Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Awa, la consécration !

Awa -2Harouna Coulibaly a des comptes à régler avec le cinéma. A la fiscalité, ce fonctionnaire des impôts, très pieux, a donné le meilleur de lui-même. A la littérature aussi et cela fait beaucoup. La cinquantaine approchant, ayant abandonné la fiscalité pour la caméra, et roulé sa bosse un peu partout, en Afrique de l'ouest, de Niamey à Bamako, en passant par Dakar, Abidjan, Ouagadougou, Lomé, Cotonou, Fez et Conakry, il se bat contre la caméra, longtemps rebelle à son talent. Quatre films (deux fictions et deux documentaires), le poussent à continuer. Il revient donc fidèle à ce qu'il est : entêté, engagé, modeste, ambitieux et un éternel paria à la fois révolutionnaire, fragile et insaisissable. Riche d'un scénario cette fois-ci à la mesure de sa rage d'en découdre avec une société cruelle et injuste pour les plus faibles ou les plus pauvres, tous ses écrits et films véhiculent des messages de combat contre l'injustice.

Tout le monde sort du lot : Awa (Zabbaou Modiely
Mohamed), la sublime nigérienne, docteur en pharmacie de son état, et qui fait ses premières armes dans le monde du septième art. Autour d'elle, tous les comédiens jouent les scènes avec une telle conviction qu'on de la peine à imaginer que plus de la moitié sont des amateurs. Kitary (Bakary Doucouré du Mali), jeune amoureux éconduit ; Katakoré (Jean Jacques Yem du Cameroun), indécrottable Don Juan et détrousseur de jeunes pucelles naïves ; Habib Dembélé (Guimba) du Mali, le grandiose avocat aux effets de manches et qui joue la scène du jugement plus vraie que nature ; le grandiloquent Magma Gabriel
Konaté dans la toge du président du tribunal ; Aminata Diombana Fofana, la professeur désabusée sur un monde pervertie ou seules triomphent sexe, mensonges et corruptions ; Djouma, la femme de
Katakoré, de la Côte d'Ivoire. Allez, la coupe est pleine, fermez le ban !
Plus de quinze ans ont passé depuis que Harouna Coulibaly a découvert la magie des images et du son. Quinze années de gestation difficile, ponctuées de déboires et de fausses couches, avant qu'il ne parvienne à boucler le budget de Awa, grâce à un concours de la représentation de la Banque Mondiale au Mali et du gouvernement malien qui prenait son patronyme pour un de ses dignes ressortissants – et, à vrai dire, le coup de pouce de l'ancien président, le Pr Alpha Oumar Konaré, décidé à financer le film retenu suite à un concours de scénario.

Ajoutons un mois de tournage, un autre de montage et une longue pénitence propre à alimenter les rumeurs et les élucubrations les plus farfelues. Bref, tout est réuni pour que, dans le désert cinématographique nigérien où les jeunes cinéastes manquent de référence, Awa soit marqué d'une pierre blanche !

Attention, les rideaux se lèvent sur ce monument d'intelligence et de beauté ! Une peinture aigre-douce de la société nigérienne autour des maux de l'école. C'est sa façon à lui de parler avec douceur des choses violentes. Pour donner vie à sa libre vision de justicier social et de panafricaniste convaincu, le cinéaste a réuni une pléiade de comédiens africains à la mesure de ses ambitions pour le Continent noir, et dont certains sont d'illustres inconnus. Et ils ont gagné le pari. Comment fendre le cœur de pierre d'une société qui a délibérément décidé de faire l'autruche, sans choquer, sur des sujets d'actualité et d'acuité comme la scolarisation des filles, le détournement des mineurs, l'avortement clandestin, la corruption en milieu scolaire, la maladie du sida et j'en passe !

Sur le sujet, et à force de trop embrasser, on se dit qu'Awa a toutes les chances de mal étreindre. Par la sobriété des images et le talent des acteurs, le natif de Magaria, à l'est de Zinder – que rien ne prédisposait aux chiffres, encore moins à l'image – tient les spectateurs sous le charme de son récit dans un dosage parfait d'émotions, de passions et d'humanisme sincères.

Reprenons. Pour avoir décroché leur BEPC, Awa, une jeune et jolie fille unique de son père, de surcroît imam de son bled, et son cousin transi d'amour pour elle, vont devoir quitter leur trou perdu abonné aux corvées et aux privations, pour les myriades et les mirages de la ville. Les voilà catapultés sur la toile de ce monstre froid, dont les mailles d'acier broient tous les gogos qui s'y aventurent en quête d'une vie meilleure. Awa, victime de sa beauté et de sa naïveté, a vite fait de l'apprendre à ses dépens. Cela, on le pressent, dès les premières images du film.

Entre traditions, modernité et perversions, Harouna Coulibaly dévide la trame de son histoire sans jamais rompre le fil. On sort de cette épreuve émouvante, le cœur à l'aise. Harouna Coulibaly fait du cinéma et personne n'est volé. Mais Awa n'est qu'une des pièces sur l'échiquier qu'il s'est construit, patiemment, année après année, case après case. Un échiquier à l'échelle continentale.
Il en sort une magistrale leçon de sociologie, débarrassée des afféteries de ceux qui pensent qu'il suffit de courir les festivals pour être consacré cinéaste. On reconnaît le talent, la reconnaissance, la générosité et l'humilité de celui qui ayant tout reçu de la République s'estime en devoir de partager ce qu'il a de mieux.

