Toutefois, il reste d'importants progrès à faire pour protéger les civils et instaurer un climat de confiance entre forces de sécurité et de défense d'une part et populations d'autre part.
Nous en sommes conscients et redoublerons d'efforts. La prospérité et la concorde sont les meilleures auxiliaires de la stabilité – quand elles n'en sont pas à l'origine. Une partie des ressources que nous cherchons sont en nous : il s'agit de notre socle culturel partagé.
Tirons parti de notre ingénierie sociale pour approfondir l'intégration régionale des peuples sur laquelle se fonde notre union. Donnons-lui plus de force et de pertinence ! C'est notre conviction et c'est ce que nous faisons, cette semaine, en progressant vers l'application d'une résolution de notre dernier Conseil des ministres (30 octobre - Niamey). Objectif : la suppression des frais d'itinérance dans l'espace G5S d'ici un an !
Par SE Issoufou Mahamadou, Président en exercice du G5 Sahel

(NDLR : le titre est de la Rédaction)
05/12/18

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.