Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


echangeLe Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankouraou, a présidé le lundi 29 octobre dernier à Niamey, la cérémonie de signature de l'accord sur le libre exercice d'activités rémunérées des personnes à charge du personnel diplomatique, consulaire, administratif et technique des Missions Diplomatiques et Consulaires de l'Espagne et du Niger. Cette nouvelle preuve de la bonne coopération bilatérale entre la République du Niger et le Royaume d'Espagne, concrétisée par les signatures du ministre des Affaires Etrangères et du Directeur Général pour l'Afrique du Ministère des Affaires Étrangères, de l'Union Européenne et de la Coopération de l'Espagne, permet aux personnes à charge des personnels des Missions Diplomatiques et Consulaires des deux pays, de s'épanouir plus librement dans un cadre officiel.
Cet Accord vient s'ajouter à l'important arsenal juridique du cadre bilatéral existant entre la République du Niger et le Royaume d'Espagne et portant sur des axes prioritaires d'intervention dans les domaines de la santé, du genre, de l'humanitaire, du social, de l'immigration, de l'agriculture, de la sécurité alimentaire et de la culture. En effet, depuis l'année 2008, l'Espagne a adhéré au fonds commun des donateurs du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et crises alimentaires. Aussi, avec l'approbation du 3ème Plan directeur de la coopération espagnole 2009-2012, le Niger est dans la catégorie des pays A « d'association élargie ». En
dehors de ce cadre bilatéral et étatique, la coopération espagnole intervient également au Niger, à travers des subventions accordées aux ONG, notamment la Croix Rouge, et la FUDEN.
Mais l'essentiel des programmes de coopération mis en œuvre au Niger par l'Agence Espagnole de Coopération Internationale sont à termes. C'est pourquoi, a rappelé le Ministre Kalla Ankouraou, il est important « que nous puissions approfondir les échanges entre nos deux gouvernements en vue de faire le bilan et relancer de nouveaux projets dans les domaines prioritaires ». Des discussions bilatérales, a-t-il ajouté, peuvent être initiées pour reconduire lesdits programmes en tenant compte des priorités de développement du Niger et surtout de sa position stratégique dans la lutte contre l'insécurité, le trafic en tout genre et l'immigration clandestine.
Le Directeur Général pour l'Afrique du Ministère des Affaires Etrangères, de l'Union Européenne et de la Coopération de l'Espagne, M. Raimundo Robredo Rubio, a tenu à saluer l'excellence de la coopération bilatérale nigéro-espagnole. Il a relevé l'importance du leadership du Président de la
République, S.E Issoufou Mahamadou dans le G5 Sahel. « Ça fait déjà onze ans que nous sommes au Niger, et nous comptons établir des relations bilatérales à long terme », a affirmé M. Raimundo Robredo Rubio. L'accord signé aujourd'hui, a-t-il conclu, est une autre pièce qui vient s'ajouter à la coopération déjà dense qui existe entre le Niger et l'Espagne.

Souleymane Yahaya
(Stagiaire)


