Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

«Je demeure convaincu que les actions de coopération identifiées à l'occasion de cette session offriront de nouvelles perspectives à nos relations et contribueront à conférer une dynamique nouvelle à notre coopération bilatérale », déclare SE. Abdelm


Discours-0213« Excellence Monsieur le Premier ministre et cher frère,
Excellence Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs
Permettez-moi, tout d'abord, de vous adresser mes très sincères remerciements pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité généreuse qui m'a été réservé, ainsi qu'à la délégation qui m'accompagne, depuis notre arrivée dans votre beau pays.
J'y ajoute mes sentiments de profonde gratitude pour les marques d'attention qui nous sont témoignées et auxquelles nous sommes très sensibles.
Je voudrais, également, vous dire tout le plaisir qui est le mien, de co-présider avec vous, aujourd'hui, cette première session de la Grande Commission Mixte avec la volonté affirmée de raffermir les liens d'amitié entre nos deux pays et de donner un plus grand essor à leurs relations de coopération.
Notre présence, aujourd'hui, à Niamey est le témoignage de notre attachement à la consolidation de la tradition de concertation instaurée entre nos pays et à l'approfondissement de la coopération dont le potentiel de développement est à la mesure de la volonté politique qui nous anime.
Elle traduit, également, une détermination partagée de conférer à nos relations bilatérales une nouvelle dimension et un caractère stratégique. C'est dans ce cadre que s'inscrit la décision de S.E.M. Abdelaziz Bouteflika et de S.E.M Mahamadou Issoufou, d'élever le niveau de la coprésidence de notre Commission.
Je me réjouis, par conséquent, aujourd'hui, d'approfondir les entretiens fructueux que nous avons eus lors de votre visite en Algérie, en octobre dernier, afin de consolider nos liens de coopération dans la continuité de notre engagement commun à construire une relation marquée du sceau de l'amitié et de la confiance.
Cette première session de la Grande Commission Mixte algéro-nigérienne se tient, précisément, à un moment où les relations entre nos deux pays enregistrent une dynamique qualitative marquée par une intensification des échanges, de visites, une concertation politique soutenue et une solidarité active.
Nos présentes assises constituent, de ce fait, un jalon supplémentaire à l'approfondissement des excellentes relations d'amitié qui unissent nos deux pays et à la mise en place d'une coopération et d'un partenariat que nous voulons exemplaires entre l'Algérie et le Niger.
Dans la réalisation de cet objectif, je voudrais vous assurer, Monsieur le Premier ministre, de la disponibilité de l'Algérie à ne ménager aucun effort pour conférer à la coopération algéro-nigérienne la dimension et la portée qu'elle mérite.
Cette disponibilité, comme vous le savez, a été réitérée par S.E.M. Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, lors des entretiens qu'il a eus à Alger, en janvier 2015, avec son homologue nigérien, Monsieur Mahamadou Issoufou, à l'occasion de sa visite d'État en Algérie. Elle a, également, été au centre de toutes les rencontres de concertation tenues entre nos deux pays lors des dernières visites bilatérales de haut niveau.
Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs
La tenue de cette première session de la Grande Commission Mixte nous offre l'opportunité de procéder à une évaluation exhaustive de nos relations bilatérales et de dégager de nouvelles perspectives de nature à conférer une plus grande impulsion à notre coopération conformément aux orientations de nos deux Chefs d'Etat, SEM Abdelaziz Bouteflika et SEM Mahamadou Issoufou. Elle nous donne, également, l'occasion d'initier de nouvelles actions de coopération de nature à relancer, de manière significative, notre coopération.
J'ai la ferme conviction que cette session contribuera à favoriser un processus de valorisation de nos complémentarités économiques et à donner un nouvel essor à nos relations bilatérales. A cet égard, je relève avec satisfaction que nos experts ont convenu des voies et moyens devant consolider davantage les échanges entre nos deux pays, particulièrement au niveau des frontières, une zone qui constitue un pont pour la promotion de l'amitié, de la fraternité, de la coopération et de la complémentarité entre nos deux pays, mais qui fait face à des contraintes sécuritaires multiples, dues essentiellement à la présence de groupes terroristes qui s'alimentent des fléaux connexes dont en particulier le narcotrafic.
Cette menace, qui empêche certainement une mise en œuvre parfaite des actions de coopération convenues par nos deux pays, mérite, par conséquent, d'être au centre de notre stratégie commune de lutte contre l'insécurité dans notre sous-région.
