Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture


CultureC'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées aux violences douanières, à la corruption et aux stéréotypes. Débordante d'énergie, cette Sénégalo-Américaine, vivant depuis 1999 entre Dakar et Los Angeles, est aussi sollicitée par d'autres réalisateurs, et sur d'autres scènes. L'un des derniers films dans lequel on la retrouvera est la série policière Sakho et Mangane qui passe sur Canal+ Afrique depuis le 25 mars 2019.
Présenter Amélie M'Baye juste comme actrice, c'est méconnaitre son caractère polyvalent comme l'illustre le chemin qu'elle a parcouru. Après des études de langues étrangères et de tourisme à l'Ecole Internationale de Tunon en Normandie (France), cette dame née à Dakar, a fait d'abord carrière dans le tourisme, l'aéronautique en tant que membre du Personnel Navigant Commercial (PNC) pour Air Luxembourg, Air Sénégal, à la télévision en tant que présentatrice de programmes à la RTS. Amélie M'Baye est également Maîtresse de Cérémonie(MC) dans différents shows à Dakar, et Los Angeles, ou mannequin. Mimi, comme elle est surnommée par son entourage, qui est chanteuse, enregistre des voix en studio, pour les doublages. Elle est interprète, car elle parle le Français, l'Anglais, l'Espagnol, le Portugais, et bien sûr le Woloff sa langue maternelle.
Une carrière d'actrice qui lui réussit
Mais c'est surtout le cinéma qui révèle Mimi. Et, c'est son amie, Apolline Traoré qui lui a mis le pied à l'étrier en 2002 avec sa série " Monia and Rama " tournée à Ouaga. Amélie y a joué le personnage d' "Aline la vipère". « C'était assez difficile car étant aussi amie avec Apolline, certaines personnes dans l'équipe avaient du mal à accepter qu'elle fasse venir une actrice Sénégalaise de Los Angeles pour ce rôle principal. Alors qu'ayant été présente depuis l'écriture et ayant lu le scénario j'ai aussitôt aimé le personnage d'Aline et Apolline m'a fait confiance », explique Amélie. Teint noir, du haut de ses 1,78 cm, Mimi s'affirme bien sur toutes les scènes comme chanteuse, actrice, MC. « J'aime bien jouer les rôles de femme à forte personnalité, battante, défendre la condition féminine en général ». Mais tient-elle à relever, « je suis fatiguée des rôles où je suis méchante car en Afrique ça colle à la peau et les gens vous identifient comme telle ; aussi je n'aime pas jouer les rôles ou je suis obligée de montrer mon corps, car je suis pudique ». Ainsi, Mimi soutient-elle le mouvement #mêmepaspeur à travers lequel des femmes qui sont dans le métier du cinéma ont dénoncé ouvertement les violences et harcèlements dont sont victimes des actrices. «Trop c'est trop, il faudrait que hommes comme femmes sachent que la Loi est pour tout le monde, quel que soit le pays, quels que soient les coutumes et quel que soit la culture. Dans notre milieu du cinéma, l'intimidation pour obtenir un rôle a été pendant longtemps un problème et continue hélas de l'être », s'indigne Amélie.
Déterminée, Amélie M'Baye continue de tourner en tant qu'actrice. Les cinéphiles la retrouvent dans Sakho & Mangane, une série policière réalisée en 2018 par Jean-Luc Herbulot, Toumani Sangaré et Hubert Laba Ndao et qui est diffusée sur Canal +Afrique depuis le 25 mars. Dans cette série, Amélie joue le rôle de la femme d'un des policiers. Elle intervient vers la fin dans un « rôle assez spécial ».
Amélie M'Baye est aussi le personnage principal de Golden une autre série télévisée que les téléspectateurs pourront suivre à partir du 27 avril sur la télévision du groupe TFM, en s'abonnant sur Marodi TV.
Quand on lui demande si elle envisage de devenir réalisatrice ou de se lancer dans la production, Amélie répond : «pour l'instant je continue à tourner dans les propositions de contrat en tant qu'actrice. On verra pour la suite, car oui il y a des projets qui se profilent à l'horizon ».
Souley Moutari (ONEP)
(3/04/2019)

Publié dans Culture
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.