Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


anifL'Ambassade de la Turquie au Niger a célébré, le lundi 29 octobre dernier, au Grand-Hôtel de Niamey, le 95ème anniversaire de la proclamation de la République de Turquie. L'activité dirigée par l'Ambassadeur de Turquie au Niger SE Hϋseyin M Özdemir, a vu la participation des députés nationaux, des membres du gouvernement, des responsables d'Institutions, des Ambassadeurs et membres du Corps diplomatique, des représentants des Organisations internationales, des chefs coutumiers et de nombreux autres invités. Le diplomate turque a d'abord livré le contenu du message du président turc Recep Tayyip Erdogan, à l'occasion de cet anniversaire.

Dans cette adresse, le président turc a fait l'historique du combat de son pays contre la colonisation et pour son indépendance. Il a aussi évoqué le développement et la croissance positive de la Turquie. «Je souhaite la miséricorde d'Allah à tous nos ancêtres, martyrs et vétérans qui ont versé leur sang et mené de grands efforts pour chaque centimètre du territoire anatolien, notre patrie millénaire», a indiqué le président Turc. L'Ambassadeur de Turquie au Niger a souligné que c'est pour lui la dernière occasion de célébrer la fête de la République de son pays parmi ses invités au Niger. Il a ensuite évoqué les relations bilatérales entre le Niger et la Turquie, ''qui ont permis d'aboutir à une coopération étroite, effective, diversifiée et surtout visible, dont j'en suis personnellement fier'', s'est réjoui le diplomate turc. Il s'est aussi félicité de l'ouverture des ambassades respectivement à Ankara et à Niamey en 2012 et 2013, ainsi que de la visite officielle, le 24 janvier 2018, du Premier ministre Brigi Rafini. Ce qui a permis aux deux pays, selon M. Özdemir, de renouveler leur volonté politique commune pour renforcer davantage et consolider cette coopération bilatéralE dans de nombreux domaines.
La coopération nigéro-turque englobe plusieurs domaines
Aide humanitaire, éducation, santé, infrastructures, accès à l'eau potable, assainissement, autonomisation de la femme, infrastructures sociales, agriculture, hôtellerie, transport, etc, sont les divers secteurs d'intervention de la coopération nigéro-turque, grâce notamment à l'Agence Turque de Développement et de Coordination (TIKA). « A cet égard, je voudrais mentionner trois des grands projets phares mis en œuvre qui cadrent bien avec les objectifs du gouvernement nigérien dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'environnement » a déclaré M. Özdemir en référence à l'Hôpital de l'Amitié Niger-Turquie qui fournira un service de santé pour la mère et l'enfant surtout pour les femmes qui souffrent de la fistule obstétrique. Il a aussi fait cas du Complexe scolaire avec ses internats, ses laboratoires, ses facilités pour les activités sportives, sa salle de conférence et toutes ses infrastructures et matériels didactiques appropriés. Pour ce qui est de la coopération dans le domaine de la lutte contre la désertification, SE Hϋseyin ӧzdemir, a indiqué que la Turquie a construit le Parc d'Amitiés Niger-Turquie dans la ceinture verte, à côté du complexe scolaire privé d'enseignement secondaire de l'Amitié Nigéro-Turque. « Dans le cadre des préparatifs du 33ème Sommet de l'Union africaine qui se tiendra en juillet 2019, deux grands projets ont été pris en charge par la société turque SUMMA à savoir : la rénovation et la modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey et la construction de l'Hôtel Radisson Blu qui cadrent avec le Programme Niamey-Nyala, visant à rendre la capitale du Niger une ville coquette et moderne », a ajouté M. Özdemir. Le diplomate turc a aussi évoqué les contributions de la compagnie aérienne Turkish Airlines, « qui unit les deux pays et les deux peuples frères et amis par cinq vols hebdomadaires entre Istanbul-Niamey-Bamako-Istanbul. Pour renforcer ces relations, la compagnie turque envisage de faire passer ses vols à sept par semaine en 2019 », a annoncé le diplomate turc.

Mahamadou Diallo
31/10/18


messageA l'instar de la communauté mondiale, le Niger célèbre ce mercredi 31 Octobre 2018, la 5ème édition de la Journée Mondiale des Villes. Le thème général de cette année est «Une ville meilleure, une vie meilleure», avec pour sous-thème «Construire des villes durables et résilientes». C'est dans ce cadre que le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, M. Waziri Maman a livré un message dans lequel, il a évoqué les efforts que ne cessent de déployer les autorités de la 7ème République pour améliorer l'image des villes nigériennes et les conditions de vie des citadins.

