Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Littérature/Boubou Hama, l'écrivain : L'important héritage laissé par l'homme de culture

boubou-hamaOn a un plaisir toujours renouvelé de parler de certaines grandes figures, en l'occurrence de Boubou Hama, cet homme dont le Niger a célébré le centenaire de la naissance en 2006, et le 34ème anniversaire de sa mort. C'est la toute première fois que notre pays reconnait à un de ses fils, né il y a 100 ans, son apport au pays et au monde. Près de 80 livres sont à son actif, constituant un important héritage laissé à la postériorité.
Véritable écrivain majeur, son œuvre embrasse plusieurs genres, entre autres la philosophie, le conte, la nouvelle et le roman. Plusieurs hommes de cultures ont tenté de cerner l'homme et son œuvre comme Diouldé Laya, Boubé Namaïwa et Jean-Dominique Pénel, dans ''Boubou Hama : Un homme de culture nigérien'' (L'Harmattan, Paris, 2007, 219) ou comme Jérôme Bernussou, docteur en histoire de l'université de Toulouse et auteur de ''Histoire et mémoire au Niger, de l'indépendance à nos jours'' (CNRS, Toulouse-le-Mirail). Mais il n'est pas certain que l'on ait percé tous les aspects forts intéressants de sa vision et de sa vie. D'ailleurs, cela relèverait de l'ambition. Lisez ''Le Double d'hier rencontre demain'', (Paris, Union générale d'éditions, 1973) ou ''Kotia-Nima 1 : rencontre avec l'Europe'' (Paris, Présence africaine, 1968) ou encore ''Hon si suba ben'' (aujourd'hui n'épuise pas demain), (Paris, P.J. Oswald, 1973), et vous comprendrez que l'œuvre de Boubou Hama est inépuisable.
C'est même pourquoi, il nous semble que, pendant longtemps encore, les générations à venir trouveront matière à réfléchir chez l'homme immense et pluriel qui a su s'ériger en grand homme politique de premier plan et en écrivain abondant. De semblables, on ne peut citer, dans une bonne partie de l'Afrique, que Jomo Kenyatta et Senghor. Il fut l'éminence grise de la politique et celle des lettres au Niger, remportant en 1971 le Grand prix littéraire d'Afrique Noire. Son envergure lui a permis d'être membre de plusieurs organisations culturelles mondiales. Il est titulaire, en 1971, du prix Léopold Sédar Senghor pour les meilleurs ouvrages rédigés en langue française par un étranger, et est membre de l'Association des écrivains de langue française. Vice-président du Congrès international des Africanistes, il est par ailleurs membre du Comité scientifique international pour la rédaction de l'histoire générale de l'Afrique sous l'égide de l'Unesco. Il est également le père fondateur de l'Agence de coopération culturelle et technique des pays de langue française qui voit le jour à Niamey en 1970 dans le palais de l'Assemblée Générale Nigérienne dont il est président. Outre ses distinctions françaises, il est grand officier de l'Ordre national du Niger et de la Côte-d'Ivoire et est membre associé étranger de l'Académie des sciences d'outre-mer le 09 novembre 1973. Autres palmes, il est considéré comme le premier instituteur nigérien en 1929
Pourtant, rien ne prédestinait cet enfant à ces honneurs. C'est que, né à Fonéko dans un petit village du département de Téra en 1906, Boubou Hama n'avait aucun destin devant lui. Il aurait juste été choisi pour aller à ''l'école des Blancs'' par le chef de son village de Fonéko qui voulaient que ses propres fils en échappent...