conferenceAu terme d'une mission du Fonds monétaire international (FMI) ayant séjourné dans notre pays, le ministre des Finances, M. Hassoumi Massoudou et le chef de la mission du Fonds Monétaire International (FMI), M. Christoph A. Klinge par ailleurs Chef Division Adjoint Département Afrique ont animé hier matin, une conférence de presse conjointe au ministère des Finances à Niamey. Il s'est agi de conclure la troisième revue du programme appuyé par la Facilité Elargie de Crédit (FEC), dans le contexte des reformes économiques engagées par le gouvernement du Niger.
Introduisant la conférence, le ministre Massoudou Hassoumi a souligné d'abord l'importance de cette troisième revue du programme FEC, qui a fait l'objet de la mission de deux semaines effectuée par la délégation du FMI. « Cette revue est importante, en ce qu'elle permet de mesurer et apprécier les résultats de l'année 2018 et aussi de donner les appréciations sur les perspectives, notamment le budget 2019 » a déclaré le ministre des Finances. Un travail intense a été fait, du 17 au 30 octobre 2018, par le ministère des Finances et d'autres ministères et institutions concernés y compris la société civile. « La revue a été complète, elle a évalué l'ensemble de la situation économique du pays », a expliqué M. Massoudou Hassoumi.
Selon le communiqué lu par le Représentant résident de FMI, les autorités nigériennes et l'équipe du FMI ont abouti à un accord de principe pour l'achèvement de la troisième revue du programme appuyé par la FEC et pour l'augmentation de l'accès aux ressources du FMI (19,7 millions de DTS, environ 15,5, milliards de FCFA). Et le Gouvernement du Niger reste fermement engagé à la mise en œuvre des reformes de son Plan de Développement Economique et Social, (PDES 2017-2021), appuyé par l'accord au titre de la FEC. La situation budgétaire demeure dans l'ensemble satisfaisante et le déficit global devrait baisser significativement à 4 ,5% du PIB en 2018. Le projet de budget 2019 prévoit de dégager un espace budgétaire pour les dépenses prioritaires tout en progressant vers le respect des critères de déficit budgétaire de l'UEMOA.
En ce qui concerne l'agenda des reformes structurelles, l'équipe du FMI salue les efforts continus des autorités dans le cadre de l'amélioration de l'environnement des affaires par le biais de l'inclusion financière et de l'apurement des arriérés de paiement intérieurs. Des mesures prises, récemment pour augmenter la scolarisation, et en particulier celle des jeunes filles, contribueront à réaliser les objectifs nationaux en matière d'égalité des genres. Les reformes en cours de la fonction publique et des administrations publiques aideront à rendre l'action du gouvernement plus efficiente et transparente.
Ensuite le Chef Division Adjoint Département Afrique de FMI, M. Christoph A. Klinge a partagé ses appréciations relativement à la situation économique du Niger. «Dans l'ensemble il y'a des progrès significatifs dans le cadre de la mise en œuvre du programme que nous avons avec le gouvernement nigérien. Nous percevons aussi des perspectives intéressantes, en ce qui concerne un certain nombre des projets qui ont commencé ou qui sont sur le point de commencer » a-t-il déclaré. Pour l'avenir, le chef de la mission du FMI estime qu'il est aussi important de mettre en place d'autres reformes structurelles pouvant contribuer davantage au développement du secteur privé en particulier.
''Le budget 2019 consacre 21% au secteur de l'éducation'' selon le ministre Massoudou Hassoumi