Dans son message, le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement a souligné que nos villes sont actuellement confrontées à des problèmes démographiques, environnementaux, économiques et sociaux sans précédent, entrainant ainsi des millions de citadins dans la pauvreté. En effet, chaque semaine de par le monde, environ 1,4 millions de personnes s'installent en villes. « Cette urbanisation effrénée peut mettre à rude épreuve les capacités des collectivités, les rendant ainsi plus vulnérables aux catastrophes dues à l'homme ou à la nature » a ajouté M. Waziri Maman.
Le Ministre Waziri a rappelé que différents accords et agendas internationaux ont été paraphés par les pays pour rendre le monde plus durable et plus résilient. Il s'agit notamment du programme de développement durable à l'horizon 2030, de l'Accord de Paris sur les changements climatiques, du cadre de Sendai pour la réduction des risques des catastrophes, du nouveau programme pour les villes, du nouvel agenda urbain et enfin, de l'agenda 2063 de l'Union Africaine. « Il me plaît de saisir l'occasion de cette Journée Mondiale des villes, pour lancer un vibrant appel aux différents partenaires techniques et financiers, pour accompagner le gouvernement, à développer des villes durables, résilientes, sûres et pleines de possibilités pour ceux et celles qui y vivent », a déclaré le Ministre Waziri Maman.
Au Niger, sous l'impulsion de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'État, «le gouvernement s'est engagé à offrir une belle image et un cadre de vie décent aux citoyens à travers la mise en œuvre de programmes tels que le programme Niamey Nyala et l'organisation du sommet de l'Union Africaine 2019 à Niamey, le programme de modernisation des villes et des chefs-lieux des régions à l'occasion de la fête tournante du 18 Décembre, le Programme de Construction de Logements Sociaux, etc. ».
Célébrée sous l'égide des Nations Unies depuis cinq ans, la Journée Mondiale des Villes a pour objet de promouvoir l'intérêt de la communauté internationale pour l'urbanisation, de renforcer la coopération entre les pays et les villes afin de saisir les opportunités, de faire face aux défis de l'urbanisation et de contribuer au développement urbain et durable.
Souleymane Yahaya (Stagiaire)

31/10/18


remisePour les différentes réalisations faites au cours de l'année 2018 au Niger dans le domaine de l'eau, hygiène et assainissement, l'ONG World Vision a été distinguée, à la cérémonie de gala de remise des trophées des meilleurs acteurs de développement au Niger qui s'est tenue Samedi dernier au Palais des congrès de Niamey. Le trophée a été remis au nouveau Directeur National de World Vision, M. Yves Habumugisha par le représentant du ministre des Enseignements professionnels.

World Vision est une organisation non gouvernementale de développement, d'assistance humanitaire mais aussi de plaidoyer. Elle travaille au Niger depuis près de 23 ans et a pour objectif principal l'amélioration du bien-être des enfants au sein de leurs familles et des communautés avec une vision pour chaque enfant, la vie en plénitude. World Vision intervient dans sept des 8 régions que compte le Niger à travers l'éducation, la santé et la nutrition, la sécurité alimentaire, l'accès à l'eau potable etc. L'approche de travail de World Vision est celle de la collaboration avec les structures gouvernementales comme des partenaires clés dans les secteurs d'activités notamment le Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement, le Ministère de l'Education, le Ministère de l'Agriculture etc.
World Vision travaille depuis longtemps avec le ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement qui lui a permis de réaliser des investissements assez importants au Niger. Pour World Vision le problème d'accès à l'eau potable aux infrastructures d'hygiène et d'assainissement a aussi un impact sur les autres secteurs. « Nous avons beaucoup investi au cours de l'année 2018 dans le secteur de hydraulique où nous avons réalisé entre autres 120 forages, 190 robinets, de Mini adduction d'eau Potable, plus 100 blocs de latrines dans les écoles et centres de santé. Au total il y a plus de 130.000 bénéficiaires de ces réalisations dans les régions de Diffa, de Zinder, de Maradi, de Niamey et de Tillabéry en 2018 dont près de 120.000 personnes ont eu accès à l'eau potable au Niger »word-vision a expliqué le Directeur National de World Vision. M. Yves Habumugisha a déclaré que ces investissements que World Vision mobilise pour le Niger sont énormes.
« Nous travaillons toujours en collaboration avec le ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement et c'est suite à beaucoup de réalisations exécutées dans le domaine de l'eau et assainissement au cours de cette année 2018, que les organisateurs de cet évènement à travers le Ministère de l'Hydraulique et de l'assainissement ont nominé l'ONG World Vision pour ce prix » a-t-il expliqué. « C'est une fierté de recevoir au nom de World Vision, ce prix qui couronne les efforts de toute une grande équipe, que ça soit au niveau régional ou global, qui travaille dans le secteur de l'eau et de l'assainissement » se réjouit le Directeur National de World Vision. M. Yves Habumugisha a ajouté que ce prix est aussi décerné à tous ces milliers de familles qu'ils sont appelés à servir dans ce pays.
« Effet, la tâche est lourde, grande. Aussi le chemin est encore long et nous devons à chaque pas nous arrêter pour apprécier ce qui a été fait et pourvoir continuer à améliorer la qualité du travail, et aussi à mobiliser les efforts car l'accès à l'eau, aux services d'hygiène et sanitaire reste une grande priorité pour ce pays surtout à la lumière des objectifs du développement durable » a déclaré M. Yves Habumugisha. Au passage, le Directeur National de Word Vision a salué la contribution de tous les membres de l'équipe de World Vision, les partenaires et aussi l'engagement et le soutien du gouvernement. «Nous sommes dans un pays qui a, certes des défis, mais aussi qui a des potentialités et nous voulons nous rassurer que ces potentialités soient exploitées » a conclu le Directeur National de World Vision.

