Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie


la-promotrice-de-la-marque-lors-dune-expositionAu Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Niger''.
« La réalisation de cette marque m'a pris du temps et continue à me prendre du temps car on ne finit pas d'apprendre en matière de mode, l'idée étant de créer quelque chose d'original et d'authentique fait à la main, de la confection jusqu'à la couverture. Alors, pourquoi exclusivement les sacs à main ? « J'ai toujours aimé les belles choses, les accessoires, les sacs », répond Mariama. Elle ajoute que c'est après son séjour au Burkina Faso et au Maroc, que l'envie de créer sa propre entreprise lui est venue. «Après moult réflexions, j'ai décidé de m'investir dans les sacs à main». Depuis l'enfance, dit-elle, je regarde les grandes dames, les femmes d'affaires, avec enthousiasme ; j'ai voulu ressembler à ces grandes entrepreneures qui font parler d'elles partout».

Avec le soutien de sa famille, elle a commencé à confectionner ses sacs avec plusieurs types de matériaux ; sans utiliser exclusivement des matières qu'on connait déjà, ou du déjà utilisé (cuir ou pagne). Pour elle, les stylistes font plusieurs choses avec des pagnes d'où la nécessité de se pencher sur l'originalité et la culture nigérienne.
Pour ce qui est des employés, elle a formé une petite équipe, composée de trois personnes pour l'instant, payées au prorata. On fait des lots de sacs et chaque lot comprend dix, quinze ou vingt sacs, tout dépend de la demande. L'autre objectif de Mariama est de faire la promotion de l'artisanat nigérien. Ils sont en effet nombreux ces artisans nigériens ''cachés'', qui font du bon boulot, arrivent à bien tisser, bien forger, bien décorer, bien orner, mais méconnus du grand public. Elle affirme admirer le travail remarquable de ces derniers et a voulu leur emboiter le pas, en faisant de ces belles perles de croix d'Agadez des accessoires pour sacs à main. Elle pense qu'il y a de quoi se sentir fière de ses origines et de prendre connaissance de ses racines.
Dans un premier temps, Mariama a souhaité placer ses produits dans des espaces sélectifs notamment lors des expositions, des foires et dans des instituts de beauté. « Pour l'écoulement, j'ai eu à faire ma première exposition, il y a près de deux mois à Soleil d'Afrique lors d'un défilé nommé ZakMake up ; c'est le défilé seulement, il n'y a pas eu de vente. Comme tout début n'est pas facile, je voulais juste que les gens connaissent la marque de mes produits. Qu'ils s'adaptent, s'approprient davantage et qu'ils commencent à acheter. Les prix des sacs varient en fonction des modèles et des matières utilisées. Les sacs simples sans croix d'Agadez coûtent trente mille (30.000FCFA). Les simples avec croix d'Agadez sont vendus à trente-cinq mille (35.000f).

Lors de ses déplacements, elle a constaté que ses sacs sont appréciés plus à l'extérieur qu'au pays. Ici, au Niger l'artisanat n'est pas valorisé, les femmes aiment porter plus de produits importés ; afin de les brandir ou dire que mon sac est de telle ou telle marque. Pourtant, nous n'avons rien à envier à l'extérieur ; nous avons tout ici ; il suffit seulement de bien travailler et de faire sortir quelque chose de fin. Dans la sous-région, les artisans utilisent les mêmes marques, les mêmes matières que nous avons ici».
Mariama définit son travail de montage de sac comme un travail de recherche constant sur les volumes, les matières. Pour confectionner un joli sac, il faut avoir le goût de l'agencement et de la mise en forme pour créer, manier les couleurs, les formes, les matériaux et les textures. « Je tire déjà un chapeau à toutes ces femmes qui se battent au quotidien, qui font tout leur possible pour être autonomes, indépendantes. L'image qu'on a de la femme d'avant et d'aujourd'hui a changé, elle n'est plus la même. Avant, l'image qu'on a de la femme est traditionnelle, elle doit s'occuper de la maison, de son foyer. Les femmes ont compris qu'il faut se battre pour réussir et ce n'est pas aux hommes seulement de le faire. Tous les jeunes doivent se battre pour réussir, aller vers les opportunités, oser, faire quelque chose de sa vie ».
Côté projet, elle vient juste de finir ses études en ingénierie financière et jusque-là elle n'a pas trouvé de travail fixe. Elle fait des stages par ci, par là en attendant. Mais la marque suscite déjà un engouement. « Nous recevons de nombreuses demandes pour des cadeaux et celles qui achètent en gros pour les revendre avec des bénéfices hors du Niger», explique-t-elle.
Elle est actuellement à Ouaga pour une exposition. Bon vent à Zamany accessory !

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
07/07/17

Culture

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jung…

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jungle''

Les lampions du 26ème Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se sont éteintes le 2 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie officielle de clôture très grandiose. Plusieurs personnalités dont les présidents Paul Kagamé du Rwanda, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et l'ancien président ghanéen John Jerry Rawlings étaient à cette occasion aux côtés de Roch Marc Christian Kaboré, ...

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de N…

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de Niamey

      Dans le cadre de sa tournée africaine, l'artiste, chanteur rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI s'est produit en concert live, le samedi 2 mars 2019, dans la soirée, au Centre Culturel Franco-Nigérien Jean Rouch (CCFN/JR) de Niamey. Cette tournée africaine se tient en partenariat avec l'Institut français de Paris, l'un des partenaires du prix découverte RFI. A cette étape de Niamey, les mel...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la fil…

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la filière de ces insectes commestibles

Le criquet fait partie, désormais, des produis commerciaux au Niger. Devenu de plus en plu...

jeudi 21 mars 2019

Vente de criquets frits : Une activité qui se conj…

Vente de criquets frits : Une activité qui se conjugue au féminin

Le business autour de la « filière criquet» fait le bonheur de plusieurs femmes au Niger. ...

jeudi 21 mars 2019

Capture, préparation, exportation du criquet : Mar…

Capture, préparation, exportation du criquet : Maradi, la plaque tournante

S'il y a un commerce qui a le vent en poupe à Maradi, c'est bien celui des criquets. Cette...

jeudi 21 mars 2019

L'air du temps

Les puristes n'en peuvent plus !

Les puristes n'en peuvent plus !

Après la célébration de la journée internationale de la francophonie, le mardi 20 mars der...

jeudi 21 mars 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.