Cependant, relativement à la question des finances publiques, des défis restent à relever. « Il est nécessaire d'assurer l'espace fiscal, pour renforcer la finance publique, fournir des efforts d'amélioration de la qualité des dépenses » a mentionné le ministre Massoudou Hassoumi. Le ministre des Finances a relevé concernant la situation générale que les recettes propres de l'Etat ne couvrent que 60% des dépenses publiques. « C'est un défi énorme » a-t-il reconnu. Et pour y faire face, la mobilisation des recettes, par l'amélioration de l'administration des taxes doit être une réalité. D'autre part, du coté des dépenses publiques l'accent sera mis sur l'exigence de la qualité à travers l'efficience et l'efficacité. «Depuis le début de l'exercice du programme, il y'a de cela deux ans, la question de l'espace budgétaire a toujours suscité beaucoup d'intérêt, en vue créer les conditions du financement des secteurs prioritaires définis dans le programme du Président de la République, Chef de l'Etat » a déclare le ministre Massoudou.
« Concernant le secteur de l'éducation, le budget 2019 lui consacre 21%. La sécurité occupe 14,5% du budget. A propos de la santé, la recommandation de l'OMS prônait 8%, le Niger a dépassé cet objectif en y consacrant près de 10%. Les infrastructures sont prévues à hauteur de 17% et l'agriculture environ 19% » a annoncé le ministre des Finances. M. Massoudou Hassoumi d'ajouter qu'en augmentant les recettes et en maitrisant les dépenses se dégage l'espace budgétaire, source d'investissement. Cela permettra aussi d'éviter l'endettement excessif, de réduire le déficit budgétaire qui oblige souvent l'endettement. « Par conséquent, on doit s'en tenir pour que nos propres ressources puissent nous permettre de financer l'essentiel. Ce sont des investissements structurants que nous faisons, pour aller vers la croissance. L'autre challenge, c'est de rendre inclusive cette croissance, elle doit être partagée pour être au large profit des populations» a-t-il soutenu.
Pour le ministre des Finances, l'une des principales difficultés c'est aussi le secteur informel, représentant 54% du PIB hors PIB rural. Avant 2018 sa contribution au budget était de 0,37%. « Suite aux mesures prises il est amené à hauteur de 1,5% au terme de l'année 2018. Pour 2019, nous escomptons 3% de la part du secteur informel. Ce n'est pas énorme, mais c'est une progression qui s'amorce. Evidemment qu'on ne va pas anticiper. Mais, nous prenons que des dispositions seront prises pour qu'il n'y est pas une envolée des prix », a dit le ministre des finances.
''La croissance économique est plus élevée que nous l'avions pensée'' déclare M. Christoph A. Klinge
Pour M. Klingen, l'économie nigérienne est en train de s'améliorer. « À l'issue du travail que nous venons d'accomplir, ces deux dernières semaines, nous nous sommes rendu compte que la croissance économique est plus élevée que nous l'avions pensée », a confié M. Klingen. Du reste, le communiqué lu par le Représentant résident de FMI au Niger a rapporté que la stabilité macroéconomique reste fermement établie, et la croissance économique est en voie d'accélération, malgré un environnement extérieur difficile. Elle devrait passer de 5,2% en 2018 à 6,5% en 2019, favorisée par une bonne campagne agricole et la mise en chantier de grands projets d'investissement. La croissance s'élèverait à un peu plus de 7% en moyenne sur les cinq prochaines années, soutenue par l'initiative 3N. Le contenu local et les contributions budgétaires de ces projets en constituent les principales retombées bénéfiques pour l'économie locale. L'inflation devrait baisser pour s'établir en-dessous de la norme de l'UEMOA en 2019. « Cette croissance serait en effet soutenue davantage par les grands projets en cours. Notamment, le Millenium Challenge (MCC), le barrage de Kandaji etc. » estime le chef de la mission du FMI.
Il faut noter que cette mission de FMI a, durant son séjour, rencontré le Président Issoufou Mahamadou, le Premier ministre Brigi Rafini et le Ministre des Finances Massoudou Hassoumi. En outre elle s'est entretenue avec la ministre en charge du Plan, le ministre du Pétrole, le ministre Délégué du Budget, le Conseiller Spécial du Président, le Haut Commissaire à l'Initiative 3N, le Directeur National de la BCEAO, d'autres hauts cadres de l'administration et des représentants du secteur privé.
Mahamane Chékaré Ismaël
Abdoul Aziz Moumouni Idrissa
(Stagiaires)