Yacine Hassane


audience-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a hier plusieurs audiences. C'est ainsi qu'il a, reçu successivement dans la matinée les Représentants de plusieurs institutions financières notamment le Chef de Division Adjoint Département Afrique du FMI, M. Christoph A. Klingen, le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Niger, M. Nouridine Kané Dia et la Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joëlle Dehasse. Dans l'après midi, le Chef de l'Etat s'est entretenu avec les ministres du G5 Sahel qui tiennent depuis hier leur Conseil à Niamey.
A l'issue de la première audience accordée au Chef de Division Adjoint Département Afrique du FMI, M. Christoph A. Klingen, il a indiqué que leurs échanges avec le Chef de l'Etat, ont porté sur les réformes économiques que le Niger a entreprises, la situation économique du pays en général et particulièrement le programme qu'il partage avec le Fonds Monétaire International (FMI). Les deux personnalités ont discuté notamment du développement du secteur réel de l'économie, et ont examiné les voies et moyens pour avoir les meilleures retombées possibles sur l'économie nationale. En ce qui concerne les finances publiques, M. Christoph Klingen a apprécié tous les progrès qui sont en train d'être faits par le Niger pour satisfaire aux critères de convergences de l'UEMOA.
Quelques plus tard, le Chef de l'Etat s'est entretenu avec le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Niger, M. Nouridine Kané Dia. Au sortir de l'audience, M. Kane dit s'être entretenu avec le Chef de l'Etat sur plusieurs questions qui concernent son institution et le Niger. Il a précisé avoir remercié le Président de la République, le Gouvernement pour avoir bien accepté sa nomination comme Représentant Résident de la BAD au Niger. « Aussi, j'ai profité pour lui renouveler les remerciements du président du Groupe de la BAD pour son leadership remarquable sur la scène internationale particulièrement sur des questions qui tiennent à cœur l'institution, notamment celles des changements climatiques, des migrations et plus récemment la réalisation de la ZLECAf dont le Président Issoufou est Champion», a déclaré M. Nouridine Kané Dia. La BAD est un partenaire historique, de premier choix pour notre pays. « Elle intervient au Niger depuis pratiquement une cinquantaine d'années et les engagements en cours se chiffrent pratiquement à 450 Milliards de FCFA dans des domaines aussi essentiels que l'Agriculture, l'énergie et les transports » a-t-il expliqué.
M. Nouridine Kané Dia a réaffirmé la volonté de la BAD à accompagner le Niger dans son développement économique et social. « Nous avions tenu à rassurer SE Issoufou Mahamadou que dans le cadre du plan stratégique pour la période 2018-2022, la BAD intensifiera son assistance au Niger toujours dans les domaines prioritaires et particulièrement les programmes Kandadji, de l'énergie et de l'autonomisation de la femme. C'est une rencontre importante pour nous, car elle nous a permis de voir l'engouement et la détermination du Président à améliorer les conditions de vie des populations. Nous sommes impressionnés par sa présentation du Programme de Renaissance et nous nous réjouissons qu'au niveau du groupe de la BAD que cette vision qu'il a pour son pays, cadre parfaitement avec les cinq grandes priorités de la Banque qui sont : éclairer l'Afrique, nourrir l'Afrique, industrialiser l'Afrique ; améliorer les conditions de vie des populations africaines et intégrer l'Afrique» a soutenu le Représentant résident de la BAD au Niger.
audience-3Le Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a accordé la troisième et dernière audience de la matinée à la Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joêlle Dehasse. A l'issue de l'audience, Mme Dehasse a indiqué avoir eu un entretien fructueux et constructif qui lui a permis de faire une revue de la coopération entre la Banque Mondiale et le Niger. « Nous avions eu le privilège de rencontrer SE Issouhou Mahamadou, il a partagé avec nous ses priorités pour le Niger, en particulier il a mis l'accent sur la productivité agricole, les questions d'irrigation, la transformation du monde rural. Aussi nous avions échangé sur les questions du capital humain, et sur comment nous pouvons avoir un impact plus important sur l'éducation de la jeune fille, badles questions de taux de mortalité infantile », a-t-elle expliqué.
Certes, selon Mme Joêlle, ce sont des indicateurs sur lesquels le Niger a fait beaucoup d'efforts au cours de ces dernières années, mais beaucoup reste à faire. « Au niveau de la Banque Mondiale, nous avons des programmes qui visent justement ces priorités en particulier le développement du monde rural. Nous avons des programmes qui accompagnent le Gouvernement dans tous ses efforts. Concernant les infrastructures, nous avions discuté sur le programme Kandadji, un programme phare pour le Gouvernement et aussi pour la Banque Mondiale. Nous espérons voir comment nous pouvons travailler ensemble pour faire avancer ce programme aussi rapidement que possible tout en prenant en compte des aspects environnementaux et sociaux qui sont aussi très importants» a expliqué Mme Joêlle.
Ces trois premières audiences se sont déroulées en présence du ministre des Finances M. Massoudou Hassoumi.
photo-de-familleDans l'après-midi, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a reçu en audience, une délégation du Conseil des Ministres du G5 Sahel. A leur sortie d'audience, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly Ministre de l'Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso a souligné, au nom de ses homologues, qu'ils sont venus « rendre compte des travaux qui se tiennent à Niamey sous la présidence de la ministre du Plan du Niger, Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du Conseil des Ministres du G5 Sahel. Nous avons fait avec SE Issoufou Mahamadou le point de l'avancement du programme et des défis de l'heure. Nous avons reçu ses orientations pour la suite du processus » a-t-elle confié.
Parlant des défis qui se présentent à eux, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly a expliqué « qu'il s'agit déjà au niveau de la force conjointe de s'assurer que toutes les mesures sont prises pour son opérationnalisation comme l'ont souhaité les Chefs d'Etat du G5 Sahel qui ont donné des instructions très claires à ce sujet ». Et, selon elle, le travail est en cours.rencontre
Le deuxième point abordé au cours de la rencontre, concerne le volet développement et la présentation des travaux des programmes d'urgences. La ministre burkinabè des Finances a annoncé que ces questions seront débattues lors d'une rencontre en début Décembre prochain à Nouakchott. «Globalement, il ressort que le Président Issoufou suivait de très près tout ce qui se passe au niveau de cette organisation », a relevé Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly. « Nous avons observé que le Niger a joué un grand rôle et un leadership très important et nous nous sommes félicités de cela surtout avec tous les problèmes que traversent nos pays », a-t-elle ajouté. Compte tenu de ces menaces terroristes, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly a estimé que tous les pays de cet espace doivent fournir des efforts pour la lutte contre le terrorisme. Aussi, elle a lancé un appel à une mobilisation de la communauté internationale pour accompagner nos Chefs d'Etat notamment dans cette lutte injuste imposée à nos pays.
Il faut par ailleurs rappeler que le vendredi 26 octobre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a reçu, en audience une délégation de la Force Conjointe du G5 Sahel, conduite par le Commandant de ladite force, le Général Hanena Ould Sidi. L'entretien s'est déroulé en présence du ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou, du ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari, du Chef d'Etat-major des Armées, le Général de Corps d'armée Ahmed Mohamed, également Président du Conseil de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, du Secrétaire Permanent du G5 Sahel, M. Maman Sambo Sidikou. L'opérationnalisation de la force conjointe de G5 Sahel était au centre des discussions.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
30/10/18



