Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Société


rencontreLe ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a présidé hier, dans la salle de réunion de son département ministériel, la cérémonie d'installation des membres du Comité National Ad 'hoc chargé de la préparation et du suivi des négociations de la Zone de Libre-échange Continentale.
Les missions assignées audit comité sont entre autres de mettre en place des sous-comités correspondant aux groupes techniques de travail définis par l'Union Africaine ; identifier les intérêts et les préoccupations de notre pays pendant ce processus de négociation ; faire des recommandations au Gouvernement face aux enjeux et défis liés à la zone de libre-échange continentale (ZLEC); définir les positions nationales de négociation et élaborer des rapports périodiques sur les négociations au niveau de l'Union Africaine.
Dans son allocution, le ministre en charge du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a rappelé que le dernier Sommet de l'Union Africaine, tenu à Addis-Abeba en janvier 2017, a chargé le Président Issoufou Mahamadou du dossier de la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un geste qui, selon M. Sadou Seydou, honore notre pays est une reconnaissance de la vision intégrationniste que prône le Gouvernement de la 7eme République. En effet, souligne- t-il, la création de la Zone de Libre Echange Continentale est un objectif décliné depuis le Traité d'Abuja instituant la Communauté Economique Africaine devant entrer en vigueur le 12 mai 1994.
Il s'agit principalement de promouvoir le développement économique, social et culturel ainsi que l'intégration des économies africaines en vue d'accroître l'autosuffisance économique et favoriser un développement endogène et auto-entretenu. En janvier 2012, explique le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, les Chefs d'Etat et de Gouvernement africains lors du 18ème Sommet de l'Union Africaine ont adopté la décision de commencer les négociations relatives à la ZLEC en 2015 avec 2017 comme date indicative pour la conclusion d'un accord. Lors dudit Sommet, un plan d'action pour stimuler le commerce intra africain (agenda 2063) a également été adopté.
Dans un monde où même les puissants s'unissent, il est d'une nécessité vitale pour les plus faibles, a estimé M. Sadou Seydou, de conjuguer leurs efforts, mutualiser leurs actions et leurs expériences pour faire face à une mondialisation qui risque de se faire sans l'Afrique. C'est ce qui explique aussi, cette prise de conscience des plus hautes autorités de notre continent. La création de la Zone de Libre Echange Continentale fait selon lui ressortir de nouveaux enjeux et défis pour des économies aussi faibles que celle du Niger et dont la capacité commerciale est très précaire. Néanmoins, notre pays à l'instar des autres du continent africain pense sincèrement qu'il a à offrir quelque chose à ses frères sans hypothéquer son avenir. « L'ouverture est certes une source de richesse. Mais une ouverture rationnelle tenant compte de nos atouts et nos faiblesses » a indiqué le ministre. C'est conscient de cette situation de vulnérabilité que le Gouvernement a décidé de mettre en place ce comité. M. Sadou Seydou a en outre invité les membres à s'investir pleinement pour que la mission confiée au Président Issoufou Mahamadou soit couronnée de succès avant d'attirer l'attention des départements ministériels concernés par les groupes de travail technique de leur responsabilité à prendre activement part aux réunions convoquées par la Commission de l'Union Africaine. M. Sadou Seydou a enfin remercié le programme «Hub and Spokes » qui a marqué sa disponibilité à accompagner le Comité National dans sa noble mission.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
www.lesahel.org

Publié dans Société
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.