Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Renaissance culturelle

inoussaLa Révolution, c'est maintenantNous avons tous foi dans la force de notre unité nationale, nous savons tous qu'elle a été le ferment de l'indépendance et de la paix civile et nous sommes tous convaincus qu'elle conditionne plus que jamais l'avenir du Niger. Face à la menace terroriste, elle s'est muée en une « union sacrée ». La première expression de citoyenneté, la plus spontanée, est ainsi devenue une Force incontestable, un atout considérable pour l'avenir de notre pays. Pourtant la voici aujourd'hui convoquée, exhortée, comme si elle était introuvable, brouillée ou abolie par la discorde régnant entre les partis politiques. Voilà bien une illustration du « paradoxe nigérien », sujet que j'ai déjà eu l'occasion de développer dans les colonnes de ce même journal.
Ce paradoxe, à condition de le reconnaître et de l'analyser, a sa vertu : il exige des résolutions par le haut. Dans le cas de l'unité nationale, que chaque nigérien appelle de ses vœux, il apparaît indispensable de lui insuffler une dimension fédératrice qui soit détachée du prisme de la classe politique. Avec la réélection du Président Mahamadou Issoufou nous avons l'opportunité de l'inventer et d'en faire le moteur de notre développement. La Renaissance Culturelle du Niger, leitmotiv de la campagne électorale du Président candidat et emblème du programme de son deuxième mandat, se prête parfaitement à cette/nouvelle vision.
La formule doit prendre le sens d'un symbole de changement suffisamment fort pour servir de catalyseur à la concrétisation de nombreuses potentialités. La Renaissance Culturelle n'adviendra pas par décret : seule la société civile peut donner corps à cette audacieuse vision politique. La balle est d'abord dans notre camp - celui des intellectuels, artistes, professionnels de la culture et de l'éducation- pour soutenir le pari du candidat Président avec nos propres propositions et initiatives.
Cela fie signifie pas que nous excluions une forte impulsion de l'Etat dans cette direction, bien au contraire, mais elle devra se porter sur un plan structurel et ne plus se contenter d'un soutien obligé, ponctuel et aléatoire à telle ou telle initiative, ou manifestation - un « coup» après un autre, un procédé qui revient le plus souvent à déshabiller Paul pour habiller Pierre. Il est évident que la Renaissance Culturelle du Niger ne sera tangible que si nous parvenons à constituer un Fonds pour la culture et la jeunesse, soit un système de financement permanent de grande ampleur pour exploiter nos formidables capacités culturelles. J'ai déjà défendu à plusieurs reprises l'idée de recourir à des ressources extra budgétaires pour mettre en place un mécanisme indépendant de soutien à la production culturelle qui ne grèverait d'aucune façon le budget national. Très précisément j'ai proposé de créer une taxe sur la téléphonie mobile pour financer ce fonds en adoptant un modèle éprouvé, efficace et unanimement appréciés qui est en vigueur dans nombre de pays.
Cette proposition a été présentée à l'Assemblée Nationale il y a déjà quelques mois. Il faudra bien qu'elle trouve son chemin avec le prochain parlementant il est certain que seule une mesure de cette ampleur permettra au Niger de diversifier son économie et de donner de nouvelles perspectives à la jeunesse. Un certain nombre de pays d'Afrique de l'ouest -nos voisins immédiats pour certains -, nous montrent l'exemple de dynamiques culturelles qui deviennent des leviers de développement. Nous en sommes d'autant plus à la hauteur que la diversité de notre patrimoine culturel nous offre des atouts majeurs pour jouer un rôle de premier plan dans le rayonnement de la culture africaine. Le Niger a su ouvrir au cours de son histoire des voies audacieuses dans bien des domaines, il est temps aujourd'hui de transformer l'essai.
L'idée d'un« Plan Marshall » pour la culture et la jeunesse ne signifie pas que l'audace doit attendre. Au contraire, II faut en faire preuve dès maintenant pour relever le pari de la renaissance culturelle avec des symboles forts qui lui impulsent son mouvement et élèvent l'unité nationale à un niveau supérieur d'exigence. Cette nécessité s'impose non seulement à cause de nos inextricables querelles politiques mais aussi et surtout en raison des lourdes menaces pesant sur la paix dans l'ensemble de la région. La renaissance culturelle peut s'appréhender non seulement comme un nouveau moyen de consolider la cohésion réelle de notre démocratie mais aussi comme un projet populaire de « culture de la paix ».
C'est pourquoi je viens de lancer un appel aux plus hautes autorités du pays pour soutenir officiellement une initiative lancée par un collectif d'artistes et d'entrepreneurs culturels qui s'est engagé dans une réhabilitation de la Fête de la concorde nationale, hélas tombée en désuétude. Ce groupe, auquel j'appartiens, est aujourd'hui prêt à réitérer l'expérience tentée en 2015 avec la création du Spectacle de son et lumières « Tshinkaye Hasken tahia» qui concluait la célébration de la Fête nationale de la paix. Nous avions accompagné et enrichi cet événement national avec nos propres forces, sans autre contrepartie que la possibilité d'exprimer les aspirations culturelles de la jeunesse. Aujourd'hui, à quelques semaines de la Fête de la concorde 2016, nous souhaitons que le gouvernement et l'ensemble des partis politiques s'impliquent concrètement dans notre action en s'appropriant les symboles qui y sont attachés.
Notre deuxième spectacle de son et lumières est un hymne à l'unité nationale du Niger qui rend hommage au rôle de ses minorités - arabe, touareg, kanouri, gourmantché, peul et toubou. L'harmonieuse mosaïque des peuples du Niger n'est-elle pas, en effet le plus solide symbole de stabilité et d'ouverture dont notre pays puisse se prévaloir ? N'est-elle pas notre meilleur rempart contre l'obscurantisme des sectes extrémistes ? Les échanges entre nos différentes cultures ancestrales ne constituent-ils pas un modèle à reproduire à plus grande échelle entre toutes les nations de la région ?
En rendant public mon appel j'espère rallier tous ceux qui voient dans la soirée du 02 avril un signal de changement, tous ceux qui voudraient que le dessein d'une Renaissance culturelle du Niger renforce son unité, stimule sa vie démocratique et crée de nouveaux leviers de développement.

Inoussa Ousseini
Ambassadeur du Niger à l'UNESCO
Homme de culture
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.