Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Film : «La colère dans le vent»/ Un documentaire de Amina Weira : Espérance et déception sur l'exploitation de l'uranium à Arlit

Cinma--La-colre-dans-le-ventL'exploitation minière : Un sujet de prédilection pour des ONG, associations, altermondialistes ou spécialistes qui ne ratent pas les occasions pour dénoncer les pratiques des firmes ou des gouvernements dans le domaine. Mais cette fois-ci, c'est la fille d'un ancien ouvrier qui a passé 35 ans de sa vie dans les mines d'exploitation de l'uranium d'Arlit, qui s'est emparée du sujet pour en faire un documentaire. Munie du quitus du Centre National de la Cinématographie du Niger, et de la préfecture d'Arlit, Amina Weira est partie dans sa ville natale à la rencontre de ses parents, d'autres anciens ouvriers, des femmes et jeunes. Des histoires, des angoisses, des regrets, de ces hommes et femmes, est née «La colère dans le vent», un documentaire de 54 mn dont la première projection au Niger a eu lieu le 6 Aout dernier à Niamey.
«À notre arrivée on ne savait pas que l'uranium contenait de la radioactivité dont les effets se répercuteraient jusque sur nos enfants. On a commencé à travailler dans ces conditions sans connaitre les risques, et quand on a appris, on ne pouvait plus faire marche arrière», semble regretter Mahamane Weira, dans la conversation qu'il tient avec sa fille, au début du film. Le ton est ainsi donné pour « La colère dans le vent », qui commence sur des images de lever de soleil sur de vastes plaines désertes au sous sol riche du minerai dont la découverte a conduit à l'ouverture des mines et la création de la ville d'Arlit. En effet, comme on l'apprendra dans le film, avec un vieux touareg autochtone de la zone, Arlit doit sa création au développement de l'activité minière. « Quand le blanc était venu, il a vu une montagne et m'a demandé son nom. Je lui ai dit qu'elle s'appelait Arghli, et le blanc a écrit Arlit », d'où le nom de la ville, rappelle le vieux touareg.
Mais bien plus qu'un point d'histoire, le documentaire expose crûment une situation, telle que la vivent les populations concernées. Cri de cœur, ou « Colère dans le Vent », ainsi que l'a titré l'auteur, le documentaire a des allures d'un constat réquisitoire. Le synopsis en donne une idée précise : «Dans ma ville d'origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l'uranium depuis 1976(...). La radioactivité ne se voit pas et la population n'est pas informée des risques qu'elle encourt. Cette exploitation a complètement désorganisé la vie de la population. Une partie de l'année, des violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées. Mon père, travailleur de la mine d'uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il va dépoussiérer ses souvenirs ; les 35 années de son passage à la mine. Grâce à mon père, je vais à la rencontre d'autres anciens travailleurs qui ont certainement leur mot à dire ». Mieux, Amina Weira justifie ainsi la réalisation du film : « Une des mes motivations est la prise de conscience de la jeune génération face à l'exploitation minière dans ma ville natale. En tant que cinéaste c'est un devoir pour moi d'apporter ma pierre à l'édifice ».

Libérer la parole, dénoncer des pratiques pour plus de changement

Des témoignages, des récits émouvants s'enchainent tout le long du film. Les différents personnages pensent aujourd'hui que l'exploitation de l'uranium leur cause plus de soucis que de bien. Les anciens ouvriers des mines d'uranium égrènent leurs souvenirs, parlant des risques qu'ils ont pris, de leurs problèmes de santé. Certains pensent que la vérité leur a été cachée par l'employeur, et dans l'ignorance ils ont pris les risques qui sont à l'origine des maladies, qui leur sont cachées aussi lors des visites médicales. Dans une autre séquence du film, des femmes regroupées autour d'une borne fontaine vont jusqu'à se poser des questions et à s'inquiéter au sujet de la qualité de l'eau de consommation. « Mais c'est ici chez nous, c'est ici que se trouve notre vie, on ne peut plus vivre ailleurs », affirme l'une d'elles, presque résignée. Le documentaire interpelle aussi sur le danger auquel sont exposés les habitants de la ville du fait de certains matériaux ou résidus venant des mines. Des tonneaux, certains matériaux servant dans la construction des maisons viennent des mines, et seraient contaminés pas la radiation.
Presque tous les protagonistes du film se plaignent, parlent d'une vie, d'un sort qui aurait pu être meilleur. Chacun va de son commentaire, soutenant que la radiation est partout, les hommes, les animaux, le maigre couvert végétal, personnes ou aucune vie n'est épargnée. D'autres dénoncent l'état dans lequel se trouve la ville dont les voies d'accès sont maintenant fortement dégradées.
Toutefois quelques commodités sont assurées aux agents et ouvriers des mines, notamment des logements, dotés d'eau et d'électricité, les soins gratuitement, des lieux de loisirs... Ce qui permet d'atténuer un peu le rythme d'une vie réglée par les rotations sur les différents postes de travail dans les mines. Des commodités ou des privilèges que n'a pas toute la population de la ville, attirée souvent par l'espoir d'un meilleur lendemain dans cette ville présentée comme un « eldorado », ou « Petit Paris », par les échos qui y parvenaient. Ce qui est aujourd'hui loin d'être le meilleur endroit du Niger, selon les personnages du documentaire.
« Aujourd'hui, tout le monde est au courant du drame d'Arlit, mais ne pensez vous pas que cette situation est imputable au silence » demande la réalisatrice à son père, vers la fin du film. « La faute pourrait être imputée aux responsables, et à l'Etat, qui auraient pu parler et qui ne l'ont pas fait. Les pauvres ouvriers ignorent tout et leur parole n'aurait pas pesé. Mais avec la démocratie, la parole s'est libérée, les mauvaises pratiques sont dénoncées, et des droits et libertés concédées au ouvriers. Il y a un début de changement », explique Mahamane Weira. Libérer la parole, dénoncer des pratiques, c'est ce que l'auteur du documentaire a voulu faire, en choisissant de ne donner la parole qu'aux seules populations qui vivent le problème lié à l'exploitation minière. Cependant estime Amina Weira, la situation d'Arlit est loin d'être satisfaisante. «Ça me fait mal aujourd'hui de voir la ville d'Arlit, dans cet état, malgré ces deux mines. Tout ce que je vois et j'entends, me décourage et me désole. Il est temps que ça change ». Mais, comme le film, donne à comprendre, il n'y a que des paroles sans effets, de « la colère dans le vent », qui disparait comme dans cette tempête qui marque la fin du film.

