Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang


Zeinabou-Zeinabou-sur-scne-jouant-la-petite-orange-de-ma-mreLe monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du spectacle du département Lettres, Arts et Communication.
Vêtue d'une courte robe, du haut de sa petite taille, tantôt pieds nus, tantôt, sur des chaussures aux longs talons, Zeinabou est sur scène jouant le rôle de la prostituée Tatou dans « la petite orange de ma mère », une pièce qu'elle a écrite et mise en scène. Un rôle sur un sujet impudique, que joue le personnage de Tatou sans gêne apparente. On est dans le théâtre contemporain, avec tout ce qui le caractérise de langage ordurier, vulgaire...Le spectateur doit s'efforcer de faire avec. C'est ce genre que la dramaturge a choisi pour décrire et condamner le sort de toutes les femmes qui, comme Tatou, se sont retrouvées dans une situation qu'elles n'ont pas choisie de vivre. Un spectacle où le tragique le dispute au comique.
À en juger par son début, la pièce ne semble pas assez attrayante pour le spectateur, tant le sujet n'est pas très évident. Mais au fil du monologue de Tatou, la pièce devient captivante, émouvante. Un verre à moitié plein, esquissant des gestes d'ivrogne à la lueur des lampes tempête, la comédienne se lance dans le récit de sa vie. Tatou revendique 25 ans de service de « femme de tous les hommes, les beaux et les laids, les gentils et les méchants...». Si le spectateur est d'une âme sensible, il risque de fondre en larmes comme Tatou lorsqu'à un point précis de son récit, elle rappelle, le moment où sa vie de fillette de 13 ans a basculé... C'était un soir où la vendeuse d'orange qu'était sa mère a proposé « la petite orange » qui lui restait à un client qui l'accusait de lui avoir filé des oranges pourries, menaçant ainsi de reprendre ses 75 francs.
Tatou qui assistait à la discussion était loin d'imaginer le deal qui se jouait contre elle. Et, ce sera trop tard pour elle quand elle réalisera que sa mère l'avait troquée contre les maigres pièces de ce vieil homme aux dents jaunis par la cola, à l'haleine mauvaise, qu'elle ne cesse de maudire depuis. Ni ses pleurs, ni ses supplications ne la sauveront. C'était cette soirée là que Tatou a plongé dans la vie des maisons closes où elle sera façonnée, par la « reine », surexploitée, maltraitée...
Riche en gestes et mimiques, le récit de Tatou donne à saisir une partie du message de la pièce : même si elles sont arrivées dans la prostitution par des chemins différents, Tatou, et toutes ses semblables sont de simples victimes. Et, Tatou est loin de pardonner, ni à la « reine », et son « fainéant » de fils qui usent et abusent d'elle, ni même à sa mère. Les mots que Tatou utilise en parlant d'eux en disent long sur sa révolte et sa soif de vengeance. Elle se livre ainsi à un procès en règle, une condamnation sans appel de cette société cruelle, immorale, sans pudeur dont elle et toutes ses semblables en sont les victimes impuissantes, stoïques. Alternant le comique au tragique, « La petite orange de ma mère » nous met au cœur d'une société que nous connaissons d'une certaine façon. La jeune dramaturge est-elle dans une démarche cathartique, ou est-elle tout simplement motivée par la folle envie de choquer son public ?
Avec « la petite orange de ma mère », Zeinabou fait montre de beaucoup de talent. La pièce tient de bout en bout par elle. Mais on peut lui reprocher quelques insuffisances au niveau de la mise en scène. Des insuffisances que peuvent racheter, les difficultés inhérentes au genre qu'est le monologue. Et, comme c'est le propre du théâtre contemporain, le sujet de la pièce aussi bien que le rôle que joue Zeinabou à travers le personnage de Tatou, ne vont pas sans poser quelques « problèmes » par leur caractère impudique, immoral, ou choquant. La pièce ne laisse pas insensible. Au bout d'une trentaine de minutes sur scène, Zeinabou aura réussi à toucher, voire heurter la sensibilité du public...

Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.