La tenue de la 5ème session du Comité Bilatéral Frontalier, en juillet 2015 à Niamey, a permis de souligner l'importance d'une telle stratégie, qui doit s'appuyer sur la création des conditions propices à la promotion du développement socio-économique dans cette zone.
Il va sans dire qu'un intérêt particulier doit, également, être porté de façon continue à la sécurisation des zones frontalières communes pour les mettre à l'abri des réseaux terroristes et autres criminels connexes. Une telle sécurisation appelle au renforcement de la coopération bilatérale dans les domaines militaire et sécuritaire, et à la poursuite de la coordination en matière de lutte opérationnelle commune contre le terrorisme et la criminalité organisée au sein des forums des Pays du Champs et du processus de Nouakchott.
Au plan de la coopération économique, l'Algérie et le Niger sont appelés à densifier leurs relations commerciales afin que le volume de leurs échanges économiques soit à la hauteur de leurs ambitions communes. Un effort supplémentaire doit, par conséquent, être fourni pour accroître le volume de nos échanges en veillant à ce que le flux commercial soit varié et expurgé des contraintes qui gênent son expansion.
A cet égard, je me félicite de l'implication de nos opérateurs économiques, publics et privés, qui tiendront, en marge de cette session, un forum d'affaires et qui s'apprêtent à mettre en place un Conseil d'hommes d'affaires algéro-nigérien qui ne manquera pas de faciliter leurs échanges et d'organiser leurs partenariats.
La poursuite des investissements du groupe Sonatrach dans le domaine de l'énergie, présent depuis 2006 dans le périmètre d'exploration de Kafra, au Nord du Niger, a, certainement, joué un rôle primordial dans l'ancrage des relations économiques entre nos deux pays.
D'autres actions de cette envergure dans le secteur de l'énergie mais, également, dans d'autres secteurs sensibles tels que les ressources en eau, l'agriculture, la santé et les TIC seront de nature à imprimer une nouvelle dynamique à notre coopération bilatérale.
Le parachèvement des trois projets structurants dans lesquels nos deux pays sont pleinement engagés, à savoir la Route transsaharienne, le Gazoduc transsaharien et la dorsale transsaharienne à fibres optiques demeure, par ailleurs, une action prioritaire à entourer de toute l'attention nécessaire.
Une fois concrétisés, ces projets auront des retombées bénéfiques non seulement sur nos deux économies, mais également sur celles des autres pays de la région. A cet égard, je voudrais, tout particulièrement, me réjouir du fait que la route transsaharienne Alger-Lagos est en voie d'achèvement avec le lancement de la réalisation du tronçon Assamaka-Arlit.
L'installation du Comité de la dorsale transsaharienne à fibre optique, lors de la dernière Conférence africaine sur la gouvernance de l'internet, tenue à Alger en février dernier, et au sein duquel siègent nos deux pays, augure d'un engagement ferme de l'Algérie et du Niger de favoriser l'accès des pays de la région à la bande passante internationale via des câbles sous-marins à fibre optique à des prix concurrentiels.
Par ailleurs, nos deux pays sont appelés à poursuivre leur coopération dans le domaine de la circulation des personnes afin de combattre, conformément aux lois en vigueur dans nos deux pays, les séjours clandestins qui, en raison de la vulnérabilité des victimes, peuvent être exploités par des réseaux criminels connus.
En ce qui concerne la valorisation de la ressource humaine, l'Algérie, comme vous le savez, offre chaque année des centaines de bourses d'études universitaires et de formation professionnelle aux ressortissants nigériens, comme cela a été le cas, au cours de cette année où le Niger a bénéficié de 246 bourses d'études. Cet effort se poursuivra et se consolidera davantage dans les années à venir.
Il importe, en outre, d'accorder une plus grande attention à la promotion des programmes de coopération socioculturelle en ce qu'ils constituent un facteur de rapprochement et de compréhension entre nos deux peuples.
Ce sont là quelques aspects de notre coopération que j'ai tenu à évoquer et qui méritent d'être consolidés.
Je demeure convaincu que les actions de coopération identifiées à l'occasion de cette session offriront de nouvelles perspectives à nos relations et contribueront à conférer une dynamique nouvelle à notre coopération bilatérale qui, à notre sens, doit englober tous les domaines possibles, de manière à permettre à nos deux pays de développer un partenariat pragmatique et de renforcer leurs capacités d'intégration et de complémentarité recherchée tant au plan régional que continental.
Je vous remercie. ».

Onep
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.