Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps



assane-soumanaLes lampions de la 40ème édition du Sabre national de lutte traditionnelle se sont éteints, hier, après-midi à Tillabéri avec le sacre de Kadri Abdou alias Issaka-Issaka de Dosso, avec comme vice-champion son coéquipier Noura Hassane, et deux autres coéquipiers Ibrahim Namata et Soumaila Abdou, occupant respectivement la 3ème et la 4ème places. Une page s'ouvre dans le registre de la lutte traditionnelle nigérienne où l'équipe de Dosso vient d'inscrire en lettres d'or l'histoire de son épopée fantastique.
Il est indéniable que l'histoire de la lutte traditionnelle nigérienne est déjà meublée de grands ''Rois des arènes'' qui se sont distingués du lot en s'arrogeant plusieurs fois le prestigieux sabre national. On citera, entre autres, Kantou de Maradi (4 fois), Balla Harouna de Zinder (3 fois) et Laminou Maïdabba d'Agadez (3), etc.
Et voilà qu'à l'issue de cette 40ème édition qui vient de prendre fin à Tillabéri, Issaka-Issaka de Dosso, déjà double champion national (en 2015 à Agadez et en 2016 à Dosso), fait une entrée magistrale dans la cour des grands maîtres des arènes en gratifiant la région de Dosso du sabre pour une troisième fois. Mieux, les lutteurs de la région de Dosso ont réussi le pari d'aligner les quatre premiers de cette 40ème édition. Une grande première dans l'histoire de la lutte traditionnelle !
Dès l'entrée dans les phases finales, les compétitions ont pris le ton d'une chevauchée épique pour les quatre lutteurs de Dosso qui, l'un après l'autre, ont pris le dessus sur leurs challengers de Niamey, de Tahoua, d'Agadez et de Zinder, les évinçant carrément de la course au sabre. Aussi, les combats des quarts de finale prirent l'allure d'une grande finale avant la finale, avec Noura Hassane de Dosso face à Saley Daouda d'Agadez, puis de Kadri Abdou également de Dosso contre Tassiou Sani de Zinder (champion en titre). Les deux titans de Dosso ayant pris chacun le dessus sur leur vis-à-vis, il ne restait plus que les quatre lutteurs de Dosso débout dans l'arène Naroua Sanou de Tillabéri.
Vous imaginez bien l'explosion de joie que cet exploit inédit a soulevée, mercredi soir, dans l'ensemble de la région honorée. A Dosso et à Gaya par exemple, l'ambiance est montée à son comble avec des scènes de rallye de motos et de voitures à travers les rues, ainsi que des attroupements et des parties de danse et de cris de joie sur les places publiques. Dans les marchés, presque tout était devenu subitement gratuit à la grande joie des clients et des joyeux badauds. Dire que ce spectacle n'est, aux dires des Dossolais, qu'un avant-goût de l'accueil, tout aussi gigantesque que resplendissant, que les populations s'apprêtent à réserver à leurs ''héros''.

Assane Soumana(onep)
04/01/19

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.