audience-PMLe Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Birgi Rafini, a reçu, hier en audience, une équipe du Fonds Monétaire International (FMI), conduite par le Chef de Division Adjoint au Département Afrique de ladite institution, M. Christoph A. Klingen. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi.

Onep
30/10/18


g5Les pays du G5 Sahel continuent de mener des réflexions en vue de mieux sécuriser leur espace commun. La 4èmesession ordinaire du Conseil des ministres du G5 Sahel dont les travaux ont débuté hier, à Niamey est une instance importante dans le fonctionnement de l'organisation. C'est la ministre du Plan, Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du conseil des Ministres du G5 Sahel qui a présidé l'ouverture des travaux en présence de ses homologues du Burkina Faso ; du Mali ; du Tchad et de la Mauritanie ainsi que du commandant de la Force conjointe du G5 Sahel et de plusieurs personnalités civiles et militaires.
Au cours de cette session ordinaire, les membres du Conseil des ministres du G5 Sahel vont examiner et adopter les points inscrits à l'ordre du jour. Il s'agit notamment du rapport d'activité au 30 septembre 2018 du Secrétaire permanent ; l'état de mise en œuvre des recommandations des dernières sessions et de la feuille de route de la présidence du G5 Sahel ; le rapport d'audit sur les états financiers 2017 du G5 Sahel ; le rapport d'exécution du budget au 31 Août 2018 ; l'état d'avancement de la préparation de la conférence de coordination des bailleurs et partenaires du G5 Sahel ; le programme d'urgence du G5 Sahel ; la préparation de la conférence sur les droits de l'homme et le renforcement de la confiance entre les populations et la Force conjointe ; le projet de résolution portant suppression des frais d'itinérance au sein du G5 Sahel ; le projet de décision fixant les missions des comités nationaux de coordination et régissant leurs relations fonctionnelles avec le Secrétariat permanent du G5 Sahel et l'examen du protocole de partenariat entre le G5 Sahel et l'Alliance Sahel.
En ouvrant les travaux de cette 4ème session ordinaire, la ministre du Plan, Mme Kané
Aichatou a précisé que la volonté des Chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel est d'éradiquer l'insécurité dans cet espace commun afin de promouvoir le développement économique et social au sein de cette organisation. En outre, la présente session s'ouvre à un moment charnière. « Dans quelques mois, nous aurons bouclé quatre (4) présidences en exercice qui ont vu le témoin passé de la Mauritanie au Tchad, du Tchad au Mali et du Mali au Niger. Très bientôt, nous passerons le témoin à ma chère collègue du Burkina Faso, Mme Rosine Coulibaly », a relevé Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du Conseil des ministres du G5 Sahel. Par ailleurs, la ministre du Plan a souligné que suite au sommet du 6 février 2018, elle a été instruite par le Président en exercice du G5 Sahel, pour poursuivre l'œuvre entamée par leurs prédécesseurs.
Ainsi, le Niger s'est doté dès le lendemain du sommet des Chefs d'Etat d'une feuille de route qu'il a d'ailleurs partagée avec l'ensemble des Etats membres de l'organisation. Cette feuille de route, a dit la ministre Kané est axée sur l'opérationnalisation de la Force conjointe ; le renforcement du partenariat avec les partenaires de coopération ; la préparation de la conférence de coordination des bailleurs de fonds sur le programme d'investissement prioritaire et l'élaboration d'un programme de développement d'urgence en collaboration avec l'Alliance Sahel. Elle est régulièrement mise à jour de concert avec le Secrétariat permanent afin de s'assurer de l'avancement effectif des différents dossiers. Mme Kané devait ensuite annoncer qu'à la réunion du 30 octobre 2018 entre le Conseil des Ministres et l'Alliance Sahel, il sera principalement question de discuter des modalités de coopération avec cette nouvelle structure. Cette rencontre sera aussi mise à profit pour signer un protocole de partenariat entre le Secrétariat permanent du G5 Sahel et l'Alliance Sahel. La présidente du Conseil des ministre du G5 Sahel a en effet attiré l'attention de ses homologues sur le dossier relatif à la préparation de la Conférence de coordination des bailleurs de fonds sur le Programme d'Investissement Prioritaire (PIP 2019-2021) du 6 et 7 décembre 2018 à Nouakchott en Mauritanie dont le succès conditionne largement l'atteinte des objectifs consistant à faire du G 5 Sahel un espace de paix, de stabilité et de prospérité partagée.
