Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture


chameauAppartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers un portillon en béton symbolisant deux dromadaires qui se regardent.
À Tahoua, comme ailleurs, le dromadaire rend de multiples services à l'homme, en particulier aux nomades pour lesquels son élevage est tout d'abord une passion. « Dans notre communauté l'élevage de dromadaires est une activité transmise de génération en génération. Nos ancêtres nous ont appris que ces animaux constituent une richesse qu'il ne faut pas négliger, c'est pour cela que nous les couvrons des soins dont ils ont besoin », explique Malik Ibrahim, un nomade de Tahoua.
Le dromadaire est aussi et surtout un animal d'élevage pour les nomades à cause de son adaptation à la sécheresse. Il est élevé pour sa viande, pour le lait, et est utilisé également pour le transport. La productivité laitière d'une chamelle (femelle du dromadaire) bien nourrie est bien supérieure à celle des bovins élevés dans les mêmes conditions. En effet pendant la période de lactation, la chamelle fournit 12 à 18 litres de lait par jour pour son chamelon et les nomades peuvent en prélever jusqu'à 8 litres. Une raison économiquement suffisante pour expliquer l'importance de l'élevage des dromadaires, une activité très répandue dans la région de Tahoua.

Si la plupart de mammifères vivants dans les zones désertiques se protègent de la chaleur et de la sécheresse en s'enfouissant dans le sol pendant les heures chaudes, il est bien évident qu'un animal de la taille du dromadaire ne saurait satisfaire à une telle exigence. Le secret de son adaptation à l'austérité du milieu c'est sa bosse qui n'est rien d'autre qu'une accumulation localisée de graisse qui lui assure le rôle de thermorégulation. L'animal se refroidit mieux parce qu'il est moins gras. Physiologiquement le dromadaire est prédisposé à vivre longtemps comme le prétend une croyance bien répandue.

Dans la région de Tahoua dont il est la mascotte, le dromadaire est dans son utilisation comme moyen de transport, aujourd'hui fortement concurrencé par les engins à quatre roues et même à deux roues. Toutefois, cela n'entame en rien, la passion de ceux qui sont attachés à l'élevage de cet animal, parce que cela fait avant tout partie de leur culture.
Abdou Abdourahmane Onep Tahoua
11/07/17

Publié dans Culture
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.