Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture Maradi : Plusieurs stratégies à l'origine de la sauvegarde des richesses culturelles

Une vue de la bibliothèque de Maradi Une vue de la bibliothèque de Maradi

La région de Maradi en général, et la ville de Maradi en particulier, regorgent d'importantes potentialités culturelles qui font indéniablement de Maradi une référence nationale en matière culturelle. De par ses richesses culturelles, la région a gardé et continue à conserver certaines valeurs et pratiques qui jadis faisaient sa fierté. Force est de constater que ces valeurs et pratiques ont aujourd'hui tendance à disparaître. Cet abandon, observé ça et là, est lié à la pression de la modernité et de la religion. Aussi, le Ministère de la Culture a adopté diverses politiques et stratégies permettant de sauvegarder les richesses culturelles de toutes les communautés nigériennes, afin de faciliter leur compréhension à la jeunesse qui, jusque-là, ignore certains faits culturels ancestraux. Or, un adage dit que ''l'identité d'un peuple, c'est sa culture ''. Pour dire que chaque société humaine se situe à partir d'une culture bien donnée. C'est cet héritage légué par nos ancêtres qu'il faut valoriser, car il sert de tremplin pour le développement de notre pays. Source d'inspiration par excellence pour la protection et la cohésion sociale, la culture joue un rôle prépondérant dans la stabilité sociale et le développement durable à travers ses diverses composantes. En outre, comme dans toutes les régions du pays, la région de Maradi, à travers la direction régionale de la Culture, des Arts et des Loisirs, s'investit pour sauvegarder les différentes composantes culturelles de la région.