confLes députés membres de la Commission des Affaires Etrangères et de la coopération de l'Assemblée nationale ont tenu, hier dans la salle de réunion de ladite Commission, une séance de travail avec l'ambassadeur de la République de Cuba au Niger, SE. Jorge José Hadad Capote.
L'objectif de cette rencontre dirigée par M. Bachir Abdoul Aziz Sidi, président de la Commission, est de discuter de la coopération et le renforcement des relations parlementaires entre les deux pays et surtout entre les groupes d'amitié Cuba-Niger. A l'issue de la rencontre, le diplomate cubain s'est dit très satisfait d'avoir rencontré des députés engagés pour le renforcement de partenariat et la consolidation de la diplomatie parlementaire. «Je suis fier de constater que, les parlementaires nigériens veulent soutenir notre coopération dans les domaines sociaux ; économiques et diplomatiques. Le Niger peut toujours compter sur le Cuba dans l'accompagnement de son développement. Nous avons également échangé sur les voies et moyens permettant de consolider la coopération bilatérale, notamment celle des groupes
parlementaires d'amitié de nos deux pays»,
a-t-il expliqué.

Seini Seydou Zakaria(onep)
31/10/18


anifL'Ambassade de la Turquie au Niger a célébré, le lundi 29 octobre dernier, au Grand-Hôtel de Niamey, le 95ème anniversaire de la proclamation de la République de Turquie. L'activité dirigée par l'Ambassadeur de Turquie au Niger SE Hϋseyin M Özdemir, a vu la participation des députés nationaux, des membres du gouvernement, des responsables d'Institutions, des Ambassadeurs et membres du Corps diplomatique, des représentants des Organisations internationales, des chefs coutumiers et de nombreux autres invités. Le diplomate turque a d'abord livré le contenu du message du président turc Recep Tayyip Erdogan, à l'occasion de cet anniversaire.

