Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey


gogoroLes foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de beauté et des ateliers de couture à Niamey.
Les accessoires de mode sont des éléments incontournables pour un habillement réussi. Un chapeau, un beau foulard intensifient un look, le rendent unique. Que ce soit sur les coiffeuses ou dans nos armoires, les accessoires se collectionnent à l'infini. Qui n'a jamais eu envie d'un sac, d'un collier, d'une bague ? Au poignet, autour du cou ou sur la tête, les accessoires de mode se déclinent et se multiplient au rythme des saisons et de nos envies. Les Nigériens sont devenus des spécialistes du commerce de ces articles en vogue.
Au salon de beauté « L'élégance », la responsable Juliette nous confirme que ce sont des tissus qui proviennent des pays de la sous-région notamment du Benin et du Nigeria qu'elle utilise pour confectionner les foulards Gogoro qui sont, de tout temps, la mode chez les yorouba. Les femmes portent ces foulards pour donner une touche particulière à leur tenue. Il y'a divers formes et styles, tout dépend de la matière dont sont confectionnés ces foulards. Il y'en a plusieurs modèles dont les nénuphars, les papillons, les chapeaux, les tout-couverts, les genres bonnets...Mme Juliette affirme que ces articles sont fabriqués avec des tissus satins, légers, lourds ou même avec des bazins et des pagnes. « Souvent nous les fabriquons selon le choix de nos clientes, mais le modèle le plus demandé est le nénuphar. Pour rendre plus attrayant ces foulards, nous ajoutons des accessoires notamment des broches, des fleurs, des perles, bref des petits ornements qui scintillent », explique Juliette.
Mme Safi est fan de ces foulards. Elle est venue prendre sa commande chez Juliette. « Avant je pensais que ça nous venait de l'extérieur mais depuis que j'ai su que ces foulards sont fabriqués ici, je viens avec des bouts de tissu de mes couleurs préférés que je porte régulièrement. Mon problème, je ne sais pas bien nouer les foulards et avec ce phénomène de mode, je suis à l'aise. C'est magnifique et j'aime bien », dit Safi. « Depuis que j'ai découvert ce genre de foulards, je ne prends plus de temps devant le miroir pour attacher un foulard. Je prends celui qui est déjà noué et hop le maquillage est fait », confie de son côté Sadia. Voilà qui est bien dit.

Celles qui n'aiment pas se tresser ou ne se coiffent pas, préfèrent acheter ces "couvre têtes" noués par les coiffeuses. Une cliente nommée Nafissa a apporté un mètre de Bazin qu'elle a fait coudre pour sa tenue de réveillon, afin qu'on lui confectionne un foulard. « Depuis l'avènement de cette mode, je ne porte que ça, assorti et noué dans différents styles. Chaque habit a son foulard, j'en ai déjà plusieurs » dit-elle avant de louer la qualité du travail de Juliette, et de conseiller toutes ses amies de venir se faire fabriquer ces accessoires. Convenablement et de façon coquette Sadia en porte un. «Ces foulards confectionnés me facilitent la tâche. Je suis là car il faut amener le tissu une semaine avant au moins pour être sûre de l'avoir à temps » confie-t-elle.

Aux foires on rencontre toutes sortes de ces "Achoké" et ou "Goggoro", des belles parures pour femmes, toutes sortes de décors. On en trouve pour toutes les bourses, des petits foulards comme des grands. L'avantage pour la vente de ces "foulards prêts à porter", selon la revendeuse Mme Maiga originaire du Mali, est que «les femmes de Niamey en raffolent, et on peut les porter aussitôt avant ou après achat pour les essayer. On peut même les reprendre le lendemain si ça ne répond pas à vos attentes ». Une autre commerçante est accompagnée de ses deux filles qui portent toutes, des bonnets. Elle s'est approvisionnée en bonnets, en tissus, en achoke, précisant que c'est lors de ces rencontres qu'on les trouve à un bon prix. « Ils nous proviennent de la sous-région et on peut les revendre après » dit-elle. Elle raconte qu'elle a toujours fait ces achats de fête au niveau des foires, où elle trouve tout ce qu'elle veut et à des prix défiant toute concurrence. Les foires sont selon elle, moins encombrées et les gens peuvent choisir dans la tranquillité leurs articles, contrairement au marché ou l'accès est difficile. « Elles nous offrent la possibilité d'avoir plus de choix, il y'a des étals ou on ne trouve uniquement que ce genre de coiffes (foulards, bonnets et perruques). J'en achète beaucoup pour mon salon de beauté et je revends avec un peu plus de bénéfices » ajoute-t-elle.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
06/07/17

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.