Selon le chef service communal de la culture, des Arts et de Loisirs de la ville de Maradi, M. Koudoua Zakari, conformément à la politique culturelle, le plan stratégique du Ministère de la Culture comprend deux (2) volets qui sont la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel, et l'amélioration des conditions du développement culturel. Concernant la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel, la ville dispose de potentialités culturelles et touristiques importantes. Ainsi, en termes de monuments, on peut citer, entre autres, Guidan Malan Zabeirou qui est connu dans presque toute la région. Mais ce monument ayant été démoli il y a de cela trois (3) ans, le service communal a proposé que soit édifié un monument symbolique permettant de rendre un hommage à l'ancien locataire du lieu qui, aujourd'hui, n'est plus de ce monde. De son vivant, il est important de le rappeler, il faisait de la calligraphie en arabe, bien qu'il ait perdu une partie de ses facultés mentales. Il a fait des choses extraordinaires qui ont attiré d'ailleurs les touristes de passage dans la ville de Niamey, en vue de nourrir leur curiosité.
Un autre monument à conserver aussi est celui de Gao Barké qui se trouve au quartier Maradawa. Et ce ''gao'' est également connu pour ceux qui connaissent l'histoire des Kastinawa. M. Koudoua Zakari a noté que l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH) travaille depuis 2010 pour tenter de sauvegarder l'endroit. Il y a également Guidan Dusti qui servait de case de passage aux colons.
La ville comprend aussi des sites culturels à conserver au nombre desquels le site de Marema. C'est un site sur lequel on produit de la peinture traditionnelle destinée à l'embellissement des maisons et autres produits artisanaux. A côté des richesses culturelles visiblement accessibles au public, il existe d'autres qui sont gardées au niveau des chefferies traditionnelles et chez certains dignitaires. Pour ce qui est du patrimoine immatériel, la ville de Maradi dispose de plusieurs arts. En ce qui concerne l'art du spectacle, on note des fêtes comme celle des bouchers ou '' Hawon Kaho'' organisée chaque veille de fête. Il y a également le ''Maguiro'' qui est une fête à caractère rituel. Elle est organisée par les féticheurs de Soumarana à l'approche de la saison des pluies. La ville de Maradi est aussi connue à travers la danse de ''takaye'' qui est une danse populaire, ainsi que la danse de ''douma''. On peut aussi évoquer l'existence, dans la ville de Maradi, des musiques des différentes couches socioprofessionnelles, notamment celles des coiffeurs, des forgerons, des chasseurs, etc. Maradi a également la musique de ''Iya''.
Sur un tout autre plan, en matière de musique, la ville comprend cinq (5) groupes musicaux qui sont constamment en animation afin de tenir en haleine le public qui s'intéresse à la musique. Ce sont les groupes Carnaval de Maradi ; Etoile de Maradi de Papa Yaro ; et Bori Band International. Pour les groupes néo-traditionnels, on note Maâzou Garba; Ladabi; et Hadin Kay. Quant aux troupes traditionnelles, il y a Moussa Maïtakwano; Sani Maï Konkwo. Par rapport aux groupes de RAP, la Direction Régionale de la Culture a recensé 24, dont deux (2), Cool Master et For My People, sont les plus actifs. La ville a par ailleurs des troupes théâtrales comme Nazari et les Frères Kusu man, celles de Saraounia, Anfani, et de la Radio Jahar Maradi.
La ville n'est pas en marge de film avec Yan Production. Dans le cadre de la conservation culturelle, le service communal a vivement soutenu la délocalisation de la Maison de Jeunes et de la Culture Bawa Dan Wardanga. Cela permettra de mieux coordonner les activités culturelles dans la ville, sachant que l'environnement dans lequel se trouve la Maison de la Culture défavorise le développement de la culture dans la ville. Notons que dans le cadre du Programme Sectoriel de l'Education et de la Formation (PSEF), une Ecole de formation artistique et culturelle a été créée en 2015. La maison de Jeunes et de la Culture comprend également une bibliothèque de lecture publique contribuant à la culture des populations. C'est un cadre de formation qui accueille un nombre important de visiteurs. La bibliothèque dispose d'ouvrages en littérature et dans divers domaines. Il y a à côté de cette bibliothèque l'Espace Américain assurant la formation des jeunes en informatique et en langue anglaise. La bibliothèque du Point d'Interrogation et l'Alliance Française, et sept centres de lecture et d'animation culturelle (CLAC), contribuent à l'épanouissement des lecteurs à travers leurs ouvrages variés.
La région de Maradi a un projet de la création d'un musée régional et d'un éco-musée. Elle a aussi cinq (5) principaux festivals qui sont le festival Unari de Hawandawaki ; Eggo de Akadaré ; Parole de Sable ; le Festival de conte ; le Festival Galgagya de Mayahi (FEGUELMA) ; et le festival de danse et musique traditionnelles du Ministère de la Culture, des Arts et Loisirs. Ajoutons aussi que la région de Maradi dispose d'une délégation du Bureau Nigérien de Droit d'Auteur (BNDA). De par ses atouts culturels, la région a été marquée à travers des figures l'ayant fait connaitre au-delà des frontières. Parmi ces artistes, figure feu Dr Mamane Garba qui a apporté un appui inestimable à la promotion culturelle au Niger ; le ministre Oumarou Hadari qui a écrit beaucoup de chansons qui ont été primées au cours des festivals de la jeunesse et d'autres rencontres culturelles, dont entre autres ''Niger Lalé'', qui est un hymne à la Jeunesse. Son passage dans différentes localités dans le pays a été hautement apprécié par les autorités locales et les populations. Et il continue à mettre ses connaissances à la disponibilité de son pays pour la prospérité et l'émergence culturelle au Niger.
Il y a aussi feu Dan Anko qui a raflé plusieurs prix et distinctions grâce à l'originalité et la qualité de ses œuvres. Saâdou Bori a également a fait preuve de son talent sur l'échiquier national et international, surtout au Nigéria voisin. De même, feu Souley Konkwon a été un des animateurs infatigables du pays. Il a soutenu la promotion de la musique et de la tradition à travers ses célèbres chansons connues par le public.
Ecole de Formation Artistique et Culturelle
L'Ecole de Formation Artistique et Culturelle (EFAC) a ouvert ses portes en 2015. Elle s'inscrit dans le cadre du Programme Sectoriel de l'Education et de la Formation (PSEF) conformément à l'engagement du Président de la République à maintenir les enfants à l'école jusqu'à l'âge de 16 ans, a indiqué Mme Ibrahim Absatou, directrice de l'EFAC de Maradi. L'EFAC, qui est situé dans les locaux de la Maison des Jeunes et de la Culture, compte un effectif de 240 élèves dont plus de 50% de filles. Mme Ibrahim Absatou a précisé que pour cette année, elle a deux (2) niveaux, une classe de 6ème et une classe de 5ème. Pour mieux réussir cette formation, le Ministère de la Culture a mis en place un programme approprié composé de matières enseignées au niveau du collège d'enseignement général, et aussi de matières professionnelles ayant trait aux arts, à la culture et à la technologie comme la musique, les arts dramatiques, la peinture, la teinture batik, l'informatique, l'audiovisuelle, etc.
Par ailleurs, la direction régionale de la Culture a organisé des tests de recrutement d'enseignants contractuels pour assurer la formation des élèves. Le premier test a été organisé l'année passée pour la première promotion d'élèves, et le second test a été organisé cette année. Ils sont au total 12 enseignants à être recrutés à l'issue de ces tests, a confié Mme Ibrahim Absatou.
Laouali Souleymane, envoyé spécial
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.