Dans cette adresse, le président turc a fait l'historique du combat de son pays contre la colonisation et pour son indépendance. Il a aussi évoqué le développement et la croissance positive de la Turquie. «Je souhaite la miséricorde d'Allah à tous nos ancêtres, martyrs et vétérans qui ont versé leur sang et mené de grands efforts pour chaque centimètre du territoire anatolien, notre patrie millénaire», a indiqué le président Turc. L'Ambassadeur de Turquie au Niger a souligné que c'est pour lui la dernière occasion de célébrer la fête de la République de son pays parmi ses invités au Niger. Il a ensuite évoqué les relations bilatérales entre le Niger et la Turquie, ''qui ont permis d'aboutir à une coopération étroite, effective, diversifiée et surtout visible, dont j'en suis personnellement fier'', s'est réjoui le diplomate turc. Il s'est aussi félicité de l'ouverture des ambassades respectivement à Ankara et à Niamey en 2012 et 2013, ainsi que de la visite officielle, le 24 janvier 2018, du Premier ministre Brigi Rafini. Ce qui a permis aux deux pays, selon M. Özdemir, de renouveler leur volonté politique commune pour renforcer davantage et consolider cette coopération bilatéralE dans de nombreux domaines.
La coopération nigéro-turque englobe plusieurs domaines
Aide humanitaire, éducation, santé, infrastructures, accès à l'eau potable, assainissement, autonomisation de la femme, infrastructures sociales, agriculture, hôtellerie, transport, etc, sont les divers secteurs d'intervention de la coopération nigéro-turque, grâce notamment à l'Agence Turque de Développement et de Coordination (TIKA). « A cet égard, je voudrais mentionner trois des grands projets phares mis en œuvre qui cadrent bien avec les objectifs du gouvernement nigérien dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'environnement » a déclaré M. Özdemir en référence à l'Hôpital de l'Amitié Niger-Turquie qui fournira un service de santé pour la mère et l'enfant surtout pour les femmes qui souffrent de la fistule obstétrique. Il a aussi fait cas du Complexe scolaire avec ses internats, ses laboratoires, ses facilités pour les activités sportives, sa salle de conférence et toutes ses infrastructures et matériels didactiques appropriés. Pour ce qui est de la coopération dans le domaine de la lutte contre la désertification, SE Hϋseyin ӧzdemir, a indiqué que la Turquie a construit le Parc d'Amitiés Niger-Turquie dans la ceinture verte, à côté du complexe scolaire privé d'enseignement secondaire de l'Amitié Nigéro-Turque. « Dans le cadre des préparatifs du 33ème Sommet de l'Union africaine qui se tiendra en juillet 2019, deux grands projets ont été pris en charge par la société turque SUMMA à savoir : la rénovation et la modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey et la construction de l'Hôtel Radisson Blu qui cadrent avec le Programme Niamey-Nyala, visant à rendre la capitale du Niger une ville coquette et moderne », a ajouté M. Özdemir. Le diplomate turc a aussi évoqué les contributions de la compagnie aérienne Turkish Airlines, « qui unit les deux pays et les deux peuples frères et amis par cinq vols hebdomadaires entre Istanbul-Niamey-Bamako-Istanbul. Pour renforcer ces relations, la compagnie turque envisage de faire passer ses vols à sept par semaine en 2019 », a annoncé le diplomate turc.

Mahamadou Diallo
31/10/18


messageA l'instar de la communauté mondiale, le Niger célèbre ce mercredi 31 Octobre 2018, la 5ème édition de la Journée Mondiale des Villes. Le thème général de cette année est «Une ville meilleure, une vie meilleure», avec pour sous-thème «Construire des villes durables et résilientes». C'est dans ce cadre que le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, M. Waziri Maman a livré un message dans lequel, il a évoqué les efforts que ne cessent de déployer les autorités de la 7ème République pour améliorer l'image des villes nigériennes et les conditions de vie des citadins.

Dans son message, le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement a souligné que nos villes sont actuellement confrontées à des problèmes démographiques, environnementaux, économiques et sociaux sans précédent, entrainant ainsi des millions de citadins dans la pauvreté. En effet, chaque semaine de par le monde, environ 1,4 millions de personnes s'installent en villes. « Cette urbanisation effrénée peut mettre à rude épreuve les capacités des collectivités, les rendant ainsi plus vulnérables aux catastrophes dues à l'homme ou à la nature » a ajouté M. Waziri Maman.
Le Ministre Waziri a rappelé que différents accords et agendas internationaux ont été paraphés par les pays pour rendre le monde plus durable et plus résilient. Il s'agit notamment du programme de développement durable à l'horizon 2030, de l'Accord de Paris sur les changements climatiques, du cadre de Sendai pour la réduction des risques des catastrophes, du nouveau programme pour les villes, du nouvel agenda urbain et enfin, de l'agenda 2063 de l'Union Africaine. « Il me plaît de saisir l'occasion de cette Journée Mondiale des villes, pour lancer un vibrant appel aux différents partenaires techniques et financiers, pour accompagner le gouvernement, à développer des villes durables, résilientes, sûres et pleines de possibilités pour ceux et celles qui y vivent », a déclaré le Ministre Waziri Maman.
Au Niger, sous l'impulsion de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'État, «le gouvernement s'est engagé à offrir une belle image et un cadre de vie décent aux citoyens à travers la mise en œuvre de programmes tels que le programme Niamey Nyala et l'organisation du sommet de l'Union Africaine 2019 à Niamey, le programme de modernisation des villes et des chefs-lieux des régions à l'occasion de la fête tournante du 18 Décembre, le Programme de Construction de Logements Sociaux, etc. ».
Célébrée sous l'égide des Nations Unies depuis cinq ans, la Journée Mondiale des Villes a pour objet de promouvoir l'intérêt de la communauté internationale pour l'urbanisation, de renforcer la coopération entre les pays et les villes afin de saisir les opportunités, de faire face aux défis de l'urbanisation et de contribuer au développement urbain et durable.
Souleymane Yahaya (Stagiaire)

