Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma nigérien : Oumarou Ganda, cet immortel


Oumarou--1Frappé par un malaise cardiaque Oumarou Ganda meurt brutalement le 1er janvier 1981 alors que la veille, il travaillait sur le scénario d'un documentaire. Le monde apprend alors avec une vive émotion la disparition de celui qu'on considère au-delà du Niger comme l'un des plus grands cinéastes du Continent africain.
Au Niger, outre la douleur ressentie, le milieu cinématographique s'interroge sur l'avenir du 7ème art dans notre pays qui, du vivant de l'illustre disparu, occupait le 2ème rang en Afrique de l'Ouest après le Sénégal. Normal dans ces conditions d'être inquiet, voire d'épouser la thèse des pessimistes qui y vont de leurs commentaires, prophétisant la décadence du cinéma dans notre pays. Même si le mot décadence évoqué par ces oiseaux de mauvais augure est excessif, il n'en demeure pas moins qu'aujourd'hui, 35 ans après Oumarou Ganda, le cinéma nigérien bat de l'aile pour ne pas dire pire que cela. Absent des grandes rencontres cinématographiques du Continent d'où il figurait en vedette, notamment du festival de Carthage en Tunisie ou, plus grave encore, du Festival du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) dont le 3ème prix est intitulé ''Prix Oumarou Ganda'', le cinéma nigérien mettra encore du temps à se relever si l'on ne pare pas au plus pressé. De là à ignorer les nombreux succès remportés par Moustapha Alassane, Mustapha Diop et Djingarey Maïga, il n'est pas question. Ils ont certes réalisé des grands films, mais tout le monde s'accorde à dire que la dynamique du cinéma nigérien impulsée par Oumarou Ganda a baissé d'un ton.
De taille très moyenne, qualifié de franc et d'honnête, de direct et de simple mais d'exigeant d'après ceux qui l'ont connu, Oumarou Ganda est l'archétype des enfants des quartiers pauvres de Niamey où il naquit en1935. ''Déscolarisé dès le primaire'' pour certains, ''il n'a jamais mis pied à l'école'' selon d'autres, le jeune Ganda n'a pratiquement rien de significatif devant lui. Ainsi naissent souvent les grands hommes que la providence se charge de combler. D'ailleurs, elle ne tardera pas à se manifester. En 1951, alors qu'il n'avait que 16 ans, il est engagé dans le corps expéditionnaire français en Indochine. De retour au Niger en 1955, il devient enquêteur-statisticien durant un an. Insatiable, il claque la porte et ''s'exile'', à Abidjan (Côte-d'Ivoire) devenu après le Ghana le nouvel Eldorado des migrants issus du Soudan français. Là, il s'exerce dans le métier de docker, exactement comme le Sénégalais Sembène Ousmane en France. Qu'y a-t-il de secret dans le métier de docker pour que deux cinéastes parmi les grands du Continent sortent de ses rangs. Autodidactes tous les deux, ils vont explorer les contours du cinéma africain sous la colonisation et s'imposer.

Mais c'est sa rencontre fortuite avec Jean Rouch qui va être déterminante puisqu'il lui confie un rôle dans le film ''Moi un Noir'' dans lequel il interprétera le rôle d'un ancien militaire d'Indochine, fonction qu'il a occupée de 1951 à 1955 dans le corps expéditionnaire français dès l'âge de 16 ans. C'est le déclic. C'est la naissance d'une passion pour le 7ème art qui durera toute sa vie.
Malgré sa vie insouciante à Abidjan, il se sent à l'étroit. En vérité, il avait le mal du pays. De retour au Niger, il fréquenta le Centre Culturel Franco Nigérien, la seule référence du pays dans le domaine des manifestations culturelles dans la capitale. Grâce à ses talents d'assistant-réalisateur acquis en Côte d'Ivoire, il intègre le groupe Culture & Cinéma, fondé à Niamey. En 1968, il tourne son premier scénario ''Cabascabo'' grâce à une bourse de la coopération. La même année, il s'envole pour Paris afin de procéder au montage de son film. Il se trouve coincé dans la capitale française suite aux évènements insurrectionnels de soixante-huitards. Le film retrace en vérité son propre vécu sur le champ de bataille en Indochine. C'est au demeurant l'histoire d'un jeune soldat vétéran de la guerre qui débarque dans son pays. Il croyait que cela lui ouvrirait les portes de l'emploi. Désillusion ! Du travail il n'en trouva point.
Sélectionné au festival de Cannes pour la semaine de la critique internationale, il obtint le Prix spécial du jury au festival de Moscou, puis à Malaga en Espagne où il obtint le prix de la critique internationale et celui de la Fédération espagnole des cinés clubs à Carthage, une mention. C'est le début d'une brillante carrière. Expérimenté dans le domaine, il s'émancipe en réalisant presque coup sur coup ''Wazzou polygame'' en 1970 et ''Saitane'' en 1972. Le premier est une critique des travers de la société nigérienne axée sur les mariages polygames en vogue à Niamey; quant au second, il met en exergue la puissance de l'argent, l'adultère d'un marabout véreux, incarnés par des acteurs de talents tels Zalika Souley, Amadou Saley et Oumarou Ganda. Notons que très souvent, ce réalisateur joue aussi des rôles dans ses films. Le dernier film de Ganda est ''L'Exilé'' sorti en 1980. C'est un film majeur qui s'inspire du conte africain dans son déroulement narratif. Pour les critiques, Oumarou Ganda introduit de ce fait une technique cinématographique jusque-là inexplorée.
Malgré le temps fou que requièrent les tournages, il s'est permis de varier ses goûts. Ainsi, après la réalisation des longs métrages, il s'est intéressé aux films documentaires et a réussi le tour de force de tourner ''Cock Cock Cock'' en 1977. C'est un hommage aux talents de ce grand chanteur, Seybou Ayorou, que nous connaissons tous sous le pseudonyme de ''Cokcokcok''. Parmi les documentaires, figurent aussi ''Batatu'' en 1976 et ''Le Niger au festival de Carthage'' en 1980. Ce dernier est un reportage télé montrant la participation des Nigériens aux événements cinématographiques d'envergure internationale.

Près de cinq films longs et moyens métrages pour autant de documentaires, voilà l''héritage laissé par ce grand cinéaste arraché à notre affection à l'âge de 45 ans. Ses réalisations tissées dans le monde fermé des grands réalisateurs, son talent d'orateur qui lui a permis de défendre ses films face à la critique des journalistes du domaine, la qualité de ses films, son charisme personnel, ont permis au Niger d'être, à chaque rencontre, cité parmi les meilleurs nations du 7ème art. Il était également le seul cinéaste à avoir décroché, en 1972, le prix de l'Etalon de Yennega, soit la haute distinction du Festival de Ouagadougou, pour son film le ''Wazzou Polygame''. Sa mémoire a été immortalisée par un centre culturel nigérien qui porte son nom, le CCOG, Centre Culturel Oumarou Ganda.

La jeune génération doit s'inspirer de son travail et de sa combativité pour redorer le blason du cinéma nigérien. Son exemple doit réveiller les jeunes réalisateurs nigériens qui cachent leur insuccès derrière le manque de financement étatique ou de la coopération. Ganda n'était pas riche. Il était mort pauvre. Mais il restera immortel.
O. ALI

www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.