Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Société


table-seanceLe comité de Liaison de la Route Transsaharienne(CLRT) organise du 3 au 9 Juillet, à l'Hôtel Gawèye de Niamey, un stage d'échanges et d'amélioration de connaissances en faveur d'une trentaine d'ingénieurs ressortissants des six pays membres du comité que sont le Niger, Nigéria, le Mali, le Tchad, l'Algérie et la Tunisie. C'est le ministre de l'Equipement, M Kadi Abdoulaye qui a présidé, hier matin, la cérémonie d'ouverture de ces travaux, en présence du ministre de l'Hydraulique, et de plusieurs autres personnalités invitées.
Pour le Ministre de l'Equipement, M Kadi Abdoulaye le Projet de la route transsaharienne représente un défi majeur du point de vue socio-économique, politique et sécuritaire pour le continent africain. Cette route est à la croisée de deux grands corridors transafricains Alger-Lagos et celui Dakar-Djibouti identifiés comme prioritaires du Programme du développement des infrastructures en Afrique pour atteindre les objectifs du Nouveau Partenariat pour le Développement Economique de l'Afrique(NEPAD) à l'horizon 2020. D'une longueur de 9 022 km, la route transsaharienne dessert six pays, notamment l'Algérie, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Tchad et la Tunisie dont une partie de l'axe principal Alger-Zinder -Lagos longue de 4498 Km et la branche tchadienne partant de Zinder, Nguigmi jusqu'à Ndjamena.
Selon le Ministre Kadi Abdoulaye, la transsaharienne fait partie des visions et politiques sectoriels des transports de la Communauté des Etats de la l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA),stage et cadre parfaitement avec le 4ème axe stratégique du Plan de développement économique et social (PDES) du Niger qui vise à promouvoir une économie compétitive et diversifiée pour une croissance accélérée et inclusive notamment par le développement des infrastructures des transports et de communications. « Ce stage offre une occasion de raffermir les liens entre les pays membres mais aussi un cadre idéal d'échange, d'amélioration des connaissances, d'évaluation des actions entreprises et de poursuivre la coordination autour du plan du comité pour réunir les meilleures conditions de parachèvement de la route transsaharienne », a-t-il indiqué ajoutant que l'action du Niger envers ce projet intégré s'est traduite par la mobilisation des financements pour les réalisations des différents axes de la route.
Auparavant, le secrétaire général du Comité de liaison de la route transsaharienne, M. Mohamed Ayadi a rappelé que l'organisation de ces travaux et les programmes du stage ont été adoptés par les membres du comité le 10 octobre 2016 au cours de la 65ème session du comité de la CLRT à Abuja (Nigéria). « Par le passé, le comité a organisé plusieurs stages à l'endroit des pays membres du comité. Il s'est donc nourri de cette riche expérience et instruit des multiples situations observées dans les différents pays au grès du suivi de la route transsaharienne. Nous avons bâti un programme centré avant tout sur l'échange conformément à nos statuts, un programme destiné à des ingénieurs mûrs qui assument déjà des responsabilités, autour de 17 interventions axées en trois grands thèmes sur cette question qui unit les six pays » a déclaré Mohamed Ayadi. Dans son mot de bienvenue, le directeur général des grands travaux, M. Aliou Amine a au nom du ministre de l'Equipement salué les efforts fournis par la CLRT sous la conduite de son secrétaire général M Mohamed Ayadi, qui malgré le poids de l'âge se déploie pour rendre encore plus vivace cette organisation.

Mamane Abdoulaye(onep)
04/07/17

Publié dans Société
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.