31/10/18


remisePour les différentes réalisations faites au cours de l'année 2018 au Niger dans le domaine de l'eau, hygiène et assainissement, l'ONG World Vision a été distinguée, à la cérémonie de gala de remise des trophées des meilleurs acteurs de développement au Niger qui s'est tenue Samedi dernier au Palais des congrès de Niamey. Le trophée a été remis au nouveau Directeur National de World Vision, M. Yves Habumugisha par le représentant du ministre des Enseignements professionnels.

World Vision est une organisation non gouvernementale de développement, d'assistance humanitaire mais aussi de plaidoyer. Elle travaille au Niger depuis près de 23 ans et a pour objectif principal l'amélioration du bien-être des enfants au sein de leurs familles et des communautés avec une vision pour chaque enfant, la vie en plénitude. World Vision intervient dans sept des 8 régions que compte le Niger à travers l'éducation, la santé et la nutrition, la sécurité alimentaire, l'accès à l'eau potable etc. L'approche de travail de World Vision est celle de la collaboration avec les structures gouvernementales comme des partenaires clés dans les secteurs d'activités notamment le Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement, le Ministère de l'Education, le Ministère de l'Agriculture etc.
World Vision travaille depuis longtemps avec le ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement qui lui a permis de réaliser des investissements assez importants au Niger. Pour World Vision le problème d'accès à l'eau potable aux infrastructures d'hygiène et d'assainissement a aussi un impact sur les autres secteurs. « Nous avons beaucoup investi au cours de l'année 2018 dans le secteur de hydraulique où nous avons réalisé entre autres 120 forages, 190 robinets, de Mini adduction d'eau Potable, plus 100 blocs de latrines dans les écoles et centres de santé. Au total il y a plus de 130.000 bénéficiaires de ces réalisations dans les régions de Diffa, de Zinder, de Maradi, de Niamey et de Tillabéry en 2018 dont près de 120.000 personnes ont eu accès à l'eau potable au Niger »word-vision a expliqué le Directeur National de World Vision. M. Yves Habumugisha a déclaré que ces investissements que World Vision mobilise pour le Niger sont énormes.
« Nous travaillons toujours en collaboration avec le ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement et c'est suite à beaucoup de réalisations exécutées dans le domaine de l'eau et assainissement au cours de cette année 2018, que les organisateurs de cet évènement à travers le Ministère de l'Hydraulique et de l'assainissement ont nominé l'ONG World Vision pour ce prix » a-t-il expliqué. « C'est une fierté de recevoir au nom de World Vision, ce prix qui couronne les efforts de toute une grande équipe, que ça soit au niveau régional ou global, qui travaille dans le secteur de l'eau et de l'assainissement » se réjouit le Directeur National de World Vision. M. Yves Habumugisha a ajouté que ce prix est aussi décerné à tous ces milliers de familles qu'ils sont appelés à servir dans ce pays.
« Effet, la tâche est lourde, grande. Aussi le chemin est encore long et nous devons à chaque pas nous arrêter pour apprécier ce qui a été fait et pourvoir continuer à améliorer la qualité du travail, et aussi à mobiliser les efforts car l'accès à l'eau, aux services d'hygiène et sanitaire reste une grande priorité pour ce pays surtout à la lumière des objectifs du développement durable » a déclaré M. Yves Habumugisha. Au passage, le Directeur National de Word Vision a salué la contribution de tous les membres de l'équipe de World Vision, les partenaires et aussi l'engagement et le soutien du gouvernement. «Nous sommes dans un pays qui a, certes des défis, mais aussi qui a des potentialités et nous voulons nous rassurer que ces potentialités soient exploitées » a conclu le Directeur National de World Vision.

