Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editos


DG onepNotre pays a célébré, hier, à l'unisson, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance. Cette fête couplée, depuis fort longtemps, à la Fête Nationale de l'Arbre, s'est déroulée cette année à Dosso, conformément aux engagements pris par le Chef de l'Etat, d'en faire une fête tournante au niveau des régions.
Dans le message à la Nation qu'il a prononcé en cette circonstance, le Président de la République, Chef de l'Etat, Issoufou Mahamadou a brossé l'état de la Nation avant de s'appesantir sur les grandes préoccupations de l'heure.
Comme la majorité des autres pays du Sahel, notre pays est confronté ces dernières années à « trois défis stratégiques majeurs qui appellent une prise de conscience élevée et une forte mobilisation populaire. Il s'agit du défi sécuritaire, du défi démographique et du défi climatique ».
Dieu merci, grâce à la clairvoyance et à la détermination des hautes autorités, le Niger est un havre de paix dans cet îlot du Sahel troublé par l'insécurité, le terrorisme, le narco-trafic et les effets pervers du changement climatique.Ajouter à cela une situation macroéconomique stable en dépit des contingences du moment, et des bonnes perspectives qui s'annoncent à l'horizon, l'on peut mesurer aisément le chemin parcouru. C'est pourquoi, il nous parait plus que nécessaire de demander aux uns et aux autres de laisser de côté, certaines considérations inutiles et puériles pour se consacrer à l'essentiel, la construction brique par brique de notre édifice commun. Les grandes Nations de ce monde se construisent autour d'un idéal commun.
A ce stade, il convient de déplorer une fois de plus, l'attitude va-t'en-guerre de certains négationnistes et autres rêveurs qui ne voient le Niger qu'à travers le prisme de leurs intérêts mesquins et égoïstes. Ceux-là qui ignorent que ce n'est pas en appelant quotidiennement à l'apocalypse pour notre pays qu'on peut accéder au pouvoir. Qui ignorent que le pouvoir se conquiert démocratiquement à travers des élections et une fois que celles-ci sont terminées les frères et sœurs d'une même Nation se remettent au travail, ensemble, en attendant les prochaines échéances.
Aujourd'hui, le Niger avance résolument vers le progrès avec des valeurs sûres et une jeunesse consciente, dynamique et entreprenante. Une jeunesse qui aspire à un avenir prometteur avec des meilleures conditions d'études et à l'emploi.
C'est dire,comme l'a à juste titre rappelé le Chef de l'Etat dans son message à la Nation, que « la commémoration de la fête de l'indépendance est un devoir de mémoire pour glorifier tous ceux qui se sont battus et ont consenti des sacrifices afin que le Niger soit une République indépendante. C'est aussi une tribune pour un appel à l'engagement et à l'action, à l'endroit de toutes les filles et tous les fils du Niger, afin de promouvoir le développement économique et social de notre pays. Elle doit, à chacune de ses éditions, nous servir de ressort patriotique, pour réaliser les grandes actions transformatrices pour le développement de notre pays et le bien-être de ses populations ».
Appel à l'engagement et à l'action de tous les Nigériens, voilà le combat commun, le combat noble, le combat unificateur de synergie d'un peuple vaillant, décidé d'agir de lui-même et par lui-même pour tracer sa voie dans ce monde où seuls les plus entreprenants sortent victorieux.
Appel à l'engagement de la jeunesse nigérienne pour qu'elle assume et s'assume. Appel à l'engagement et à l'action d'une jeunesse consciente et dynamique. Car, la Renaissance tant prônée et mise en œuvre de notre Nation, exige responsabilité et sens du devoir. Responsabilité et patriotisme, responsabilité et civisme, responsabilité et esprit de création, puisque personne ne viendra de l'extérieur, construire notre pays, faire notre bonheur à notre place.
Il faut donc avoir de l'initiative et d'audace pour franchir les obstacles. Cette traversée périlleuse mais exaltante du chemin de croix, notre jeunesse, qui constitue la frange la plus importante de notre peuple, a désormais compris et assimilé son rôle de fer de lance du développement de notre pays.
A ce niveau, le Chef de l'Etat a invité les jeunes à faire preuve d'ardeur au travail en étant toujours soucieux de donner le meilleur d'eux-mêmes. « Les parcours exceptionnels d'Abdoulrazak Alfaga champion du monde de Taekwondo, de Cissé Ibrahim, éminent biologiste du Massachussetts Institute of Technology des Etats Unis, d'Abdoulrazak André René, médaille d'or en littérature aux huitièmes jeux de la francophonie, qui doivent être, pour tous, une source d'inspiration», a souligné le Président Issoufou.
Et pour encourager l'excellence, le gouvernement a entrepris de vastes réformes pour améliorer le climat des affaires.Ces efforts, pour faciliter la création d'entreprise, régler le contentieux fiscal, installer les tribunaux de commerce, de l'avis du Président Issoufou, ont valu à notre pays d'être classé sur deux années consécutives, en tête des pays Africains ayant validé le plus de réformes en 2016 et en 2017 par la Banque Mondiale au titre du « doing business ». Il faut donc persévérer dans cette voie, tout comme « nous devrons convenir de la nécessité de bâtir la résilience climatique des populations, à travers la gestion durable des terres et la promotion d'une économie verte, notamment l'accès à des sources d'énergie renouvelable ou de substitution au bois énergie.
Et depuis, 1975, le 3 août,est consacrée à la fête de l'arbre. L'arbre, c'est cet être vivant qui germe, vit, grandit et meurt, pour qui nous devons soins et protection afin de protéger notre écosystème. Dans cette action de préservation de notre cadre de vie, le Président de la République nous invite à planter et à entretenir les arbres. « Le thème choisi cette année, à savoir « l'arbre dans les champs : facteur d'accroissement des productions agricoles », tout en réaffirmant la place et le rôle de l'arbre pour le bien-être de l'homme, rappelle également à tous, notre devoir commun de planter les arbres, d'en prendre soin, et exprime l'urgence d'engager des actions soutenues et d'envergure en vue d'inverser cette tendance générale à la déforestation et à la dégradation des écosystèmes dans le cadre général de sauvegarde de notre planète terre.
A ce niveau, a dit le ministre en charge de l'Environnement dans son allocution à Dosso, les signes sont encourageants quant aux efforts réalisés dans notre pays. « D'ores et déjà, ces réussites ont valu à notre pays, d'être cité au plan international, comme le pays ayant fait le plus d'efforts en matière de Régénération Naturelle Assistée, avec plus de 5 millions d'hectares de parc agroforestiers. Les experts, à cet égard, parlent même d'un phénomène de reverdissement du Niger. Aussi, a-t-il lancé un appel à l'intensification de la pratique de la Régénération Naturelle Assistée, afin non seulement d'améliorer les productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques, mais également à créer un meilleur cadre de vie.
Car, comme l'a rappelé le Chef de l'Etat en invoquant un célèbre proverbe, "nous n'héritons pas de la terre, nous l'empruntons à nos enfants". C'est dire que les générations futures ont des droits sur nous et qu'il est de notre responsabilité de les honorer et c'est pour cela, comme l'a dit en substance un philosophe, nous devons agir de telle sorte que les effets de notre action soient compatibles avec la permanence d'une vie authentiquement humaine sur terre ».
Alors retroussons nos manches pour planter des arbres dans nos champs, nos villes, nos maisons et partout ailleurs, pour un avenir meilleur. Et en ayant toujours en tête ce slogan qui dit : ''planter un arbre c'est bien, mais l'entretenir c'est mieux ».
Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
04/08/17

En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.