Auparavant, le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, M. Mamane Sambo Sidikou a dressé le bilan de l'institution depuis sa nomination. Pendant les dix (10) mois écoulés, la principale priorité concernant la sécurité repose essentiellement sur l'opérationnalisation de la Force Conjointe G5 Sahel. A ce niveau, la session ordinaire du conseil des Ministres du 4 février 2018 avait adopté le manuel de procédure spécifique du fonds fiduciaire pour la Force Conjointe G5 Sahel ainsi que les décisions de création des comités de soutien et de contrôle dudit fonds. La conférence des donateurs organisée à Bruxelles en février 2018 a permis aussi d'enregistrer d'importantes annonces pour le financement de la Force. C'est ainsi qu'au niveau du fonds fiduciaire, participantsdes actions d'appropriation du dispositif ont été entreprises par le Secrétariat permanent.
En outre, des progrès substantiels ont été obtenus dans l'ancrage des autres projets relatifs à la sécurité. Sur le plan du développement, on peut citer le bouclage des études de deux projets phares du G5 Sahel, décidés par les Chefs d'Etat que sont le projet de création de la compagnie aérienne et l'étude diagnostique des
potentialités des produits agricoles, animaliers et halieutiques des Etats membres du G5 Sahel en vue de la préparation d'un projet de promotion des produits nationaux pour renforcer la sécurité alimentaire et l'intégration régionale. Pour le financement du Programme d'Investissement Prioritaire (PIP), le Secrétariat permanent du G5 Sahel est en ordre de marche pour la tenue la Conférence de la coordination des partenaires et des
bailleurs de fonds le 6 et 7 décembre 2018 à Nouakchott. Parallèlement, le programme d'urgence décidé par les Chefs d'Etat est finalisé avec l'appui de l'alliance Sahel et de l'Union Européenne. Au plan diplomatique, le Secrétariat permanent du G5 Sahel a effectué des missions dans toutes les cinq (5) capitales des Etats membres de l'organisation afin de rencontrer les autorités et les autres acteurs majeurs locaux impliqués dans les activités pertinentes et missions.

Hassane Daouda(onep)
30/10/18

Communiqué de décès

Publié dans Société


Mariama-KeitaLe monde de la presse nationale est en deuil. En effet, Madame Mariama Keita, journaliste, doyenne de la presse nigérienne, également ancienne présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), est décédée le lundi 29 Octobre 2018 à Istanbul, en Turquie, des suites d'une longue maladie.
Le Ministre de la Communication présente, au nom du Gouvernement à son nom propre, ses condoléances les plus attristées à la grande famille de la presse ainsi qu'à la famille de l'illustre disparue.
Que son âme repose en paix. Amine !

Onep
30/10/18


cndhDans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale des personnes détenues, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a organisé le 28 octobre dernier, une conférence débat à son siège à Niamey, en collaboration avec les ONGs Action pour la Réinsertion Sociale des Femmes et Mineurs Incarcérés au Niger (ARSFEMIN) et Seach For Common Ground (SFCG). La séance de discussion a porté sur deux thématiques. Une première relative à la mise en œuvre de l'alternative pénale par Travail d'Intérêt Général (TIGE), et l'autre concernant la question de la réinsertion sociale des repentis de Boko Haram. L'ouverture de la conférence a été présidée par Pr Khalid Ikri, président de la CNDH en présence du représentant du Ministère de la Justice et de plusieurs autres acteurs.

