Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le philosophe Paulin J. Hountondji :« Je pense que l'une des premières urgences en Afrique, dans les différentes disciplines est de nous autonomiser en regardant en face les problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées aujourd'hui

Agrégé de philosophie, docteur ès lettres, le Professeur Pauli J. Hountondji a enseigné aux universités de Besançon, Kinshasa, et Lubumbashi. Depuis 1972, il enseigne à l'Université d'Abomey-Calavi au Bénin. Il est membre fondateur du Conseil Inter-Africain de Philosophie (CIAP). Suite au changement de régime consécutif à la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990 au Bénin, il a successivement occupé les fonctions de Ministre de l'Éducation Nationale dans le gouvernement de transition (1990-1991), puis Ministre de la Culture et de la Communication (1991-1993). Chargé de mission du Président de la République, il démissionne en octobre 1994 pour reprendre ses enseignements. En 2009, il est Directeur du Centre Africain de Hautes Études dont le siège est à Porto-Novo au Bénin. Paulin J. Hountondji est auteur de nombreuses publications dont, Sur la « philosophie africaine »; « l'appropriation collective du savoir : tâches nouvelles pour une politique scientifique » ; « Les Savoirs endogènes : pistes pour une recherche » ; « Combat pour le sens ; un itinéraire africain » etc. De passage à Niamey où il a participé à au colloque international organisé par l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH), le Professeur a bien voulu se confié au Sahel.
Professeur, vous participer au colloque de Niamey sur les sciences humaines et le défi du développement en Afrique. Et à cette occasion vous rendez un hommage à trois chercheurs nigériens décédés en 2014 et 2015. Peut-on savoir les sentiments qui vous animent?
Je ne les connaissais pas tous, mais parmi eux, il y a un que j'ai particulièrement connu, que j'ai souvent vu, que j'ai souvent rencontré, et que j'ai considéré comme un ami. Je ne savais pas qu'il était mort. C'est en recevant l'annonce de ce colloque que j'ai appris que Diouldé Laya était mort. J'ai aussi très bien connu celui qui lui avait succédé à l'époque, Mangoné Niang, qui était un brillant anthropologue et linguiste sénégalais, et qui est mort il ya deux ans et demi. Je suis heureux de me retrouver une fois de plus au Niger. J'ai déjà eu plusieurs occasions d'y venir.

Le thème de votre colloque, c'est le rapport entre les sciences humaines et le développement ; quel rapport vous établissez entre le développement en Afrique et les sciences humaines ?
Il y a plusieurs volets, plusieurs aspects, et plusieurs niveaux de développement. Disons qu'en ce qui me concerne, je mets beaucoup l'accent sur le développement intellectuel et scientifique, ou plus exactement, je mets l'accent sur l'effort que nous devons faire pour devenir parfaitement autonomes et maîtres de notre savoir et de notre technologie. Je pense que les intellectuels africains, les hommes de science africains, dans toutes les disciplines, y compris dans les sciences humaines et sociales, ne doivent pas se contenter de ressasser ou de rabâcher les thèmes qui font l'actualité chez leurs homologues occidentaux. Je pense que l'une des premières urgences en Afrique, dans les différentes disciplines est de nous autonomiser en regardant en face les problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées aujourd'hui.

Professeur, est-il illusoire de penser qu'en Afrique le développement sera en laissant en marge les sciences humaines et sociales ?
Non, absolument pas ! Je dis que les sciences humaines et sociales sont soumises aux mêmes exigences et aux mêmes nécessités que toutes les autres disciplines. C'est-à-dire qu'il s'agisse des sciences exactes et naturelles, ou des sciences humaines et sociales, la première chose que nous avons à faire est de devenir nous-mêmes. C'est à cette condition que nous pourrons participer efficacement au développement économique, au développement politique, au développement social, et au développement humain en général.

Quelle est donc l'attitude que doivent avoir les décideurs africains par rapport aux sciences humaines et sociales qu'on a tendance à négliger ?
Je crois qu'il ne faut pas en vouloir aux décideurs africains. Il faut les laisser faire, et qu'il appartient aux hommes de sciences africains de s'imposer progressivement par la qualité et la pertinence de leurs travaux. Mais d'un autre côté, les décideurs politiques, doivent être eux-mêmes suffisamment intelligents, et suffisamment conscients des problèmes de leurs sociétés pour interpeller directement ou indirectement les intellectuels et les chercheurs qu'ils ont à leur disposition. Ils doivent poser à leurs intellectuels, à leurs universitaires, à leurs chercheurs les questions qui leur paraissent les plus importantes, les plus décisives, pour améliorer la situation actuelle de leurs sociétés, et de ce fait, ils doivent pouvoir encourager les chercheurs et les soutenir par tous les moyens y compris par des moyens financiers conséquents pour améliorer effectivement la qualité de leurs productions.

Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

Culture

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival…

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival Tamadi'Arts : ''Le festival Tamadi'Arts est un cadre de rencontres et d'échanges entre des artistes professionnels venus des quat

Danseuse chorégraphe d'origine burkinabè, Aminata Sanou est la directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International, qui a initié le Festival Tamadi'Arts qui se tient depuis 2012 à Carvin dans la région Haut de France. Ce festival, qui est un cadre de brassage, vise la promotion de des cultures africaine, afro-brésilienne et afro-contemporaine, de la culture tout court à travers notamment la musique, la danse, le th...

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de …

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de Liboré : De l'engouement aux questionnements

Or ou pas or dans le village de Tanda-Boundou, dans la Commune rurale de Liboré ? C'est la...

jeudi 27 avril 2017

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère…

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère de Tanda-Boundou

Pour se rendre sur le site de fouille d'or du village de Tanda-Boundou, sis entre Malam Ko...

jeudi 27 avril 2017

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

L'air du temps

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Vers la fin de l'année 2014, ils ont déferlé, en bravant les dunes et les tempêtes de sabl...

jeudi 27 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.