Tous sont formidables dans ce film où tout le monde, gouvernants, parents, éducateurs, leaders et élèves sont en permanence interpellés.
Awa peut-il faire mouche sur un sujet où tous semblent avoir baissé les bras ? Là est la question. La seule, mais d'importance, qui se pose au terme des trois premiers épisodes de trente minutes chacun, de cette série qui marque une étape importante dans la carrière de Harouna Coulibaly au cinéma. Et dans sa quête de la perfection, de la justice sociale et d'un peu plus d'humanisme tout court. Au fait, à quand la suite qui verra Awa, après moult péripéties, gravir les plus hautes marches de son pays, pour accéder à la magistrature suprême des Etats-Unis d'Afrique ? La question vaut aussi pour tous ceux qui pourraient aider à la concrétisation de ce rêve. Awa, la consécration !
Ibbo Daddy Abdoulaye
Journaliste, communicateur
LE FISC N°003 - JUIN 2016
Revue d'informations de la DGI
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est p…

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est prévu, en exclusivité, lors du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou, en Côte d'Ivoire, en octobre 2017 »

Boubé Hama est né à Arlit en 1980, ville située dans la région d'Agadez au Niger. Après avoir été scolarisé dans les écoles primaires et secondaires d'Arlit, il poursuit ses études à Niamey et obtient un baccalauréat littéraire en 2001. Il obtient également une maîtrise en Gestion des Entreprises, option Management, en 2006, à Ahmadu Bello University (ABU) au Nigeria. Il est en outre détenteur d'un BTS Informatique (progiciels) et a été...

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

« Je déclame, tu m'acclames » : tel est le nom donné aux sessions de Slam qu'accueille depuis février dernier la scène du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN-Jean Rouch) de Niamey chaque 1er jeudi du mois. Fait de déclamation de textes poétiques sur scène, le Slam qui est un mouvement artistique, culturel et social né à Chicago aux Etats-Unis à la fin des années 80, a gagné les scènes de Niamey, comme d'autres villes, où son audience ...

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Le Ramadan 2017 a débuté depuis le 27 mai, ouvrant une période de jeûne d'un mois au cours de laquelle les obligations que doit respecter le fidèle ne sont pas toujours celles que l'on croit. Le ramadan, tradition religieuse tirée du Coran, souffre de nombreuses idées reçues, notamment sur les véritables interdits à respecter lors de ce jeûne. Une chose est sûre toutefois : les musulmans doivent respecter trois interdits majeurs pendant...

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

« Je suis né dans la mode ; mon père était un grand tailleur à Zinder ; ma mère et tous les autres membres de ma famille étaient couturiers et tailleurs aussi », affirme tout de go Ousmane Sambo Hamidou, un styliste né le 8 juin 1972 à Zinder et aujourd'hui père de deux enfants.L'environnement familial aidant, c'est à tout juste neuf (9) ans qu'Ousmane Sambo Hamidou commença à coudre. Sa scolarité allait en pâtir car il arrêta ses étude...

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le pub…

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le public jeune

Les sociétés africaines disposent d'un patrimoine culturel riche et varié, qui peut servir de source d'inspiration pour les artistes. Pour faire revivre les anciens temps à la nouvelle génération, la 10ème édition du Festival ''Emergences- Art et Racines a, programmé dans le cadre de ses activités, le conte parmi les spectacles qui ont eu lieu dans les centres des jeunes de Niamey. Le 25 mai dernier, la conteuse Rahina Ballarabé que con...

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûte…

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûtent leur plume en prélude à la grande finale de Cotonou en août prochain

L'ONG Aide Sociale et Réinsertion des Oubliés (ASRO), en collaboration avec le ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, a organisé samedi dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Djado Sékou de Niamey, la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or. Cette compétition est organisée en prélude de sa 2ème édition au plan Africain qui se tiendra à ...

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les pa…

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les participants se félicitent du bon déroulement de l'édition

La compagnie théâtrale Arène Théâtre a organisé du 24 au 27 mai 2017, la 10ème édition du festival Emergence Arts et Racine à Niamey. Plusieurs pays, notamment le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso ont pris activement part à cette rencontre artistique annuelle de Niamey. Les festivités ont pris fin le samedi 27 mai 2017 dans la soirée au Centre des jeunes de Karadjé (village du festival) en présen...

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Ces dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la r...

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentai…

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentaire qui met en exergue la problématique de l'indépendance énergétique

Vendredi dernier, c'est une salle archicomble du Palais des Congrès qui a accueilli le vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du Professeur Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou. Personnalités du pays, parents, amis et connaissances de Feu Professeur Abdou Moumouni ont pris d'assaut la grande salle du Palais des congrès pour visionner ce film qui célèbre l'illustre scientifique, un grand homme aux valeurs universel...

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.