La privation de liberté par détention dans des maisons d'arrêt est née de l'idée de la société de corriger les comportements en vue de les conformer à des normes admises. Cependant « plusieurs paramètres naturels peuvent conduire à cela. La colère, l'erreur, l'amour propre etc. Donc, prisonnier mais être humain avant tout. » Le président de la CNDH, Pr Khalid Ikri s'est réjoui de la commémoration de cette journée dédiée aux personnes incarcérées. C'est dans ce sens que depuis une semaine, la CNDH et ses partenaires, notamment l'ARSFEMIN et SFCG, ont organisé des activités, a rappelé le Magistrat Alichina Amadou Kourguéni. L'objectif visé à travers la commémoration de cette journée est d'exprimer une pensée positive à l'endroit des personnes détenues. C'est l'occasion aussi de faire le point sur l'humanisation de ces lieux de détention. Cette journée de conférence
intervient après des visites au niveau des établissements pénitentiaires de Kollo, de Koutoukalé etc.
La première partie de la conférence, animée par le Secrétaire général de la CNDH, le Magistrat Alichina, a été orientée sur la mise en œuvre du Travail d'intérêt Général. Il s'agit d'une alternative à certaines catégories de mesures pénales. « En Afrique, en général, tout comme au Niger, les problèmes relevant des droits humains des détenus sont multiples, même si on souligne quelque part, des progrès significatifs qui sont enregistrés, ces dernières années » a rappelé le conférencier. Ces avancées, a-t-il précisé, sont principalement d'ordre législatif. Et c'est parmi les perspectives que figure la loi 2017-08 du 31 Mars 2017, déterminant les principes fondamentaux du régime pénitentiaire au Niger, tout comme la loi 2017-5 du 31 Mars 2017, instituant le Travail d'Intérêt Général (TIGE), dont il est question. De ce fait, le SG de la CNDH a souligné la persistance des défis, aussi préoccupants comme la surpopulation carcérale, l'hygiène, la santé, l'alimentation.
Le Magistrat Alichina, a indiqué que les réflexions sont poussées sur ses problèmes, en vue de faire des propositions aux acteurs, au premier rang desquels le gouvernement. Il a, ensuite annoncé qu'à l'issue d'un échange tenu en amont avec les autorités du Ministère de la Justice, un décret d'application du TIGE suivra incessamment. D'après lui, la mise en œuvre du TIGE comme alternative à l'incarcération, va beaucoup profiter à l'intérêt général. Cela, a-t-il expliqué, concerne uniquement les prévenus du droit commun, donc les auteurs d'infraction à caractère délictuel, purgeant des peines allant d'un mois à 10 ans moins 1 jour. Et le TIGE va de 50 heures à 200 heures. Il s'agit plutôt, en priorisant les femmes et les enfants, de proposer par cette alternative, le choix entre la prison et le Travail d'intérêts Général. A travers ce TIGE sur les infrastructures publiques, comme les hôpitaux, par des taches de ménage par exemple, les détenus payeront leurs dettes envers la société tout en bénéficiant à leur tour l'évitement de la prison.
La problématique de la réinsertion des repentis de Boko Haram a aussi été largement débattue. C'est une question qui trouve son fondement juridique dans l'ordonnance N°2011-12 du 27 Janvier 2011. En effet, dans son article 399.1.20, elle stipule que « tout membre d'un groupement ou entente planifiant un acte terroriste est exempté de toute poursuite si, ayant averti l'autorité administrative ou judiciaire, il a permis d'éviter la réalisation de l'infraction.». En plus, un deuxième cas est prévu par le législateur. « Tout membre d'un groupement ou entente ayant participé à la réalisation d'un acte terroriste et donnant à l'autorité administrative ou judiciaire toutes informations permettant d'identifier les auteurs de l'infraction peut bénéficier des circonstances atténuantes prévues par les articles 53 et 54 du code pénal. ».
A l'entame de son exposé, sur la question de la réinsertion des radicalistes repentis, la représentante de l'ONG Search For Common Ground Maarts Hofs, Assistante de Programme a d'abord tenu à indiquer qu'il s'agit d'un de leurs projets, qui s'inscrit dans la logique de leur contribution dans le cadre du plan de sortie de crise dans la zone de Diffa. L'objectif du projet selon elle, est de rendre pacifique la réintégration socio active des ex combattants de Boko Haram. L'ONG compte mettre en œuvre les méthodologies les plus adaptés, dans le respect des normes en vigueur et pour des résultats durables. Maarts Hofs a réaffirmé leur disponibilité à collaborer avec tout acteur des questions sociales ou juridiques pour enrichir davantage les techniques en perspectives.
A la fin de la conférence, le président de la CNDH a exprimé sa satisfaction au vu des riches réflexions à travers les échanges, sur des sujets aussi importants que et délicats. Ce qui a permis de développer les aspects les moins incompris, afin d'impulser le progrès en matière des droits humains au Niger.

