Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »


cultureÀ l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une association de promotion de l'art, de la culture et de formation des artistes, qui organise le Festa2H, un festival de hip hop et de culture urbaine. Dans cet entretien en ligne ''Sage Soldat'' parle de ses débuts dans la musique, de ses activités d'artistes, de l'organisation du Festa2H à Dakar.
M. Ibrahim Oumarou Yacouba pourquoi le public vous surnomme « Sage Soldat » ?
Le pseudo Sage vient de mon public. Cela représente tout ce qui me reflète, (rires). La patience, l'endurance, le courage, le respect et surtout la quête perpétuelle du savoir. « Soldat » est un ajout qui témoigne de ma détermination ; mon engagement à poursuivre mes objectifs et à les atteindre ouvertement.

Votre album « Ultime Conviction » est sorti en mai 2016 et vous étiez en concert en mai dernier à la maison des jeunes de Niamey avec la sortie de nouveaux titres. Parlez-nous de votre album, pourquoi le titre « Ultime Conviction »?

L'album « Ultime Conviction » est sorti en 2016. Je l'ai présenté en concert live au centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey (CCFN/FR). J'ai choisi ce titre parce qu'il y a beaucoup de choses qui me tiennent à cœur. Je suis étudiant. Et être étudiant c'est travailler et tenir debout tout le temps. J'ai pu obtenir un master 2 en droit des affaires. Je poursuis des études en arts. Je suis artiste. Je travaille aussi l'artiste en moi. Il ne faut donc pas faillir. Etre solide même aux heures difficiles. Voilà. Ce sont là des repères qui m'ont conduit à donner ce titre à mon album.

Votre engagement n'est pas qu'artistique, puisque vous vous présentez comme activiste social, et avec les recettes de vos concerts vous faites régulièrement des dons à des orphelinats à Niamey. Qu'est ce qui explique cet engagement ?

Activiste social (rires). Je crois que je me retrouve dans cette appellation. Je suis artiste pour servir. J'y crois fort. Mes concerts sont plus caritatifs que lucratifs. Les recettes du vernissage de « Ultime Conviction » sont reversées à l'orphelinat «Le bon Samaritain» à Niamey. Il faut encourager les artistes et s'encourager à mener des actions nobles en faveur des démunis. Je crois que c'est une façon pour nous aussi de construire une société meilleure.

Parlez-nous de vos débuts dans la musique reggae. Quelles sont les artistes qui vous ont inspirés ?

Mes débuts dans la musique remontent à 2004. À l'époque, je faisais du rap comme beaucoup de jeunes de mon âge en quête d'expression. C'est à mon entrée à l'université que j'ai changé d'univers musical. Le reggae était le genre qui me parlait le plus. Il y'a toujours des messages engagés, forts, éducatifs. Beaucoup d'artistes m'ont influencé à l'instar de Bob Marley, Capleton, Blacko, Takana Zion. Au Niger, j'ai des mentors dont Sani Aboussa, El Hadj Taya, Moussa Poussi, Fati Mariko, Bilal Keit, Yas D Maiwaka et pleins d'autres.

Selon vous quelle place l'art (musique, cinéma, peinture, etc.) peut occuper dans l'éveil des consciences ?

Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences. Il éduque surtout. C'est un vecteur de développement. Cependant, il faut soutenir les projets artistiques. Ce qui n'est pas toujours visible dans le paysage artistique au Niger. Des actions doivent être menées par les artistes et les politiques culturelles pour offrir à l'art cette place forte. Je profite de cette occasion pour dire merci au public nigérien et à tous ceux qui nous soutiennent, et souhaiter la paix et le progrès pour le Niger.

Parlez-nous du Festa2H dont vous participez à l'organisation. Qu'est ce qui est prévue pour cette édition ?

Festa2H est un festival international de hip hop et de cultures urbaines. En Afrique, aujourd'hui, c'est le plus grand rendez-vous en la matière. Cette année, c'est la 12ème édition. Le festival rassemble plusieurs pays horizons du monde. Pour cette édition par exemple, nous recevons le Canada, la Belgique, la Mauritanie, le Mali, les Etats-Unis, le Niger... Fondé en 2006 par le rappeur sénégalais Matador de BMG 44, l'association Africulturban est un cadre d'échange culturel qui favorise les formations et ateliers dans le domaine du Rap, du Slam, du Graffiti, du Deejaying, du Breakdance, Mcing... mais aussi dans l'organisation de concerts et festivals. La tradition du Festa2H est la même. Il est prévu pour cette édition 4 grands concerts à la maison de la culture Douta Seck et un autre à la prison des mineurs. Il y'a au programme le projet FOCUS (forum des cultures urbaines du sud) qui est accompagné d'ateliers de formation en Deejaying, Beat Boxing, MAO (musique assisté par ordinateur), Casting films, Photos, Vidéos, Breakdance... Il y a au cœur du Festa2H cette année le projet Jokum qui donne la voix à la femme. Des femmes artistes ont créé ce cadre d'échanges qui s'articule autour d'expositions et d'enregistrements de plusieurs chansons qu'elles ont présentées le 5 juillet dernier.

Entretien réalisé par Joël Gandi (Stagiaire)
12/07/17

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.