Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Awa, la consécration !

Awa -2Harouna Coulibaly a des comptes à régler avec le cinéma. A la fiscalité, ce fonctionnaire des impôts, très pieux, a donné le meilleur de lui-même. A la littérature aussi et cela fait beaucoup. La cinquantaine approchant, ayant abandonné la fiscalité pour la caméra, et roulé sa bosse un peu partout, en Afrique de l'ouest, de Niamey à Bamako, en passant par Dakar, Abidjan, Ouagadougou, Lomé, Cotonou, Fez et Conakry, il se bat contre la caméra, longtemps rebelle à son talent. Quatre films (deux fictions et deux documentaires), le poussent à continuer. Il revient donc fidèle à ce qu'il est : entêté, engagé, modeste, ambitieux et un éternel paria à la fois révolutionnaire, fragile et insaisissable. Riche d'un scénario cette fois-ci à la mesure de sa rage d'en découdre avec une société cruelle et injuste pour les plus faibles ou les plus pauvres, tous ses écrits et films véhiculent des messages de combat contre l'injustice.

Tout le monde sort du lot : Awa (Zabbaou Modiely
Mohamed), la sublime nigérienne, docteur en pharmacie de son état, et qui fait ses premières armes dans le monde du septième art. Autour d'elle, tous les comédiens jouent les scènes avec une telle conviction qu'on de la peine à imaginer que plus de la moitié sont des amateurs. Kitary (Bakary Doucouré du Mali), jeune amoureux éconduit ; Katakoré (Jean Jacques Yem du Cameroun), indécrottable Don Juan et détrousseur de jeunes pucelles naïves ; Habib Dembélé (Guimba) du Mali, le grandiose avocat aux effets de manches et qui joue la scène du jugement plus vraie que nature ; le grandiloquent Magma Gabriel
Konaté dans la toge du président du tribunal ; Aminata Diombana Fofana, la professeur désabusée sur un monde pervertie ou seules triomphent sexe, mensonges et corruptions ; Djouma, la femme de
Katakoré, de la Côte d'Ivoire. Allez, la coupe est pleine, fermez le ban !
Plus de quinze ans ont passé depuis que Harouna Coulibaly a découvert la magie des images et du son. Quinze années de gestation difficile, ponctuées de déboires et de fausses couches, avant qu'il ne parvienne à boucler le budget de Awa, grâce à un concours de la représentation de la Banque Mondiale au Mali et du gouvernement malien qui prenait son patronyme pour un de ses dignes ressortissants – et, à vrai dire, le coup de pouce de l'ancien président, le Pr Alpha Oumar Konaré, décidé à financer le film retenu suite à un concours de scénario.

Ajoutons un mois de tournage, un autre de montage et une longue pénitence propre à alimenter les rumeurs et les élucubrations les plus farfelues. Bref, tout est réuni pour que, dans le désert cinématographique nigérien où les jeunes cinéastes manquent de référence, Awa soit marqué d'une pierre blanche !

Attention, les rideaux se lèvent sur ce monument d'intelligence et de beauté ! Une peinture aigre-douce de la société nigérienne autour des maux de l'école. C'est sa façon à lui de parler avec douceur des choses violentes. Pour donner vie à sa libre vision de justicier social et de panafricaniste convaincu, le cinéaste a réuni une pléiade de comédiens africains à la mesure de ses ambitions pour le Continent noir, et dont certains sont d'illustres inconnus. Et ils ont gagné le pari. Comment fendre le cœur de pierre d'une société qui a délibérément décidé de faire l'autruche, sans choquer, sur des sujets d'actualité et d'acuité comme la scolarisation des filles, le détournement des mineurs, l'avortement clandestin, la corruption en milieu scolaire, la maladie du sida et j'en passe !

Sur le sujet, et à force de trop embrasser, on se dit qu'Awa a toutes les chances de mal étreindre. Par la sobriété des images et le talent des acteurs, le natif de Magaria, à l'est de Zinder – que rien ne prédisposait aux chiffres, encore moins à l'image – tient les spectateurs sous le charme de son récit dans un dosage parfait d'émotions, de passions et d'humanisme sincères.

Reprenons. Pour avoir décroché leur BEPC, Awa, une jeune et jolie fille unique de son père, de surcroît imam de son bled, et son cousin transi d'amour pour elle, vont devoir quitter leur trou perdu abonné aux corvées et aux privations, pour les myriades et les mirages de la ville. Les voilà catapultés sur la toile de ce monstre froid, dont les mailles d'acier broient tous les gogos qui s'y aventurent en quête d'une vie meilleure. Awa, victime de sa beauté et de sa naïveté, a vite fait de l'apprendre à ses dépens. Cela, on le pressent, dès les premières images du film.

Entre traditions, modernité et perversions, Harouna Coulibaly dévide la trame de son histoire sans jamais rompre le fil. On sort de cette épreuve émouvante, le cœur à l'aise. Harouna Coulibaly fait du cinéma et personne n'est volé. Mais Awa n'est qu'une des pièces sur l'échiquier qu'il s'est construit, patiemment, année après année, case après case. Un échiquier à l'échelle continentale.
Il en sort une magistrale leçon de sociologie, débarrassée des afféteries de ceux qui pensent qu'il suffit de courir les festivals pour être consacré cinéaste. On reconnaît le talent, la reconnaissance, la générosité et l'humilité de celui qui ayant tout reçu de la République s'estime en devoir de partager ce qu'il a de mieux.

Tous sont formidables dans ce film où tout le monde, gouvernants, parents, éducateurs, leaders et élèves sont en permanence interpellés.
Awa peut-il faire mouche sur un sujet où tous semblent avoir baissé les bras ? Là est la question. La seule, mais d'importance, qui se pose au terme des trois premiers épisodes de trente minutes chacun, de cette série qui marque une étape importante dans la carrière de Harouna Coulibaly au cinéma. Et dans sa quête de la perfection, de la justice sociale et d'un peu plus d'humanisme tout court. Au fait, à quand la suite qui verra Awa, après moult péripéties, gravir les plus hautes marches de son pays, pour accéder à la magistrature suprême des Etats-Unis d'Afrique ? La question vaut aussi pour tous ceux qui pourraient aider à la concrétisation de ce rêve. Awa, la consécration !
Ibbo Daddy Abdoulaye
Journaliste, communicateur
LE FISC N°003 - JUIN 2016
Revue d'informations de la DGI
www.lesahel.org

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.