Yacine Hassane


audience-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a hier plusieurs audiences. C'est ainsi qu'il a, reçu successivement dans la matinée les Représentants de plusieurs institutions financières notamment le Chef de Division Adjoint Département Afrique du FMI, M. Christoph A. Klingen, le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Niger, M. Nouridine Kané Dia et la Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joëlle Dehasse. Dans l'après midi, le Chef de l'Etat s'est entretenu avec les ministres du G5 Sahel qui tiennent depuis hier leur Conseil à Niamey.
A l'issue de la première audience accordée au Chef de Division Adjoint Département Afrique du FMI, M. Christoph A. Klingen, il a indiqué que leurs échanges avec le Chef de l'Etat, ont porté sur les réformes économiques que le Niger a entreprises, la situation économique du pays en général et particulièrement le programme qu'il partage avec le Fonds Monétaire International (FMI). Les deux personnalités ont discuté notamment du développement du secteur réel de l'économie, et ont examiné les voies et moyens pour avoir les meilleures retombées possibles sur l'économie nationale. En ce qui concerne les finances publiques, M. Christoph Klingen a apprécié tous les progrès qui sont en train d'être faits par le Niger pour satisfaire aux critères de convergences de l'UEMOA.
Quelques plus tard, le Chef de l'Etat s'est entretenu avec le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Niger, M. Nouridine Kané Dia. Au sortir de l'audience, M. Kane dit s'être entretenu avec le Chef de l'Etat sur plusieurs questions qui concernent son institution et le Niger. Il a précisé avoir remercié le Président de la République, le Gouvernement pour avoir bien accepté sa nomination comme Représentant Résident de la BAD au Niger. « Aussi, j'ai profité pour lui renouveler les remerciements du président du Groupe de la BAD pour son leadership remarquable sur la scène internationale particulièrement sur des questions qui tiennent à cœur l'institution, notamment celles des changements climatiques, des migrations et plus récemment la réalisation de la ZLECAf dont le Président Issoufou est Champion», a déclaré M. Nouridine Kané Dia. La BAD est un partenaire historique, de premier choix pour notre pays. « Elle intervient au Niger depuis pratiquement une cinquantaine d'années et les engagements en cours se chiffrent pratiquement à 450 Milliards de FCFA dans des domaines aussi essentiels que l'Agriculture, l'énergie et les transports » a-t-il expliqué.
M. Nouridine Kané Dia a réaffirmé la volonté de la BAD à accompagner le Niger dans son développement économique et social. « Nous avions tenu à rassurer SE Issoufou Mahamadou que dans le cadre du plan stratégique pour la période 2018-2022, la BAD intensifiera son assistance au Niger toujours dans les domaines prioritaires et particulièrement les programmes Kandadji, de l'énergie et de l'autonomisation de la femme. C'est une rencontre importante pour nous, car elle nous a permis de voir l'engouement et la détermination du Président à améliorer les conditions de vie des populations. Nous sommes impressionnés par sa présentation du Programme de Renaissance et nous nous réjouissons qu'au niveau du groupe de la BAD que cette vision qu'il a pour son pays, cadre parfaitement avec les cinq grandes priorités de la Banque qui sont : éclairer l'Afrique, nourrir l'Afrique, industrialiser l'Afrique ; améliorer les conditions de vie des populations africaines et intégrer l'Afrique» a soutenu le Représentant résident de la BAD au Niger.
audience-3Le Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a accordé la troisième et dernière audience de la matinée à la Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joêlle Dehasse. A l'issue de l'audience, Mme Dehasse a indiqué avoir eu un entretien fructueux et constructif qui lui a permis de faire une revue de la coopération entre la Banque Mondiale et le Niger. « Nous avions eu le privilège de rencontrer SE Issouhou Mahamadou, il a partagé avec nous ses priorités pour le Niger, en particulier il a mis l'accent sur la productivité agricole, les questions d'irrigation, la transformation du monde rural. Aussi nous avions échangé sur les questions du capital humain, et sur comment nous pouvons avoir un impact plus important sur l'éducation de la jeune fille, badles questions de taux de mortalité infantile », a-t-elle expliqué.
Certes, selon Mme Joêlle, ce sont des indicateurs sur lesquels le Niger a fait beaucoup d'efforts au cours de ces dernières années, mais beaucoup reste à faire. « Au niveau de la Banque Mondiale, nous avons des programmes qui visent justement ces priorités en particulier le développement du monde rural. Nous avons des programmes qui accompagnent le Gouvernement dans tous ses efforts. Concernant les infrastructures, nous avions discuté sur le programme Kandadji, un programme phare pour le Gouvernement et aussi pour la Banque Mondiale. Nous espérons voir comment nous pouvons travailler ensemble pour faire avancer ce programme aussi rapidement que possible tout en prenant en compte des aspects environnementaux et sociaux qui sont aussi très importants» a expliqué Mme Joêlle.
Ces trois premières audiences se sont déroulées en présence du ministre des Finances M. Massoudou Hassoumi.
photo-de-familleDans l'après-midi, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a reçu en audience, une délégation du Conseil des Ministres du G5 Sahel. A leur sortie d'audience, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly Ministre de l'Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso a souligné, au nom de ses homologues, qu'ils sont venus « rendre compte des travaux qui se tiennent à Niamey sous la présidence de la ministre du Plan du Niger, Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du Conseil des Ministres du G5 Sahel. Nous avons fait avec SE Issoufou Mahamadou le point de l'avancement du programme et des défis de l'heure. Nous avons reçu ses orientations pour la suite du processus » a-t-elle confié.
Parlant des défis qui se présentent à eux, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly a expliqué « qu'il s'agit déjà au niveau de la force conjointe de s'assurer que toutes les mesures sont prises pour son opérationnalisation comme l'ont souhaité les Chefs d'Etat du G5 Sahel qui ont donné des instructions très claires à ce sujet ». Et, selon elle, le travail est en cours.rencontre
Le deuxième point abordé au cours de la rencontre, concerne le volet développement et la présentation des travaux des programmes d'urgences. La ministre burkinabè des Finances a annoncé que ces questions seront débattues lors d'une rencontre en début Décembre prochain à Nouakchott. «Globalement, il ressort que le Président Issoufou suivait de très près tout ce qui se passe au niveau de cette organisation », a relevé Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly. « Nous avons observé que le Niger a joué un grand rôle et un leadership très important et nous nous sommes félicités de cela surtout avec tous les problèmes que traversent nos pays », a-t-elle ajouté. Compte tenu de ces menaces terroristes, Mme Rosine Hadiza Sorry Coulibaly a estimé que tous les pays de cet espace doivent fournir des efforts pour la lutte contre le terrorisme. Aussi, elle a lancé un appel à une mobilisation de la communauté internationale pour accompagner nos Chefs d'Etat notamment dans cette lutte injuste imposée à nos pays.
Il faut par ailleurs rappeler que le vendredi 26 octobre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a reçu, en audience une délégation de la Force Conjointe du G5 Sahel, conduite par le Commandant de ladite force, le Général Hanena Ould Sidi. L'entretien s'est déroulé en présence du ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou, du ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari, du Chef d'Etat-major des Armées, le Général de Corps d'armée Ahmed Mohamed, également Président du Conseil de Défense et de Sécurité du G5 Sahel, du Secrétaire Permanent du G5 Sahel, M. Maman Sambo Sidikou. L'opérationnalisation de la force conjointe de G5 Sahel était au centre des discussions.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
30/10/18



