Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Coupures d'eau dans la ville de Niamey : «Les perturbations sont dues à la forte demande en cette période et au manque d'électricité» déclare M. Issoufou Katambé, ministre en charge de l'Hydraulique


MELe Ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, M. Issoufou Katambé a saisi l'opportunité de la cérémonie d'installation du Comité Multisectoriel de Pilotage du Programme Stratégique 2, pour se prononcer sur la situation née des coupures d'eau dans la ville de Niamey. Prof Issoufou Katambé a expliqué que ces perturbations sont liées à la forte demande en cette période et au manque d'électricité.

D'après le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, la production journalière d'eau potable est de 140 000 m3 en cette période, pour des besoins journaliers de 183 000 m3 soit un déficit de 43 000 m3/jour. « Par ailleurs les perturbations récurrentes de l'alimentation en énergie électrique représentent un handicap majeur dans la production et la distribution d'eau potable dans la ville de Niamey. Ces coupures d'électricité occasionnent, à elles seules, un déficit de l'ordre de 6% de la production journalière », a expliqué M. Issoufou Katambé.
Le ministre a précisé que les usines de production d'eau sont équipées de groupes électrogènes de secours. Ces groupes permettent d'assurer une production à hauteur de 60% seulement, en cas de coupure d'électricité. « A titre d'exemple, de janvier à aujourd'hui, l'utilisation des groupes électrogènes pour pallier le manque d'électricité, a coûté plus de 75 000 000 FCFA, à la SEEN, alors même que son contrat a été signé sur la base d'utilisation de l'énergie électrique pour le fonctionnement des usines », a relevé M. Issoufou Katambé.
Dans la perspective de résoudre le déficit de production d'eau potable de la ville de Niamey, le ministre Issoufou Katambé a dit que, les autorités de la 7ème République sont en train de mettre en œuvre le projet de renforcement de la production et de distribution d'eau potable dénommé « Goude l4 », avec comme objectif la production de 40 000 m3/jour, d'ici 2020. « Mieux, pour sécuriser durablement l'accès à l'eau potable des populations avec des besoins de plus en plus croissants, le Gouvernement a déjà initié un projet de construction d'une troisième usine de traitement d'eau potable de 300 000m3/jour à la Rive droite du fleuve Niger, conformément aux directives de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République » a-t-il annoncé. Le dossier de ce projet, a indiqué le ministre, dont 50% du financement est déjà annoncé, est actuellement en cours d'instruction au niveau des partenaires techniques et financiers du Niger.
Ali Maman(onep)
15/05/19

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.