Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


Pr-Antoinette-Tidjani-AlouL'Université Abdou Moumouni organise au nouvel espace « Arts et Culture » des ateliers pré colloque du 3 au 6 février 2018, une « Journée Labo » le 6 février 2018 et, du 7 au 8 février 2018, un colloque international sur le thème : « Les Arts et la Culture : quels impacts politiques, économiques et sociaux ? » et des soirées spectacle et scène ouverte et des projections de films des étudiants le 7 et 8 février respectivement, à partir de 20h à la FLSH. On dirait vraiment que vous mettez le paquet et que vous grandissez par bonds depuis la création de la Filière en octobre 2014.
Effectivement, on ne lâche rien ! Mais c'est un effort conjoint, immense, de longue haleine, qu'il faut accompagner avec persévérance par la pensée et l'action, les deux ensemble, se renforçant. La Filière "Arts et Culture" prend sa source dans l'université même qui l'a appelé de ses vœux afin de réaliser la vocation culturelle, inscrite dans les statuts de l'institution. C'était d'abord le vœu d'étudiants voulant étudier les arts et la culture dont ils étaient passionnés, acquérir un bagage intellectuel et pratique, sanctionné par des diplômes. Puis celui de l'institution toute entière. Il fallait donc, enfin, donner forme et réalité à cette vocation culturelle de l'université, l'honorer et la mettre en œuvre par un programme universitaire, couvrant tous les niveaux : Licence, Master et Doctorat (LMD). Cette formation théorique et pratique inclut et dépasse les arts de la scène, d'où la nouvelle dénomination plus juste de Filière "Arts et Culture". Les équipes rectorales et décanales, celles qui nous ont vus naître et qui nous ont portés sur les fonts baptismaux et celles qui veillent actuellement sur notre bon ancrage, ont fait et font montre d'une ouverture d'esprit et d'un dynamise sans pareil qui permettent à l'Université AbdouMoumouni et au Niger, par conséquent, de prendre de l'avance sur les universités de la sous-région dans ce domaine. Déjà les étudiants arrivent du Benin, du Togo, du Mali, du Tchad... Mais rien ne se fait sans argent. Et la formation professionnelle demande des fonds substantiels pour une mise en place conforme. C'est le lieu de remercier la Suisse qui nous aide dans cette phase d'ancrage par un effort substantiel dans le cadre du projet PADEC. ......Pour lire la suite abonnez- vous

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.