Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Concours de danse inter-fadas des jeunes du quartier Banga Bana/5ème Arrondissement : Quand la jeunesse fraternise à travers la distraction

DSC08116-danseurLes grandes vacances sont l'occasion pour les jeunes scolaires de s'adonner à diverses activités et manifestations sociales, culturelles ou sportives un peu partout à travers le pays. Si le Tournoi des grandes vacances (TGV) reste la manifestation la plus connue, il n'en demeure pas moins que d'autres activités voient le jour. Ainsi des rencontres en tout genre sont organisées au profit des jeunes ou à leur propre initiative. A Niamey, les quartiers sont très animés du début à la fin des vacances. C'est le cas du quartier Banga Bana dans le 5ème Arrondissement Communal de Niamey où des jeunes regroupés au sein des Fadas, ont organisé un concours de danse inter fadas. A l'image des concours de Break dance qui passent sur certains médias internationaux, les jeunes du 5ème arrondissement ont décidé de l'organiser à leur manière.
Cette initiative des jeunes élèves vacanciers est à sa troisième édition. En effet, le jeudi 11 aout dernier, les jeunes issus de 37 groupes ou fadas ont animé les rues du quartier Banga Bana (vers l'école Tassoukonou) au rythme des musiques urbaines en particulier le très célèbre Couper-décaler en vogue dans la sous région et même au delà. Les populations riveraines du lieu de ce regroupement des jeunes pensaient qu'il s'agit d'une veillée d'un mariage ou d'un baptême. Les jeunes (filles et garçons) et les enfants se sont mobilisés assister spectacle gratuit qui s'offre à eux. De passage dans ce quartier nous nous avons été attiré par l'ambiance. L'un des organisateurs Abdoul Nasser Aleouma dit Wizi nous a expliqué l'objectif et le déroulement de cette initiative soulignant que ce concours de danse est organisé chaque année. « Nous somme à notre 3ème édition alors qu'y a des groupes qui sont à leur 5ème ou 6ème édition » dit-il.
Comment s'organise cette manifestation ? D'après Abdoul Nasser, c'est une initiative des groupes qui vise à permettre aux anciens camarades d'école de se retrouver pendant les vacances pour fraterniser et se faire d'autres amis. « Cette occasion est la seule que nous avons à Harobanda pour notre épanouissement » confie-t-il. Et d'ajouter que chaque groupe s'organise à son sein pour faire des cotisations 100f, 200f par personne et par semaine ou par jour. Quand l'argent est réuni le groupe rentre dans l'organisation. L'organisation est spontanée parce que chaque groupe voulait être le premier à organiser cette activité. D'après M. Ismail Hamidou dit « Debordo », dès que les vacances s'annoncent beaucoup d'entre eux sinon tous, font des activités génératrices de revenu comme l'apprenti mécanicien, apprenti manœuvre, petit commerce pour avoir de quoi s'acquitter de ses cotisations.
L'organisation d'une telle activité ne demande pas beaucoup de moyens. Entre 25000 à 30000 fcfa suffisent pour accueillir le concours, parce que l'objectif c'est la participation. Les prix attribués sont pour l'essentiel constitués de boissons gazeuses, de jus, du thé et du sucre. La seule chose qui coute pour cette activité c'est la location de la sonorisation et la prise en charge du jury. Le concours consiste fondamentalement à exécuter devant un jury une danse chorégraphique qui se fait à tour de rôle pour les éliminatoires. Pour les demies finales les groupes se produisent en face à face devant le jury et le public. Cette année c'est la fada « SNEYPER 612 » de Banga Bana qui est la première à accueillir le concours. 37 groupes ou fadas de kirkissoye et Bang Bana ont pris part à la première nuit du concours. En demie finale chaque groupe choisit le morceau au rythme duquel il va exécuter da chorégraphie, mais en demie final le son est unique pour tous les qualifiés. « Nous nous sommes bien organisés. Il n'y a pas de bagarres entre nous. Certes il y a des incompréhensions mais on les gère à chaque fois qu'ils surviennent. Car notre objectif c'est de faire des amis dans la paix et la fraternité », souligne Ibrahim Touré dit scorpion, membre d'un groupe participant.
La rencontre est l'occasion pour chaque groupe de montrer son style devant ses supporters survoltés et un public enchanté. Un jury composé de trois membres est mis en place pour présider et superviser le concours. D'après Abdou Bachir Alhousseini dit « Richi », président dudit jury, le principal règlement c'est le respect de la chorégraphie mais le public participe aussi à la notation. « Car si tu a bien dansé le public applaudit fort mais si tu danses mal le public te siffle » explique le président du jury. Ce cadre n'a rien à envier au concours de break dance que les jeunes découvrent à travers les médias internationaux. A noter qu'il y a quatre danseurs par groupe. Ce genre d'initiatives mérite d'être soutenu par les bonnes volontés et mêmes les autorités en charge de la culture, car elles contribuent à cultiver l'esprit d'être ensemble, la fraternité, la paix et la solidarité entre les jeunes. Elles peuvent servir aussi de cadres pour faire passer des messages. La représentation de la jeunesse (Conseil national de la jeunesse) doit aussi apporter du sien pour l'amélioration de la qualité de cette initiative. Aussi, les ONG qui font la promotion de la paix et les autorités communales doivent accompagner ses genres initiatives surtout qu'elles émanent des jeunes. Pour l'instant, cette initiative n'est sponsorisée par aucun partenaire. Mais un appui de ce genre serait la bienvenue pour les organisateurs.

Ali Maman(onep)

Culture

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication des compétences locales dans la réalisation sonore des cinéastes nigériens est à déplorer»

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarit…

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarité et de dialogue

Les spectacles artistiques et culturels se poursuivent activement à Ouagadougou, la capitale du Faso, dans le cadre des festivités de la 14ème édition du Festival Scientifique et Culturel des Clubs UNESCO Universitaires de l'Afrique de l'Ouest (FESCUAO) à laquelle participent 450 festivaliers.Les troupes artistiques et culturelles des clubs UNESCO des pays participants se sont produites chacune en théâtre, en danse traditionnelle et mod...

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

« Aux âmes bien nées, la valeur n'atteint point le nombre d'années », dit-on à la jeune artiste plasticienne nigérienne Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné. Du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM/BFK) de Bamako à sa vie professionnelle, Mlle Akiné qui est âgée de 23 ans a déjà, à son actif, plus de 2500 œuvres dans sa carrière d'artiste plasticienne. On peut dire sans se tromper que tout, prédisposait...

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.