Pour mieux cerner l'homme, il faut l'inscrire dans les caractéristiques d'ensemble des élites autochtones formées à l'aune des institutions coloniales, tout particulièrement l'école William Ponty de Dakar. ''C'est là, dit-on, que son parcours individuel original avait été fortement marqué. C'est là aussi que s'orienteront ses choix ultérieurs en matière de politique éducative et culturelle, tant au niveau de l'IFAN dont il est le directeur dans les années 1950, qu'une fois parvenu au sommet des sphères du pouvoir politique dans le Niger indépendant des années 1960 et du début des années 1970. Aussi, sa rencontre en 1933 à Tillabéry avec un certain docteur Boulnois avec qui il ''connaît le déracinement, géographique et familial d'abord, provoqué par un voyage de plusieurs jours depuis le Niger profond jusqu'à l'île de Gorée, au Sénégal, culturel ensuite, lorsqu'il étudie dans cette école William Ponty destinée à former les cadres intermédiaires de la colonisation, en particulier les instituteurs'', sera déterminant pour la suite de sa carrière d'écrivain. Choix audacieux peut-on dire, car en cette époque d'assimilation culturelle, le système colonial était encore plus brutal et des intellectuels comme Boubou qui prônaient un attachement aux racines risquaient gros. Qu'importe. Il ne se coupera pas de ses racines, bien au contraire, il parvient à géminer les deux mondes, question de limiter les effets de l'acculturation.
Très tôt Boubou Hama, dans les années 1950, a compris les enjeux culturels de la colonisation. Il s'engage dans la préservation du patrimoine culturel africain en général et nigérien en particulier.
On peut situer les débuts de cet engagement par les responsabilités et les activités de recherche qu'il exerce au sein de l'Institut Français d'Afrique Noire (IFAN), tout particulièrement de l'antenne de Niamey, dont on disait qu'il fut ''modeste – très modeste – bâtisse à cette époque, qui allait devenir, sous son impulsion au centre de la capitale nigérienne. D'après plusieurs témoignages, il voulait faire de Niamey cette ville des bords du fleuve Niger, l'un des phares de la culture et de la recherche en sciences sociales nigérienne et africaine.
''Devenu président de l'Assemblée nationale sous le régime de Diori Hamani, il va renforcer ses efforts pour matérialiser son ambition avec une ardeur inégalée. L'antenne de l'IFAN lui servira de strapontin pour mieux concevoir un musée national digne de ce nom (qui sera baptisé de son nom). Inauguré en 1960, le musée de Niamey restera, des décennies durant, l'un des plus beaux musées d'Afrique et du monde. L'une des attractions de ce musée, c'est qu'il associe des spécimens de la flore et de la faune, mais aussi des éléments architecturaux et artisanaux de la culture nigérienne. Il faut noter qu'à cette époque, ces choix muséographiques pour un musée de plein air relevait du rêve. Comme autre héritage, nous avons aussi le CRDTO (Centre Régional de Documentation sur la Tradition Orale) créé en 1968 qui deviendra, en 1974, le CELTHO (Centre d'Etudes Historiques et Linguistiques de la Tradition Orale). Il devait jouer un rôle essentiel dans la collecte et le traitement des traditions orales africaines. ''Il est un projet transnational, fruit d'un accord entre le Gouvernement nigérien et l'UNESCO : Boubou Hama en est le principal artisan. Il s'agit alors de forger les nouveaux matériaux identitaires d'une histoire décolonisée. Pour Boubou Hama et d'autres, le CRDTO devait être l'un des leviers au moyen desquels le Continent africain va affirmer sa place dans les héritages culturels mondiaux.
Arrêté lors du coup d'état de Seyni Kountché, Boubou Hama est placé en résidence surveillée à Agadez puis à Niamey. Kountché l'autorise à poursuivre une partie de son œuvre dans le cadre du CEHLTO... Puis ces institutions culturelles connurent les vicissitudes des crises multiples qui frappèrent durement un pays aux faibles ressources et aux fortes contraintes, de toute sorte...une institution bancaire chinoise a poussé au cœur de ce qui était ce « triangle de la culture », révélant que la politique culturelle instaurée par ces gens de lettre relève du souvenir d'un passé pourtant fort proche. Pourtant, on trouve aujourd'hui à Niamey des institutions de recherche en sciences sociales qui, à mon avis, prolongent sur le terrain scientifique et culturel le projet transnational que Boubou Hama a porté par le biais son action politique et tout au long de son œuvre scientifique, philosophique et littéraire dont l'étude exhaustive reste à faire.
O. ALI(onep)

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.