Mahamane Chékaré Ismaël
(Stagiaire)

30/10/18


visiteLe Directeur de Cabinet du Ministre de la Communication M. Amadou Sahabi à la tête d'une forte délégation dudit ministère, a effectué, vendredi dernier, une visite au centre émetteur PK5 de Lazaret. Cette visite a pour objectif d'apprécier la première phase de la formation des techniciens qui auront la charge de la gestion dudit centre dans le cadre de la TNT (Télévision numérique terrestre). Dans ce déplacement, M. Amadou Sahabi est accompagné du Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Communication et de plusieurs autres cadres du Ministère.
A son arrivée la délégation a été accueillie par les responsables du centre. La délégation a ensuite assisté à la restitution de la formation faite par un des stagiaires. En effet, ils sont une dizaine, les stagiaires qui ont suivi cette formation animée par M. Mohamed Ali, un expert recruté à cet effet. A cette occasion la délégation a suivi des explications sur le déroulé de cette première phase de la formation. Dans les explications qu'il a apportées, le formateur a souligné que cette première phase consiste à outiller les stagiaires sur les notions et la logique du fonctionnement du centre TNT. Il a souligné qu'il y aura une deuxième phase de cette formation qui va consister à outiller les stagiaires sur les notions de la gestion dudit centre. Pour l'opérationnalisation de la TNT, M. Mahamed Ali a souligné depuis le 21 septembre 2017, la TNT est en marche au Niger, plus exactement à Niamey.
Très satisfait du résultat de cette formation, le Directeur de Cabinet du Ministre de la Communication a, au nom des deux ministres en charge du secteur, à savoir le ministre de la Communication et celui des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, salué et remercié le formateur pour la qualité des enseignements et sa disponibilité. Il a, par la même occasion, d'encouragé les stagiaires pour leur assiduité et l'attention dont ils ont fait montre tout au long de cette première phase. M. Amadou Sahabi a souligné que dans le cadre de mise en œuvre de ce programme, d'autres centres régionaux et départementaux sont prévus et ces stagiaires seront, à la fin de leur formation, à mesure de gérer le centre national et de former les agents qui seront appelés à gérer les autres centres.
Cette formation, a expliqué, le Directeur de Cabinet, cadre avec le contrat qui lie le gouvernement du Niger au Studio-tec, société chargée de la matérialisation de ce centre. « Je disais tantôt que nous sommes satisfaits du processus mais aussi de son niveau d'évolution parce que nous sommes en avance sur pratiquement tous les pays de la sous-région. C'est pourquoi nous disons tout à l'heure que les cadres qui sont en train d'être formés vont servir également d'experts, parce que il n'est pas exclu que les autres pays qui sont en retard par rapport à nous puissent faire appel au Niger dans ce cadre pour les assister dans la mise en œuvre de ce processus », a-t-il dit.
Ali Maman(onep)
30/10/18


Le-fondateur-de-TEF-avec-des-jeunes-entrepreneurs-africains-lors-du-forum-de-Lagos-Environ 5000 personnes, notamment des entrepreneurs, des leaders des secteurs privé et public, venant de l'écosystème de l'entrepreneuriat africain se sont réunis le 25 octobre dernier à Lagos au Nigéria pour la 4ème édition du forum annuel de l'entrepreneuriat qu'organise depuis 2015 la Fondation Tony Elumelu ou Tony Elumelu Fundation (TEF). Ce forum est né de l'engagement de cette Fondation d'investir en 10 ans 100 millions de dollars pour former et financer 10.000 entrepreneurs africains, dans le cadre du programme "Tony Elumelu Fundation Entrepreneurship". Pour les trois premières années du programme 1000 lauréats ont été enregistrés par an. En 2018 ce sont 1470 jeunes entrepreneurs sélectionnés à travers le continent qui ont bénéficié d'une formation et de mentorat durant neuf mois avec pour chaque lauréat le don d'un capital de démarrage de 5000 dollars US.