Souley Moutari (onep)
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est p…

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est prévu, en exclusivité, lors du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou, en Côte d'Ivoire, en octobre 2017 »

Boubé Hama est né à Arlit en 1980, ville située dans la région d'Agadez au Niger. Après avoir été scolarisé dans les écoles primaires et secondaires d'Arlit, il poursuit ses études à Niamey et obtient un baccalauréat littéraire en 2001. Il obtient également une maîtrise en Gestion des Entreprises, option Management, en 2006, à Ahmadu Bello University (ABU) au Nigeria. Il est en outre détenteur d'un BTS Informatique (progiciels) et a été...

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

« Je déclame, tu m'acclames » : tel est le nom donné aux sessions de Slam qu'accueille depuis février dernier la scène du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN-Jean Rouch) de Niamey chaque 1er jeudi du mois. Fait de déclamation de textes poétiques sur scène, le Slam qui est un mouvement artistique, culturel et social né à Chicago aux Etats-Unis à la fin des années 80, a gagné les scènes de Niamey, comme d'autres villes, où son audience ...

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Le Ramadan 2017 a débuté depuis le 27 mai, ouvrant une période de jeûne d'un mois au cours de laquelle les obligations que doit respecter le fidèle ne sont pas toujours celles que l'on croit. Le ramadan, tradition religieuse tirée du Coran, souffre de nombreuses idées reçues, notamment sur les véritables interdits à respecter lors de ce jeûne. Une chose est sûre toutefois : les musulmans doivent respecter trois interdits majeurs pendant...

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

« Je suis né dans la mode ; mon père était un grand tailleur à Zinder ; ma mère et tous les autres membres de ma famille étaient couturiers et tailleurs aussi », affirme tout de go Ousmane Sambo Hamidou, un styliste né le 8 juin 1972 à Zinder et aujourd'hui père de deux enfants.L'environnement familial aidant, c'est à tout juste neuf (9) ans qu'Ousmane Sambo Hamidou commença à coudre. Sa scolarité allait en pâtir car il arrêta ses étude...

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le pub…

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le public jeune

Les sociétés africaines disposent d'un patrimoine culturel riche et varié, qui peut servir de source d'inspiration pour les artistes. Pour faire revivre les anciens temps à la nouvelle génération, la 10ème édition du Festival ''Emergences- Art et Racines a, programmé dans le cadre de ses activités, le conte parmi les spectacles qui ont eu lieu dans les centres des jeunes de Niamey. Le 25 mai dernier, la conteuse Rahina Ballarabé que con...

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûte…

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûtent leur plume en prélude à la grande finale de Cotonou en août prochain

L'ONG Aide Sociale et Réinsertion des Oubliés (ASRO), en collaboration avec le ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, a organisé samedi dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Djado Sékou de Niamey, la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or. Cette compétition est organisée en prélude de sa 2ème édition au plan Africain qui se tiendra à ...

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les pa…

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les participants se félicitent du bon déroulement de l'édition

La compagnie théâtrale Arène Théâtre a organisé du 24 au 27 mai 2017, la 10ème édition du festival Emergence Arts et Racine à Niamey. Plusieurs pays, notamment le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso ont pris activement part à cette rencontre artistique annuelle de Niamey. Les festivités ont pris fin le samedi 27 mai 2017 dans la soirée au Centre des jeunes de Karadjé (village du festival) en présen...

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Ces dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la r...

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentai…

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentaire qui met en exergue la problématique de l'indépendance énergétique

Vendredi dernier, c'est une salle archicomble du Palais des Congrès qui a accueilli le vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du Professeur Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou. Personnalités du pays, parents, amis et connaissances de Feu Professeur Abdou Moumouni ont pris d'assaut la grande salle du Palais des congrès pour visionner ce film qui célèbre l'illustre scientifique, un grand homme aux valeurs universel...

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.