Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Dynamique de mobilisation des ressources internes


DG onepLa migration, la sécurité, le renforcement des institutions démocratiques et républicaines, les réformes économiques et financières, le rétablissement du monopole fiscal de l'État et de l'efficacité de la dépense publique, la lutte contre la corruption, etc. Tels sont les thèmes principaux sur lesquels le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a axé son Message à la Nation, à l'occasion du 58ème anniversaire de la proclamation de la République. Ces thèmes, vous l'avez noté, sont extrêmement liés et trouvent toute leur pertinence dans ce Niger renaissant, qui aspire à devenir un pays émergent. Quiconque sait que, pour devenir émergent, tout pays a besoin de sécurité, d'institutions démocratiques et républicaines fortes et crédibles, d'une économie saine et compétitive, sans corruption, ni passe droit, bref le Niger doit être ce pays où les citoyens n'ont pas besoin d'émigrer pour assurer leur pitance quotidienne.
Cette ambition légitime ne peut être réalisée que si le pays se convainc que l'heure n'est plus aux palabres inutiles, mais à l'action. Une action qui doit être permanente et soutenue. Aussi, la récente sortie de l'opposition politique ne doit donc nullement nous détourner de notre impérieux devoir d'œuvrer en faveur de l'enracinement des valeurs démocratiques dans notre pays. Du reste, le Président Issoufou Mahamadou, s'est félicité de la toute récente formation du gouvernement d'union nationale qui permet de renforcer notre cohésion face aux menaces sécuritaires auxquelles le pays est exposé. A ce propos, a poursuivi le Chef de l'Etat, son ambition est « de passer le témoin à un Président démocratiquement élu en 2021 après des élections démocratiques libres et transparentes ».
Pour l'heure, le seul combat qui vaille, est celui de la Renaissance du Niger. Nous devons comprendre et ne jamais perdre de vue que les grandes Nations de ce monde, que nous envions pour leur haut niveau de développement, se sont construites en comptant d'abord sur elles-mêmes et en se donnant elles-mêmes les moyens de leur politique.
C'est cela le sens du message que le Chef de l'Etat a adressé à la Nation, le 17 décembre dernier à l'occasion du 58ème anniversaire de la proclamation de la République, lorsqu'il mettait un accent particulier sur la nécessité pour nous de faire plus d'efforts dans la mobilisation des ressources internes et le rétablissement du monopole fiscal de l'État et de l'efficacité de la dépense.
Dans ce cadre, il est rassurant de constater que, depuis quelques temps, notre pays s'est résolument engagé dans des réformes qui visent la modernisation des administrations, des régies financières, de leur gouvernance et des procédures ainsi que le renforcement de la mobilisation des ressources et l'amélioration de la qualité et de l'efficacité de la dépense publique. Ce programme est très ambitieux et englobe l'Administration des Douanes, la Direction Générale des Impôts, et la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique.
Ces directions sont les mamelles sur lesquelles repose notre politique de mobilisation des ressources internes afin de faire face à toutes nos dépenses de souveraineté. Or, comme tout le monde le sait, leur performance en matière de mobilisation des recettes et de la rationalisation de la gestion de la trésorerie a fait couler beaucoup d'encre et de salive. Et c'est pour cela que les autorités politiques ont décidé de les reformer et de les adapter à un système de gestion plus moderne.
C'est ainsi qu'au niveau de l'Administration des Douanes, le Chef de l'Etat a énuméré « les premières actions de réforme qui ont déjà permis l'adoption d'un nouveau système de comptabilisation des opérations conforme aux derniers standards internationaux, l'interconnexion informatisée de tous les principaux bureaux de douane, la mise en concession des magasins sous-douane et la création d'un guichet unique pour les formalités de mise en consommation des véhicules ». De même le Président de la République a annoncé que dès 2017, d'autres mesures vont entrer en vigueur notamment au niveau du système de suivi automatisé des camions de transport de marchandises par tracking électronique, la connexion informatisée de la douane nigérienne avec celle des principaux pays d'accès au commerce international ainsi que le renforcement des capacités humaines et matérielles des services des douanes.
Ces réformes sont très importantes, mais, elles doivent être accompagnées aussi d'un véritable changement de mentalité au niveau de la Douane et d'un sursaut patriotique des agents des douanes. Certaines pratiques et habitudes malsaines entretenues dans notre pays doivent en effet s'arrêter. Il faut y mettre fin et rapidement, car, ces pratiques de l'avis même du Chef de l'Etat « ont sévèrement ralenti la mobilisation des ressources internes, privant ainsi l'Etat de recettes précieuses, qui auraient permis la construction de plus d'hôpitaux, plus d'écoles, plus de routes et plus de points d'eau, pour nos populations».
Pour le cas précis de la Direction Générale des Impôts, les pratiques moyenâgeuses de collecte d'impôts doivent céder la place aux méthodes modernes qui permettront à l'Etat de rentrer dans ses droits et tous ses droits. Le Président Issoufou, l'a dit, « ces réformes porteront sur la mise en place d'un système informatisé de suivi des impôts et des contribuables (SISIC), le rapprochement de l'administration des contribuables par l'ouverture de nouveaux centres, l'extension, au niveau national, du champ des compétences de la direction des grandes entreprises et celle du contrôle, le renforcement du dispositif interne de contrôle et d'audit fiscal . De même, le Comité Arbitral de Recours Fiscaux (CARFI) entrera dans une phase active pour permettre un dénouement diligent des recours fiscaux émis par les contribuables ».
En plus de ces actions, le Gouvernement mettra l'accent sur le recouvrement de la taxe immobilière, un impôt très mal perçu. C'est pourquoi, afin d'élargir l'assiette fiscale, notamment au niveau de la taxe immobilière, 300 agents d'exécution seront recrutés pour permettre à la DGI de conduire de manière résolue, l'identification et le recensement de toutes les propriétés immobilières, et faire rentrer l'État dans ses droits. Pour ce faire, le Chef de l'Etat « appelle au sens de responsabilité pour un sursaut patriotique à travers la transmission spontanée des déclarations fiscales aussi bien par les propriétaires que par les locataires».
Au niveau de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, le Président de la République annonce la mise en place des mesures visant le renforcement des procédures comptables, la mise en place d'un système informatisé de traitements des opérations, la connexion du Trésor aux systèmes de paiement modernes de la BCEAO, pour lui donner les moyens d'opérer comme une véritable banque, et la mise en place effective du Compte Unique du Trésor.
Cette mesure, la première, dans notre pays vise, entre autres, à rationaliser la gestion de la trésorerie, à contrôler l'utilisation des ressources publiques éparpillées à travers plusieurs centaines de comptes et à contribuer également à donner une plus grande célérité dans le traitement des opérations financières de l'Etat. Grâce à ces réformes, comme l'a indiqué le Chef de l'Etat, « le gouvernement pourra assurer une meilleure mobilisation des ressources internes, une meilleure efficacité de la dépense publique évitant ainsi les retards dans le règlement de ses nombreux engagements ».
Le Président de la République réaffirme enfin, avec forte conviction, que ces mesures seront accompagnées d'une lutte sans merci, contre la corruption et le détournement des deniers publics. An avant pour la tolérance zéro contre tous ces fléaux qui minent notre économie.

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.