Le Forum de l'entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu qui constitue le plus grand rassemblement d'entrepreneurs africains, offre l'unique occasion de réunir de jeunes compétences, de créer des réseaux dynamiques et de transmettre aux décideurs politiques ce message : un secteur privé dynamique et responsable peut conduire à la transformation économique du continent.
L'un des faits marquants du forum de cette année est le lancement de "TEFConnect", une plateforme numérique révolutionnaire qui réunit en Afrique et au-delà, tout l'écosystème de l'entrepreneuriat, notamment les entrepreneurs, les investisseurs et le monde des affaires sur une seule et même plateforme et les connecte numériquement à trois éléments essentiels du succès : le capital, les outils commerciaux et les entreprises. L'Afrique connaît une vague de changements technologiques rapides dans les systèmes de paiement, de l'éducation, de l'agriculture et des infrastructures, et TEFConnect joue ainsi un rôle essentiel dans la mise en contact des entrepreneurs sur l'ensemble du continent. « Avec TEFConnect, nous avons créé un outil qui fournit une plateforme numérique pour héberger des idées, défendre le succès et démontrer la capacité des Africains à utiliser les technologies les plus avancées pour prendre en charge leur destin économique », a expliqué M. Tony Elumelu, l'initiateur de la fondation qui porte son nom.
Le forum a été également l'occasion d'un concours de pitch, des tables rondes ainsi qu'une séance interactive entre le Président ghanéen, SE. Nana Akufo-Addo, et les entrepreneurs, avec la modération et l'animation de M. Tony O. Elumelu, Promoteur de TEF. Un panel sur le rôle du secteur privé dans le développement économique de l'Afrique, animé par Dr. Awele Elumelu, administratrice de TEF, fondatrice d'Avon Medical et championne de Gavi pour la vaccination en Afrique, ainsi qu'un documentaire sur l'Impact de TEF qui met en valeur les réussites des entrepreneurs de TEF, présenté par Mme Parminder Vir, Directrice Générale de la Fondation Tony Elumelu, ont été d'autres moments forts du forum.
À cette occasion M. Tony Elumelu a réitéré son engagement d'être l'avocat du développement économique de l'Afrique, à travers le soutien et la formation d'une nouvelle génération d'entrepreneurs, dont les succès peuvent transformer le continent, offrir des opportunités, créer des emplois et un impact social. « L'avenir de l'Afrique est entre les mains des Africains », a-t-il déclaré. « Notre Fondation et son approche unique en matière de formation, de mentorat et de financement a prouvé que l'entreprenariat est le catalyseur de la transformation économique de notre continent. Je crois fermement que le succès peut être démocratisé et que si nous pouvons lier les ambitions aux opportunités, cette génération extraordinaire peut tout accomplir », a soutenu M. Tony Elumelu.

L'initiative de la fondation Tony Elumelu doit faire école, estime le président ghanéen
Pour sa part, le président du Ghana, S.E. Nana Akufo-Addo a souligné la nécessité de galvaniser l'écosystème de l'entrepreneuriat. Le président ghanéen a appelé les représentants du secteur public à encourager, soutenir et reproduire le modèle de la Fondation Tony Elumelu dans leurs régions respectives. « Le changement et le développement ne se produisent jamais d'eux-mêmes. laureatsLes gens doivent se lever, se faire entendre, discuter pour apporter le changement », a lancé S.E. Nana Akufo-Addo, évoquant la nécessité de mettre en place les politiques appropriées.
Lancé en 2015, le Forum de l'entrepreneuriat est une initiative de la Fondation Tony O. Elumelu, du nom du président du Heirs Holdings, Transcorp et de United Bank for Africa (UBA). Après avoir dirigé pendant une dizaine d'années ce groupe bancaire présent dans plusieurs pays africains, l'économiste Tony Elumelu, âgé aujourd'hui de 55 ans se consacre désormais à l'organisation philanthropique qu'il a créée et qui porte son nom. Le forum de l'entrepreneuriat est né ainsi de l'engagement de la Fondation Tony Elumelu à investir en 10 ans 100 millions de dollars pour identifier, former, encadrer et financer 10.000 entrepreneurs africains, dans le cadre du programme "TEF Entrepreneurship". Pour Chaque édition 1000 entrepreneurs de tous les coins du continent africain travaillant dans divers domaines d'activités sont sélectionnés sur la base de leurs performances pour recevoir un appui de la fondation en vue de renforcer leur capacité et leur donner accès à un financement d'un capital de démarrage de 5000, d'un programme de formation personnalisé et spécialement adapté à l'environnement africain, et de l'accès à un pool de mentors dédiés qui contribue de manière significative à la croissance économique, à la création d'emplois et à la production de revenus.
En 2018 ce sont 1470 jeunes entrepreneurs sélectionnés à travers le continent qui en ont bénéficié. Ce qui porte à ce jour le nombre total des bénéficiaires du programme à 4 470 jeunes entrepreneurs. Pour postuler au programme les entrepreneurs âgés d'au moins 18 ans résidents légaux ou citoyens d'un pays africain dont l'entreprise est basée en Afrique, et qui est à but lucratif, avec 0 ou 3 ans d'existence peuvent remplir entre le 1er janvier et le 1er mars un formulaire en ligne sur application.tonyelumelufoundation.org.
Pour ce qui est du Niger, sept entrepreneurs ont été sélectionnés en 2018. Trois d'entre eux étaient au Forum de Lagos. M. Touré Boubacar l'un d'eux, salue l'initiative de la fondation Tony Elumelu et exprime sa fierté de faire partie des lauréats de 2018. Le jeune entrepreneur apprécie cette phrase lancé par M. Tony Elumelu lors du forum quant à sa motivation pour son soutien à la jeunesse. « Ce n'est pas parce que nous en avons beaucoup que nous faisons cela, mais c'est parce-que nous croyons en vous », avait dit M. Tony Elumelu aux jeunes africains. M. Touré Boubacar travaille sur un projet d'introduction du gaz de pétrole liquéfié (GPL) comme carburant au Niger. Il fait l'installation des kits GPL sur les voitures et sa distribution. Il adhère à l'idée de M. Tony Elumelu « de vouloir institutionnaliser et démocratiser la chance ». Cela doit être pris en compte par les pouvoirs publics afin de permettre à la jeunesse qui déborde d'imagination, de compétences et de motivation de se mettre au service de la nation, de l'Afrique.

Souley Moutari(onep)

30/10/18

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.