Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


inviteMonsieur le Président, vous êtes depuis près de 6 mois à la tête de la Communauté urbaine de Niamey, une entité qui se caractérise par ses multiples défis à relever. Quelles sont vos ambitions pour Niamey et quelles en sont aujourd'hui vos grandes priorités ?
Merci de nous avoir donné cette opportunité pour nous exprimer dans les colonnes de votre journal. Oui, lorsque nous avons pris fonction, nos ambitions ont été énumérées. C'est de donner à la ville de Niamey, ses lettres de noblesse. Nous avons en charge les services essentiels à la population que nous devons assurer. Chaque fois, nous sommes sur le terrain, tantôt sur les opérations de réparation des voies d'éclairage public, d'enlèvement des ordures ou sur les aménagements des espaces. Je peux dire que la ville de Niamey est aujourd'hui en chantier. Il faut déplorer que la ville de Niamey ait accumulé une léthargie dans la prise en charge de ce que je viens de citer. Mais nous avons lancé la dynamique, malgré que, le travail est intense et demande également beaucoup de moyens. Dieu merci, nous avons l'abnégation, la confiance dans le travail et ça se poursuit progressivement. Les résultats sont remarquables.

En 6 mois, votre travail est apprécié par la population alors qu'il est difficile de remarquer qu'à Niamey, un responsable de la ville soit estimé. D'aucuns mettent ce résultat appréciable au compte de l'enthousiasme de départ qui vous anime. Qu'en dites-vous ?
Vous savez, nous faisons un travail d'équipe et en chaîne. Je suis entouré d'une délégation spéciale et les agents de la mairie qui s'impliquent à fond. Nous sommes en train de faire le nécessaire pour les soutenir et les mettre dans les conditions. Les priorités que nous nous sommes fixés au niveau de la délégation spéciale est de soutenir le personnel et les doter de matériel de travail. C'est pourquoi au niveau de la mairie garage, nous avons réparé des engins. Nous avons aussi le concours des partenaires qui accompagnent la ville de Niamey. L'autre aspect constitue l'analyse et l'implication de tous les acteurs. Pour ça, il faut que, nous écoutions les populations. Dans le cadre de l'élaboration du budget 2018, nous devons minutieusement l'étudier pour qu'il soit le destin de la ville. J'insiste au niveau de mes collaborateurs au respect mutuel de la population. Il faudrait que chaque habitant de la ville de Niamey se retrouve dans ce que nous faisons et trouve une réponse à sa préoccupation par rapport à nos actions sur le terrain. La gestion de la ville comporte plusieurs détails à prendre en compte et de trouver une solution. C'est pourquoi, nous avons mis en place la plate forme i-niyala et le numéro vert pour donner la parole à tout le monde. J'ai une équipe derrière, qui suit aux détails près. J'ai insisté pour que toute préoccupation d'où qu'elle vienne, que la personne sente que sa préoccupation est prise en charge. Je pense que c'est ce qui motive l'adhésion des populations à ce que nous faisons. Il faudrait absolument qu'elles se reconnaissent dans les actions, qu'elles sentent que nous allons vers elles et que nous les écoutons. C'est pourquoi nous avons créé des outils et des dispositions pour rester en contact permanent. ......Pour lire la suite abonnez- vous

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.