audience-PMLe Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Birgi Rafini, a reçu, hier en audience, une équipe du Fonds Monétaire International (FMI), conduite par le Chef de Division Adjoint au Département Afrique de ladite institution, M. Christoph A. Klingen. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi.

Onep
30/10/18


g5Les pays du G5 Sahel continuent de mener des réflexions en vue de mieux sécuriser leur espace commun. La 4èmesession ordinaire du Conseil des ministres du G5 Sahel dont les travaux ont débuté hier, à Niamey est une instance importante dans le fonctionnement de l'organisation. C'est la ministre du Plan, Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du conseil des Ministres du G5 Sahel qui a présidé l'ouverture des travaux en présence de ses homologues du Burkina Faso ; du Mali ; du Tchad et de la Mauritanie ainsi que du commandant de la Force conjointe du G5 Sahel et de plusieurs personnalités civiles et militaires.
Au cours de cette session ordinaire, les membres du Conseil des ministres du G5 Sahel vont examiner et adopter les points inscrits à l'ordre du jour. Il s'agit notamment du rapport d'activité au 30 septembre 2018 du Secrétaire permanent ; l'état de mise en œuvre des recommandations des dernières sessions et de la feuille de route de la présidence du G5 Sahel ; le rapport d'audit sur les états financiers 2017 du G5 Sahel ; le rapport d'exécution du budget au 31 Août 2018 ; l'état d'avancement de la préparation de la conférence de coordination des bailleurs et partenaires du G5 Sahel ; le programme d'urgence du G5 Sahel ; la préparation de la conférence sur les droits de l'homme et le renforcement de la confiance entre les populations et la Force conjointe ; le projet de résolution portant suppression des frais d'itinérance au sein du G5 Sahel ; le projet de décision fixant les missions des comités nationaux de coordination et régissant leurs relations fonctionnelles avec le Secrétariat permanent du G5 Sahel et l'examen du protocole de partenariat entre le G5 Sahel et l'Alliance Sahel.
En ouvrant les travaux de cette 4ème session ordinaire, la ministre du Plan, Mme Kané
Aichatou a précisé que la volonté des Chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel est d'éradiquer l'insécurité dans cet espace commun afin de promouvoir le développement économique et social au sein de cette organisation. En outre, la présente session s'ouvre à un moment charnière. « Dans quelques mois, nous aurons bouclé quatre (4) présidences en exercice qui ont vu le témoin passé de la Mauritanie au Tchad, du Tchad au Mali et du Mali au Niger. Très bientôt, nous passerons le témoin à ma chère collègue du Burkina Faso, Mme Rosine Coulibaly », a relevé Mme Kané Aichatou Boulama, présidente du Conseil des ministres du G5 Sahel. Par ailleurs, la ministre du Plan a souligné que suite au sommet du 6 février 2018, elle a été instruite par le Président en exercice du G5 Sahel, pour poursuivre l'œuvre entamée par leurs prédécesseurs.
Ainsi, le Niger s'est doté dès le lendemain du sommet des Chefs d'Etat d'une feuille de route qu'il a d'ailleurs partagée avec l'ensemble des Etats membres de l'organisation. Cette feuille de route, a dit la ministre Kané est axée sur l'opérationnalisation de la Force conjointe ; le renforcement du partenariat avec les partenaires de coopération ; la préparation de la conférence de coordination des bailleurs de fonds sur le programme d'investissement prioritaire et l'élaboration d'un programme de développement d'urgence en collaboration avec l'Alliance Sahel. Elle est régulièrement mise à jour de concert avec le Secrétariat permanent afin de s'assurer de l'avancement effectif des différents dossiers. Mme Kané devait ensuite annoncer qu'à la réunion du 30 octobre 2018 entre le Conseil des Ministres et l'Alliance Sahel, il sera principalement question de discuter des modalités de coopération avec cette nouvelle structure. Cette rencontre sera aussi mise à profit pour signer un protocole de partenariat entre le Secrétariat permanent du G5 Sahel et l'Alliance Sahel. La présidente du Conseil des ministre du G5 Sahel a en effet attiré l'attention de ses homologues sur le dossier relatif à la préparation de la Conférence de coordination des bailleurs de fonds sur le Programme d'Investissement Prioritaire (PIP 2019-2021) du 6 et 7 décembre 2018 à Nouakchott en Mauritanie dont le succès conditionne largement l'atteinte des objectifs consistant à faire du G 5 Sahel un espace de paix, de stabilité et de prospérité partagée.
Auparavant, le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, M. Mamane Sambo Sidikou a dressé le bilan de l'institution depuis sa nomination. Pendant les dix (10) mois écoulés, la principale priorité concernant la sécurité repose essentiellement sur l'opérationnalisation de la Force Conjointe G5 Sahel. A ce niveau, la session ordinaire du conseil des Ministres du 4 février 2018 avait adopté le manuel de procédure spécifique du fonds fiduciaire pour la Force Conjointe G5 Sahel ainsi que les décisions de création des comités de soutien et de contrôle dudit fonds. La conférence des donateurs organisée à Bruxelles en février 2018 a permis aussi d'enregistrer d'importantes annonces pour le financement de la Force. C'est ainsi qu'au niveau du fonds fiduciaire, participantsdes actions d'appropriation du dispositif ont été entreprises par le Secrétariat permanent.
En outre, des progrès substantiels ont été obtenus dans l'ancrage des autres projets relatifs à la sécurité. Sur le plan du développement, on peut citer le bouclage des études de deux projets phares du G5 Sahel, décidés par les Chefs d'Etat que sont le projet de création de la compagnie aérienne et l'étude diagnostique des
potentialités des produits agricoles, animaliers et halieutiques des Etats membres du G5 Sahel en vue de la préparation d'un projet de promotion des produits nationaux pour renforcer la sécurité alimentaire et l'intégration régionale. Pour le financement du Programme d'Investissement Prioritaire (PIP), le Secrétariat permanent du G5 Sahel est en ordre de marche pour la tenue la Conférence de la coordination des partenaires et des
bailleurs de fonds le 6 et 7 décembre 2018 à Nouakchott. Parallèlement, le programme d'urgence décidé par les Chefs d'Etat est finalisé avec l'appui de l'alliance Sahel et de l'Union Européenne. Au plan diplomatique, le Secrétariat permanent du G5 Sahel a effectué des missions dans toutes les cinq (5) capitales des Etats membres de l'organisation afin de rencontrer les autorités et les autres acteurs majeurs locaux impliqués dans les activités pertinentes et missions.

Hassane Daouda(onep)
30/10/18

Communiqué de décès

Publié dans Société


Mariama-KeitaLe monde de la presse nationale est en deuil. En effet, Madame Mariama Keita, journaliste, doyenne de la presse nigérienne, également ancienne présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), est décédée le lundi 29 Octobre 2018 à Istanbul, en Turquie, des suites d'une longue maladie.
Le Ministre de la Communication présente, au nom du Gouvernement à son nom propre, ses condoléances les plus attristées à la grande famille de la presse ainsi qu'à la famille de l'illustre disparue.
Que son âme repose en paix. Amine !

Onep
30/10/18

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.